Newsletter

Brèves

Le port du Beaujolais

03-09-2015

Même lorsqu'il n'existe pas de vignoble ou de trace d'activité viticole, les communes de notre pays peuvent quand même très souvent raconter une histoire liée à la vigne et au vin.
Prenons un exemple, celui du village de Pouilly-sous-Charlieu (2.500 habitants aujourd'hui) dans le département de la Loire.

C'était le port du... Beaujolais. Pourtant, celui-ci se trouve à une cinquantaine de kilomètres de là...

Explications. Avant l’apparition du chemin de fer dans la deuxième moitié du XIXème siècle, la voie de transport la plus rapide et la plus sûre était la voie fluviale. Pour le Beaujolais et le Mâconnais, « exporter » ses vins à Paris par leur fleuve, la Saône, était impossible ; le canal de la Saône à la Marne fût créé en… 1907.
Le mieux était de rejoindre la Loire, de la descendre jusqu’à Briare puis de rejoindre la Seine (le canal de Briare sera achevé en 1642). Les vins piqués rejoignaient Orléans pour alimenter les vinaigreries d’Orléans.

Pour rejoindre la Loire, la route la plus directe passait - plein ouest - au travers des Monts du Beaujolais, par le col des Echarmeaux (à 712 mètres d’altitude), pour arriver à… Pouilly-sous-Charlieu. Et ce sont les boeufs charolais qui tiraient les fûtailles dans la zone de montagne ; au retour ils ramenaient du bois.

Le Beaujolais et le Mâconnais concurrençaient ainsi directement les vins de la Côte roannaise, pourtant toute proche du fleuve.

Site par Neteor