Newsletter

Brèves

Gustave Courbet, saint patron des vignerons

19-04-2017

Le jeune vigneron inspiré sur le tableau, c'est Gustave Courbet !
Ce portrait (1835, Musée Gustave Courbet) est de Claude-Antoine Beau, professeur de dessin de Courbet, qui a alors 18 ans.
Courbet est représenté en saint Vernier... Tout y est : la serpe, la vigne, les guêtres, et (comme le dieu gaulois Sucellus) le barleu (petit tonneau "de soif") et le chien...

Parmi les saints patrons protecteurs de la vigne, il ne faut pas oublier saint Vernier ! Ce Werner von Oberwesel, fils de vigneron du Rhin allemand, fut à l'origine de nombreux miracles après son martyr à la fin du XIIIe siècle, et son culte s'est propagé en Bourgogne, en Franche-Comté, et, sous le nom de saint Verny, en Auvergne.
On voit par exemple apparaître des confréries qui lui sont dédiées en 1494 à Semur-en-Auxois, à Besançon en 1548, à Arbois en 1627, à Brioude en 1672, à Clermont-Ferrand en 1675... Dans le Puy de Dôme, aujourd'hui, on dénombre environ 70 statues de Saint Verny.

Sa fête est en principe le 19 avril, comme Werner d'Oberwesel, mais elle a varié : en même temps que la Saint Vincent en janvier, ou le dimanche qui suivait le 20 mai...
La date du 19 avril était souvent retenue pour prier contre les gelées printanières... et si on n'obtenait pas satisfaction du saint, on le ridiculisait en lui enlevant son chapeau, on tournait sa statue contre le mur ou on l'immergeait dans l'eau glacée...

Si le 19 avril, on lui parle respectueusement,
Des vignes, saint Vernier, la gelée écartera.
Aussi de sa serpette gaiement vendangera.

(Proverbe jurassien)

Site par Neteor