Les labels de l'oenotourisme

Article from 18-11-2007

Dans le monde de l'oenotourisme, parce qu'il émerge lentement en France, on ne s'étonnera pas de l'absence de labels, ces signes identifiant des produits ou des services répondant à des règles d'origine ou de production spécifiques ou à des normes de qualité, et apportant des avantages significatifs au consommateur.

Situation inverse à celle des prestations touristiques (hôtellerie, hébergement en gîtes et restauration notamment) où coexistent de multiples labels.

L'offre oenotouristique au sens large est complexe, met en scène des compétences diverses et relève de multiples domaines : accueil, dégustation, restauration, transports, prestations intellectuelles (conférences, stages, formations...) activités à un degré ou un autre sportives (ballades, randonnées, VTT...), hébergement, soins à la personne et thermalisme, services (agences de voyage, événementiel...).

Elle est donc apte à relever, à un titre ou un autre, de nombreuses chartes.

S'il existe, sur le plan national, une marque déposée - Qualité Tourisme - qui englobe toutes les prestations qui sont au coeur de l'offre touristique française, elle n'est pas encore adaptée au tourisme du vin.

Exubérance et manque de transparencel

L'amateur de tourisme viticole tantôt manque de repères, tantôt est confronté à une surabondance "d'étiquettes", venues du "monde du vin" ou de "l'univers du tourisme" qui, au surplus, varient selon les régions et dont, par ailleurs, la valeur respective (modalités d'octroi, contrôles existant, représentativité...) lui échappe.

L'objectif de cette page est de donner un aperçu utile, même s'il ne peut être exhaustif, des "labels", "chartes" - souvent limitées à l'accueil au caveau - qu'on peut croiser sur sa route des vins.

 

La "distinction" la plus connue dans le domaine de l'oenotourisme, ce sont les Best of Wine Tourism.

Ils sont décernés par le Réseau des Grandes Capitales du Vin, à savoir : Melbourne, Bordeaux, San Francisco - Napa Valley, Porto, Cape Town, Bilbao-Rioja, Florence et Mendoza.

Les "Best of" ont donc une dimension internationale et distinguent diverses catégories d'excellence : Architecture, Parcs, jardins et paysages, Découverte et innovation, Hébergement à la propriété, Organisation d'événements, Valorisation des pratiques environnementales, Art et Culture, Découverte de l'Univers du vin, Services.

Cependant, le champ d'action est limité pour la France au Bordelais - et il s'agit plus d'un concours que d'un label.

On peut souligner - autre concours, et toujours pour le Bordelais - que le 7ème Trophée du Vigneron attribué par le Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur a porté en 2007 sur le thème "Vigneron et Tourisme". Il est d'ailleurs question d'organiser chaque année un trophée dédié à ce thème.

De manière plus spécifique, mais qui porte sur un élément déterminant au coeur de l'oenotourisme - à savoir la mise en valeur du vin en restauration - le Grand Prix de la presse du vin en restauration, décerné par l'Association de la Presse du Vin ( APV ), récompense - sur toute la France - les restaurants en fonction de critères tels que l'offre de vins, les prix pratiqués, l'originalité et la présentation de la carte des vins, les initiatives pour promouvoir la vente et le service du vin en restauration.

 

Routes des vins

Les routes des vins n'ont pas vocation à être des labels, mais à dessiner des trajets permettant de relier entre elles le maximum de domaines.

Cependant certains empruntent une voie différente. Ainsi pour la route touristique du Champagne autour de Bar-sur-Aube, avec le Label Point Accueil.

Quant à l'interprofession vitivinicole de la Vallée du Rhône, InterRhône, elle a traçé 13 routes oenotouristiques, auxquelles s'applique la Charte Qualité "Vallée du Rhône, Terroirs d'Accueil".
Cette charte a pour but d’améliorer la lisibilité de l’offre pour les touristes qui souhaitent se rendre dans un caveau de dégustation. 400 caves et domaines sont labellisés, avec 3 échelons qualitatifs qui permettent de différencier et de classer les caveaux en fonction de leur qualité d’accueil et de leur niveau de service.
(La Charte de qualité peut être consultée ICI.)

 

Les initiatives régionales

Les initiatives régionales sont plus fréquentes que des initiatives nationales comme la Charte des vignerons indépendants (qui comporte au demeurant des déclinaisons locales comme "Bienvenue chez le Vigneron Indépendant d'Alsace").

Elles peuvent émaner des Interprofessions vitivinicoles, des syndicats d'appellation, voire même de vignerons à l'échelle communale (La Motte-en-Provence).

En Bordelais, Destination Vignobles, créé en 2004 par le Conseil régional d’Aquitaine, le Comité régional du tourisme et des organisations professionnelles viticoles, regroupe 1000 adhérents

Ils ont signé une charte d’engagement à respecter un certain nombre de critères qui fondent la qualité du service et de l’accueil : respect des heures et périodes d’ouverture, information sur les langues pratiquées, conditions exemplaires de visite, de dégustation, d’hébergement, de restauration...
Une visite d’agrément est prévue pour vérifier ces engagements qualité.
En contrepartie, les propriétaires peuvent bénéficier de subventions pour des travaux d’amélioration ou des formations.
Le label couvre "14 territoires aquitains", soit 95 appellations.

En Gironde, les "Vignobles et chais en Bordelais" rassemblent 496 établissements – propriétés, maisons de négoce, caves coopératives – adhérant à une charte pour la qualité d’accueil.

En Bourgogne, 311 vignerons, caves coopératives, maisons de négoce ont rejoint la charte d'accueil "De Vignes en Caves" de l'interprofession des Vins de Bourgogne.

En Sud-Ouest, on trouvera la Charte d'accueil "Terroir du Jurançon". Quant au guide des vins du Sud-Ouest, il retient 161 producteurs sur leur engagement dans une Charte , garantissant le meilleur accueil à la propriété.

En Vallée du Rhône encore, mais en Ardèche méridionale, la charte Accueil vigneron garantit la qualité de l'accueil dans 43 caveaux agréés.

On trouvera également des chartes en Côteaux du Lyonnais, ou en Beaujolais avec le Club Secrets de Terroir.

 

Les chartes et labels transversaux

Les chartes et labels transversaux (associant les mondes du vin et de l'oenotourisme) sont appellées à se développer, à l'exemple de la charte "Accueil Vigneron" associant les Producteurs Plaimont et les Gîtes de France.

En Languedoc Roussillon, on rencontre les Relais Tourisme Vigneron, ou en Corbières et Minervois la marque “Tourisme de terroir en Méditerranée”, déposée avec les Gîtes de France pour commercialiser des séjours touristiques. Le programme fédère plus de 300 prestataires, vignerons, gîtes, restaurants, tous liés par une charte qualité.

Pour Destination Vignobles il existe de manière native un partenariat avec Vignobles et Chais en Bordelais, la route des Vins de Bergerac, la route des Vins de Jurançon, Gîtes de France, Clévacances et Logis de France.

 

On le voit, le paysage de la labellisation est loin d'être clair et on peut souscrire à l'une des préconisations du rapport Dubrule, visant à mettre en place une labellisation, en créant pour l'oenotourisme des "modalités d'adhésion à la marque Qualité Tourisme - avec "notamment l'élaboration d'une série d'engagements nationaux de qualité, seuil minimum à atteindre par les professionnels pour satisfaire leur clientèle touristique".

 

Réagir à cette article : contact@winetourisminfrance.com

 

Share it on VIADEO Share it on VIADEO

Site par Neteor