Menace sur les cépages à Suze

Article from 13-10-2015

Suze-la-Rousse, dans la Drôme provençale, possède un magnifique château, mi-médiéval mi-Renaissance. Propriété du Département, il accueille un musée consacré à la viticulture et aux arts de la table.

Il héberge surtout l’Université du Vin, créée en 1978 par un élan commun des organisations vitivinicoles, territoriales et universitaires.

A ses pieds, et le long de la route qui mène de Bollène – à la sortie de l’autoroute A7 - au cœur du village, un « Jardin des Vignes » aligne une collection de plusieurs dizaines de cépages. Jardin décoratif, marqueur – avec, entre autres, la voisine cave coopérative – du caractère vigneron du village, il présente aussi un intérêt pédagogique pour les étudiants, et pourrait être mieux valorisé comme point d’intérêt touristique.

Le jardin porte le nom d’Henri Michel, nom d’un ancien maire, surnommé « le député du vin », proche de François Mitterrand, qui a marqué l’histoire locale.

Le maire actuel, le vigneron Michel Rieu, veut sans doute faire de même, mais cette fois en transformant ce jardin en parking pour les enseignants du collège.

Il faut dire que le terrain appartient à la commune de Suze, qui le loue en bail emphytéotique aux vignerons de Suze, à la Cave coopérative La Suzienne, à charge pour eux d’en assurer l’entretien.

Il faut dire aussi que l’enthousiasme de ces vignerons s’est quelque peu émoussé avec le temps, et que les élèves et les visiteurs du jardin ont pu déplorer, « ces derniers temps », le mauvais état de la vigne.

Un cabinet d’études en architecture paysagère a été nommé, et en l’attente de ses conclusions, le maire ne souhaite pas commenter le projet. Celui-ci a déjà échauffé quelques esprits mais… qui est vraiment prêt à se battre pour un bout de jardin ?

La commune fait pourtant partie de la destination labellisée Vignobles & Découvertes "Drôme Provençale", est membre de l'ANEV (Association Nationale des Elus de la Vigne et du Vin), et pourrait intégrer l’itinéraire culturel européen Iter Vitis – Les chemins de la vigne.

Ce petit événement illustre la faible conscience de la valeur que représentent les patrimoines, les actifs – pour utiliser un terme parlant de valeur économique - vitivinicoles, pour les acteurs des vignobles en France. Ils ont, certes, leurs priorités économiques, leurs intérêts financiers (comme le montre l’implantation de certaines usines d’éoliennes), leurs propres charges de travail…

La valeur d’un territoire doit aujourd’hui être mesurée à l’aune de son attractivité touristique, et, pour une région de vignes, à la richesse de son héritage vitivinicole, et à ses ressources oenotouristiques.

Ne négligeons pas nos bouts de jardin. Sans aller jusqu’à invoquer la Romanée-Conti, citons « la vigne à Farinet », à Saillon, dans le Valais, qui appartient aujourd’hui au Dalaï-Lama. D’un lopin de 1.618 m2, les Suisses ont su faire un haut lieu de tourisme et de story-telling

Votre combat, vignerons, est aussi celui pour vos paysages, pour votre patrimoine et pour votre culture

"¿ Le gusta este jardín, que es suyo ? ¡ Evite que sus hijos lo destruyan !" (« Ce jardin, qui est le vôtre, vous plaît ? Faites en sorte que vos enfants ne le détruisent pas ! ») - Malcolm Lowry - Au dessous du volcan

Share it on VIADEO Share it on VIADEO

Site par Neteor