Previous briefs

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206   207   208   209   210   211   212     

Collecte d’archives vitivinicoles

11-06-2019

C’est une action d’envergure, de fond, et de fonds que lance le Musée de la vigne et du vin d’Anjou à Saint Lambert du Lattay. Le Musée qui avait innové il y a quelques années en enregistrant et présentant des témoignages audio de vignerons souhaite aujourd’hui collecter les archives vitivinicoles possédées par les habitants, vignerons et collectionneurs de la région.

Le Musée de la vigne et du vin d’Anjou n’est pas qu’un passionnant musée : c’est aussi un centre de documentation qui aujourd’hui répertorie plus de 8 000 documents. La collecte d’archives qui est lancée permettra d’augmenter la connaissance des pratiques viticoles angevines au XXe siècle. Elle permettra de garder la mémoire si fuyante de l’utilisation des instruments, outils et machines de la viticulture et de la vinification. Elle permettra d’envisager de nouveaux projets de valorisation ; expositions, publications…

Concrètement, sont recherchées (pour un don ou une numérisation) des photographies, cartes postales, diapositives, vidéos illustrant les travaux viticoles, les vendanges, la vinification et la mise en bouteilles, les pratiques de commercialisation (au domaine, les tournées, les foires…), les moments festifs et les temps forts (l’achat d’une machine viticole, d’un pressoir....), les métiers en lien avec la viticulture…

Pour participer à cette collecte, contacter Karine Chevalier, directrice du Musée : direction@musee-vigne-vin-anjou.fr - 02 41 78 42 75.
www.musee-vigne-vin-anjou.fr

Cépages et vins pour l’anniversaire de Balzac

27-12-2018

A l’occasion du 220e anniversaire de la naissance de Balzac se succèderont à Tours bien des événements. Certains concernent ces vins de Loire qu’il a tant aimés.

Ainsi, une exposition « Balzac, la vigne et le vin » se tiendra du 15 mai au 25 septembre dans les jardins de la ville.
Une plantation de ceps de Balzac blanc sera faite le lundi 20 mai par l’association « La vigne entre deux rives du Cher » (https://www.lavigne-entre2rivesducher.fr).
Le 6 octobre, lors de la fête des vendanges, une cuvée Honoré de Balzac (Vouvray) sera offerte à la ville de Tours. La bouteille sera réalisée par la verrerie d’art des coteaux de Poncé-sur-le-Loir.

Le vin, un alcool comme les autres

26-10-2018

Chaque jour, le vin subit des attaques, en ce moment même, par exemple, coordonnées au niveau européen par le lobby Eurocare.

Chaque jour, les mondes de la vigne, du vin et de l'oenotourisme manquent - à quelques valeureuses exceptions près - à leur responsabilité, celle de se battre pour ce qu'est réellement le vin : un patrimoine culturel.

Et, bien évidemment, un patrimoine culturel en péril. Comme tous les autres.

La culture générale de la civilisation du vin ? Inconnue. Les luttes pour faire reconnaître et protéger ses patrimoines ? Nulles (comme en Bourgogne ou les éoliennes vont l'emporter sur le patrimoine UNESCO des Climats). La mise en évidence de ses paysages magiques ? Faiblarde. L'exaltation de ses architectures inventives ? Souffreteuse. Ses traditions humaines et ses innovations ? Obscurcies. Les richesses œnoculturelles des vignobles ? Non valorisées. Les récits et anecdotes significatives pour les touristes et amateurs qui en sont gourmands ? Non écrits. Les grands hommes de la vigne et du vin ? Absents au bataillon. Les épopées de la géologie, du phylloxéra, du chemin de fer, de la coopération, du bio..? Succinctes. Les identités géohistoriques des vignobles ? Les quoi ?

Si le vin est une boisson comme les autres, c'est un alcool comme les autres. Haro !

(Illustration : Lycurgue, contempteur de Dionysos, frappé de folie par le dieu et ligoté par la vigne - Musée gallo-romain de Saint-Romain-en Gal, Vienne)

Voir aussi Le vin est-il un objet post-moderne ?
http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/1951_le_vin_est_il_un_objet_post_moderne.htm

Totems pour l’oenotourisme

12-07-2018

Un support clé en main pour animer les domaines viticoles et les événements œnotouristiques, c’est ce que propose Vinumondo, et ce, en trois totems.
Avec chacun leurs trois faces, ils offrent neuf panneaux d’une hauteur de 2 mètres offrant aux visiteurs toute l’information nécessaire à découvrir et apprécier les vins qui leur sont proposés à la dégustation.

Les panneaux - disponibles à la vente ou à la location - abordent de manière synthétique, visuelle et ludopédagogique trois thèmes-clés : Du sol à la vendange, Du pressoir à la bouteille, L’art de la dégustation. D’autres totems peuvent être élaborés en de multiples langues, sur des thèmes plus spécifiques ou propres au domaine viticole.

Elodie Bessé, la créatrice de Vinumondo, est une pro des expositions pédagogiques et évidemment une passionnée de vin : à contacter sur : contact@elodiebesse-conseil.com et https://vinumondo.com

Oenotourisme décontracté dans le Roussillon

06-06-2018

Le vin autrement. Avec ce sous-titre, le blogueur Bruno Ledoux (www.vignobles-du-sud.fr) annonce la couleur pour une découverte du Roussillon : une histoire personnelle et passionnée dans laquelle l’ont accompagné bars à vins, cavistes, vignerons.

Le texte est clair, écrit avec précision et humour, et l’ouvrage, bien illustré avec aussi - ce qui est rare - des œuvres d’artistes contemporains, est très agréable à lire et à consulter.

Aux adresses et bonnes cuvées s’ajoutent de nombreux focus utiles, évidemment souvent spécifiques à la région : grenache et lledoner pelut ; rancios secs et Maury doux ; ambré et tuilé… Au fil des pages, le casot, le schiste noir, le Muscat de Noël, les peus de gall, le Força Real, le xadic et peut-être le Catalan dévoilent leurs secrets.

Les événements reçoivent une présentation complète, et l’auteur, avec une bibliographie choisie, rend hommage aux grands auteurs du vignoble.

Roussillon 2018 est donc - sans avoir l’air d’y toucher - une vraie référence pour faire l’œnotouriste averti et décontracté le long des vignobles originaux de l’Agly, de la Têt ou du Tech.

Bruno Ledoux
Roussillon 2018, Le vin autrement dans les villes, dans les vignes
Editions Vignobles du Sud, 10 €

Un hymne aux vignerons des cépages modestes

02-05-2018

La rançon du succès… Les 3 500 exemplaires de la première édition d’ « A la rencontre des cépages modestes et oubliés » étant épuisés, c’était l’occasion de donner une autre figure à l’ouvrage paru en 2016 chez Dunod.

Couverture souple, chaude couleur rouge, trois cépages et vignerons supplémentaires, de nouvelles photos, plus de pages, les inévitables corrections… voici une nouvelle aventure pour ce titre qui a obtenu les félicitations de la critique, ainsi que le Prix Coup de Coeur Livres en Vignes 2016, et le Prix OIV Mention spéciale Découverte et présentation des Vins 2017.

Photographie à un moment donné de l’aventure des cépages modestes et oubliés, cette nouvelle édition ne pouvait se conclure sans une démonstration de ce qui attend heureusement le monde du vin : la découverte de toujours plus de « nouveaux anciens cépages ». La parole est ainsi donnée au vigneron Benoît Salel et au chichaud sous le titre « L’avenir nous appartient » !

Que d’aventures pour les vignerons des cépages modestes et oubliés !
Ils doivent être explorateurs, Indiana Jones, chercher dans les bibliothèques et dans les campagnes, fouiller parfois dans les mauvaises réputations...
Ils doivent enquêter comme Hercule Poirot. Identifier le cépage, retrouver sa parenté, comprendre ce qui l’a tué parfois…
Ils doivent suivre les labyrinthes administratifs avec un fil d’Ariane (ça tombe bien, Ariane était l’épouse de Bacchus) : observations, plantations expérimentales, microvinifications, Catalogue officiel… Heureusement, ils sont aidés aujourd’hui par l’INRA et l’IFV.
Ils doivent planter comme Noé, père des vignerons, sans tout savoir (des goûts des cépages, de leur réussite…) et face à l’incompréhension souvent…
Ils sont aussi civilisateurs : ils recréent une histoire, les liens avec le patrimoine et les fiertés locales…

C’est sans doute la raison de son succès… Cet ouvrage est un hymne aux vignerons des cépages modestes !

« A la rencontre des cépages modestes et oubliés »

Collectif sous la direction d’André Deyrieux
Dunod, 32 €

Site web de référence : http://rencontres-des-cepages-modestes.com/

Site par Neteor