Newsletter

Les brèves précédentes

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206   207   208     

La renaissance des vignobles disparus

09-05-2017

On vient de le constater une fois de plus, l’histoire n’est pas écrite d’avance
Or, l’histoire de la viticulture française n’est pas un long fleuve tranquille. Le dernier livre de Robert Chapuis, La renaissance d’anciens vignobles français disparus rappelle d’abord, de cette histoire, les bouleversements successifs, parfois violents, souvent inscrits dans la durée, dont notre période volontiers peu cultivée cultive peu la mémoire…

L’épopée de la vigne raconte les octrois et la Révolution, la surproduction et la mévente, les canaux et la voie ferrée, les guerres et les règlements de compte politiques, les pélerinages et les sites industriels, les découvertes et les oublis, le phylloxéra et les échanges internationaux, les coupages et l’origine contrôlée… Au fil de ces séismes, les vignobles de toute taille s’abolissent ou s’annoblissent, disparaissent ou reparaissent.
Le géographe Robert Chapuis a de l’ampleur dans sa vision. Il a collaboré en 2015 à Atlas, Vignes, vins et vignerons dans la mondialisation, et publié en 2013 Vignobles du Doubs et de Haute-Saône.

Il raconte dans cet ouvrage, associant la perspicacité géo-historique et la narration concrète des expériences humaines, comment depuis les années d’après-guerre renaissent des vignobles qui autrefois considérables, ou considérés, disparurent…

N'abandonnez pas !

Cette vaste fresque couvre toutes les régions. Sait-on qu’en 1760 le vignoble de Domme (eh oui… où est-ce ? Un vignoble peut en cacher un autre…) était aussi grand que celui de Bergerac ? Imagine-t-on le monde du vin sans Condrieu et le viognier, ce qui a failli bel et bien arriver ? Remerciera-t-on assez tel pilote alsacien atterri par hasard à Cahors pour la renaissance du vignoble cadurcien ? N’est-il pas compréhensible que Philippe le Bel ait possédé des vignes en Saint-Pourçain ? Se représente-t-on un vignoble sur la montagne Sainte-Geneviève, à Paris ?
On renoue ainsi avec la grande histoire, mais aussi avec celle de la viticulture, et bien des choses s’éclairent. On méconnait trop l’ampleur de la fortune vigneronne qui dura presqu’un siècle – entre 1789 et 1870. Entre la Révolution et le phylloxéra, la Grande Guerre et les voies ferrées. La moindre surprise n’est pas cette incroyable capacité sur les mêmes terroirs à faire – en fonction des demandes du marché - des breuvages exécrables ou des vins de grande qualité.

Voilà donc un livre de chevet pour vérifier sans cesse que la roue de la fortune tourne aussi pour les vignobles, dans un sens, ou dans l’autre. C’est aussi un message d’espoir pour les vignerons de la renaissance des vignobles qui se lancent dans l’aventure. N’abandonnez pas !

La renaissance d'anciens vignobles français disparus
Robert Chapuis
2016, Paris, L’Harmattan, 300 p., 33 €

www.robert-chapuis-geographe.org

Embouteillage de balades oenotouristiques

27-04-2017

Décidément, le Languedoc-Roussillon s’affirme comme le royaume de la balade oenotouristique, celle qui allie promenade, dégustation de vin, gastronomie et animations…

De mai à juillet, il faudra choisir - oui, de nombreuses balades tombent aux mêmes dates - entre la Balade Gastronomique Aux Grés de Montpellier (14 mai) ; Vins, vignes et terroirs à Cabrières ou en Picpoul de Pinet (20 mai), à Pezenas, Saint Saturnin, Sommières (21 mai) ; les Sentiers Gourmands en Clape vigneronne (21 mai) ; les Vignes Toquées en Costières de Nimes (21 mai) ; les Vignes Buissonnières en Pic Saint Loup (10 & 11 juin) ; la Balade Gourmande en St Jean de Minervois (4 juin) ; les Camins de Boutenac (24 juin) ; la Circulade vigneronne en Terrasses du Larzac (1er juillet).

De mai à septembre, l'association Roots 66 en Fenouillèdes propose une trentaine de balade et dégustation dans les vignes. Première date : le 12 mai au domaine de l'Ausseil à Latour de France. De mai à septembre aussi, les Balades Vigneronnes du Pays du Pont du Gard : elles débuteront au domaine Valériane de Domazan et s’achèveront en septembre aux vignobles David à Saint-Hilaire-d’Ozilhan.

Selon les prestations et le style, les prix évoluent entre 10 € et 75 €.

Cahors bien exposé

24-04-2017

Avec l’exposition « Caves & Sarments », le patrimoine du vignoble de Cahors sort des caves. Outils, bâtis, témoignages et photos sont rassemblés pour retracer deux siècles d'histoire mouvementée du vignoble de Cahors. L’exposition est due aux étudiants du Master Patrimoine de Cahors ; elle est accompagnée d’un livret sur le patrimoine architectural et l’outillage viticole lotois de 1800 à nos jours.
Patrice Foissac, historien et président de la Société des Etudes du Lot (SEL), à l'initiative d'un travail de réactualisation de l'histoire du vin de Cahors débarrassée de la mythologie a été mis à contribution. Sa démarche, grâce à Jérémy Arnaud, directeur marketing de l'Union Interprofessionnelle du Vin de Cahors, donnera lieu prochainement à la publication d'un ouvrage scientifique de référence.

Du 26 avril au 10 juillet 2017 - Centre universitaire de Cahors (avenue Henri-Martin)
https://projetpatrimoine.wordpress.com/category/notre-projet/

Lire aussi
Quelques éclairages sur l’étonnant passé viticole de cette cité patrimoine Unesco
http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/2154_qu_est_ce_qu_une_visite_oenoculturelle.htm

10 ans pour le Prix René Renou

20-04-2017

Le Prix René Renou, dont Winetourisminfrance.com est partenaire, sera remis en 2017 pour la 10e année consécutive !

L’Association Nationale des Elus de la Vigne et du Vin (ANEV) et ses partenaires ont créé ce prix en hommage au vigneron et ancien président du Comité Vins de l’INAO. Il récompense la collectivité « ayant le mieux oeuvré, au cours de l’année écoulée, pour la défense et la promotion du patrimoine culturel lié à la viticulture ». Est admise la candidature de toute commune, communauté de communes, département ou région française ayant réalisé un projet autour du vin d’ordre éducatif, environnemental ou oenotouristique ayant valeur d’exemple et de reproductibilité par d’autres collectivités.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 juin 2017. Règlement complet est ligne sur : www.elusduvin.org

Depuis 2008, les lauréats ont été la Ville de Grenoble et le Festival « Le Millésime » ; la Communauté d’Agglomération Nîmes Métropole et La Charte Paysagère des Costières de Nîmes ; le département de l’Ain et le Concours des 7 ceps – route des vins du Mont Blanc ; la Commune de Cairanne (84) pour sa Vigne pédagogique ; la Commune de Marciac (32) pour Jazz in Marciac ; Saumur Agglo (49) pour Festivini et les Grandes Tablées du Saumur-Champigny ; le Département de l’Hérault (34) pour sa politique viticole ; la Communauté de Communes des Coteaux du Layon (49) pour le Musée de la vigne et du vin d’Anjou ; et l’année dernière le Conseil Départemental de Moselle (57) pour la Fête des vins de Moselle .

Gustave Courbet, saint patron des vignerons

19-04-2017

Le jeune vigneron inspiré sur le tableau, c'est Gustave Courbet !
Ce portrait (1835, Musée Gustave Courbet) est de Claude-Antoine Beau, professeur de dessin de Courbet, qui a alors 18 ans.
Courbet est représenté en saint Vernier... Tout y est : la serpe, la vigne, les guêtres, et (comme le dieu gaulois Sucellus) le barleu (petit tonneau "de soif") et le chien...

Parmi les saints patrons protecteurs de la vigne, il ne faut pas oublier saint Vernier ! Ce Werner von Oberwesel, fils de vigneron du Rhin allemand, fut à l'origine de nombreux miracles après son martyr à la fin du XIIIe siècle, et son culte s'est propagé en Bourgogne, en Franche-Comté, et, sous le nom de saint Verny, en Auvergne.
On voit par exemple apparaître des confréries qui lui sont dédiées en 1494 à Semur-en-Auxois, à Besançon en 1548, à Arbois en 1627, à Brioude en 1672, à Clermont-Ferrand en 1675... Dans le Puy de Dôme, aujourd'hui, on dénombre environ 70 statues de Saint Verny.

Sa fête est en principe le 19 avril, comme Werner d'Oberwesel, mais elle a varié : en même temps que la Saint Vincent en janvier, ou le dimanche qui suivait le 20 mai...
La date du 19 avril était souvent retenue pour prier contre les gelées printanières... et si on n'obtenait pas satisfaction du saint, on le ridiculisait en lui enlevant son chapeau, on tournait sa statue contre le mur ou on l'immergeait dans l'eau glacée...

Si le 19 avril, on lui parle respectueusement,
Des vignes, saint Vernier, la gelée écartera.
Aussi de sa serpette gaiement vendangera.

(Proverbe jurassien)

Les dix ans de Malepère

08-04-2017

L’appellation Malepère, la plus occidentale des appellations du Languedoc fête ses dix ans avec plusieurs événements. La Fête de la Truffe d’été se déroulera le 24 juin à Roullens. En juillet et août, chaque jeudi, Malepère ouvrira de deux à quatre de ses domaines au grand public pour un after work ou un apéro estival (de 17h à 22h).

De bonnes occasions pour découvrir les cépages tout à la fois atlantiques (cabernet, merlot, malbec) et méditerranéens (cinsault, grenache) de l’AOC, ainsi que les 3 caves coopératives et 17 caves particulières de ce vignoble méconnu situé entre le canal du Midi et l’Aude sur le pourtour du massif de la Malepère.

En savoir plus : www.vins-malepere.com

Site par Neteor