Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204     

L'oenotourisme et la Loire (le département)

29-02-2016

Olivier Boizet, maître cuisinier de France, chef et propriétaire de l'hôtel 4 étoiles Château de Champlong, interviewé par Le Progrès (*), a résumé en quelques phrases la problématique touristique du département de la Loire.

Premier point, la nécessité de donner au territoire, au département, une identité forte pour permettre aux touristes de situer la Loire et leur « donner l’envie de venir » : « si l’on ne crée pas d’identité, on ne crée pas l’envie ». Ce point est fondamental, pour aller au-delà d’atouts touristiques qui sont « les mêmes que ceux qui font la diversité de la France ».

Deuxième point-clé, réunir les acteurs du tourisme : « en France, on ne fait les choses qu’électoralement… on ne s’appuie pas assez sur les acteurs du territoire, ceux qui ont des idées et de l’énergie ». Il faut aussi convaincre les habitants : « les Ligériens ne croient pas en leur territoire ».

Troisième point, il y a une vraie carte à jouer avec l’oenotourisme. « Il faut créer une identité autour de ce thème ... De nombreux grands vignobles français font de l’oenotourisme, sauf la Loire ». La Loire est le seul département à « avoir trois vignobles différents (Roannais, Forez, Côtes du Rhône septentrionales), avec des vignerons qui ont fait des progrès considérables et se développent à l’international ». Nul besoin « d’investir dans de grosses infrastructures qui coûtent cher alors que l’on a des richesses inexploitées ».

Identité, synergie, fierté, richesses... Une problématique - et des réponses - à l'image de celle de nombreux départements.

(*) Le Progrès du 25 février, interview de Frédéric Paillas

Iter Vitis récompensé

15-02-2016

Le Prix de l’Oenotouriste de l’Année va être décerné pour sa 7ème édition à Viviane Coursières, chargée des relations extérieures pour l’association Iter Vitis France.

Le trophée, réalisé par Eric Chalvin (Château B), lui sera remis à Vinisud le 16 février (www.vinisud.com).

Le label « Itinéraire Culturel Européen » est attribué par le Conseil de l'Europe à des parcours ou ensembles culturels reconnus comme importants au titre du patrimoine. Ils sont le lien entre hauts lieux culturels et tourisme.

Le premier itinéraire labellisé fut, logiquement, celui des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, en 1987, et en 2009, a été labellisé Iter Vitis, les Chemins de la Vigne.

L’objectif est de mettre en avant les possibilités de découverte, au fil des routes et des vignobles, de la culture du vin dans toute sa richesse : artistique, historique, culturelle et immatérielle, paysagère, architecturale.

Iter Vitis multiplie aujourd’hui les participations aux initiatives et aux événements oenoculturels, tel le projet « Les vins des pontifes d’Avignon ».

Ce travail, en évolution et approfondissement permanents, peut être suivi sur les médias suivants :

www.itervitis.fr

https://www.facebook.com/france.itervitis?fref=ts
https://www.facebook.com/ITER-VITIS-France-1394255204177578/?fref=ts

(IterVitis Europe www.itervitis.eu)

Lire Pasteur dans le texte

12-02-2016

Si Louis Pasteur est célèbre pour l’invention de la pasteurisation et sa contribution à l’invention de la vaccination, il est aussi le père de l’œnologie moderne grâce à sa découverte des secrets de la fermentation. Propriétaire d'une vigne, grand amateur de vin, il fut un bienfaiteur de la viticulture française.

En 2015, ses archives ont été inscrites au Registre de la Mémoire du monde de l'Unesco. Elles comprennent notes, comptes-rendus, carnets de laboratoire, communications… relatifs à ses travaux sur le vin.

Toutes ces archives ont été numérisées et sont consultables en ligne : http://www.academie-sciences.fr/fr/Transmettre-les-connaissances/les-archives-numerisees-de-louis-pasteur-a-consulter-en-ligne.html

Une journée de conférences est organisée à l'occasion de cette inscription le 16 février, dans la Maison de Louis Pasteur à Arbois : http://www.terredelouispasteur.fr/wp-content/uploads/2016/02/Flyer-Arbois-vf.pdf

Colette et le vin à Grignan

12-02-2016

La bourguignonne Colette est l’un des écrivains dont la phrase est la plus liée aux vrilles de la vigne, et dont la parole coule au plus près des magies du vin, qu’elles soient paysannes (« A bouère ! »), poétiques ou mythiques.

Bertrand Brocard a créé une exposition sur « Colette et le vin ». Elle est passée par le Clos de Vougeot et sera jusqu’à la fin de février à la Maison de Pays de Grignan, pays connu pour une autre épistolière, la Marquise de Sévigné...

L’exposition s’appuie sur les échanges de lettres (65 en tout) de Colette avec « son » négociant en vins de Charenton, Lucien Brocard, le grand-père de Bertrand. Relation commerciale puis amicale, ce qui explique la valeur de cette correspondance, touchante, drôle et très instructive où transparaît à chaque mot l’écrivaine.

L’exposition, qui peut être louée, et assortie d’animations (concert, conférence) s’accompagne d’un joli catalogue très instructif.

Et on ne résiste pas au plaisir de citer Colette dans Prisons et paradis (1932) :

« J’ai été très bien élevée. Pour preuve première d’une affirmation aussi catégorique, je dirai que je n’avais pas plus de trois ans lorsque mon père me donna à boire un plein verre à liqueur d’un vin mordoré, envoyé de son Midi natal : le muscat de Frontignan.
Coup de soleil, choc voluptueux, illumination des papilles neuves ! Ce sacre me rendit à jamais digne du vin. Un peu plus tard j’appris à vider mon gobelet de vin chaud, aromatisé de cannelle et de citron, en dînant de châtaignes bouillies. A l’âge où l’on lit à peine, j’épelai, goutte à goutte, des bordeaux rouges anciens et légers, d’éblouissants yquem. Le champagne passa à son tour, murmure d’écume, perles d’air bondissantes, à travers des banquets d’anniversaire et de première communion, il arrosa les truffes grises de la Puisaye… Bonnes études, d’où je me haussai à l’usage familier et discret du vin, non point avalé goulûment, mais mesuré dans des verres étroits, absorbé à gorgées espacées, réfléchies. 

http://www.colette-et-le-vin.com/

https://www.facebook.com/Exposition-Colette-et-le-vin-1508910089333028/?fref=ts

Premiers salons de bulles

27-01-2016

C'est curieux chez les bulles ce besoin de faire des phrases.

Un lourd ensemble d'argumentations et de justifications détaillées emplit le dossier de presse qui annonce le lancement de Bulles-Expo. La première édition de ce salon (professionnel) aura lieu les 20 et 21 Juin, au Parc floral de Paris et espère jusqu'à 300 exposants.

Il en est de même pour le dossier de presse détaillé et enthousiaste du tout premier Salon (grand public et professionnel) des Vins Pétillants qui se tiendra à Estaing du 11 au 13 juin.

Pourtant, tout simplement, sans plaidoiries ni ambages, il semble bien qu'il était juste temps que tiennent enfin salon les expressions internationales de l'effervescence (Champagne, crémants, cava, prosecco, skets, sparklings...), incroyables de diversité, de savoir-faire et de goûts...

Le Salon des Vins Pétillants est créé par Catherine Jouvin Sénéjean.

Propriétaire de la Librairie des Gourmets à Paris (Vème), elle a aussi une passion profonde pour l'Aveyron, ses traditions - notamment vineuses - et ce très joli petit village d’Estaing, dans la vallée du Lot au pied de l’Aubrac, où l'on imagine bien virevolter toutes les bulles du printemps...

www.estaingdouze.fr/salondesvinspetillants.php

www.facebook.com/salondesvinspetillants

Colloque Oenotourisme et loi Evin

26-01-2016

C’est un sujet d’importance - l'oenotourisme et la loi Evin - qui va être traité le 1er février à l’initiative de la Communauté de Communes du Grand Pic Saint Loup.

Comment concilier oenotourisme et protection de la santé ? attraction territoriale et dégustation responsable ? C’est, entre autres, de ces difficiles questions que débattront :
• Henri Cabanel, sénateur de l’Hérault et viticulteur
• Frédéric Roig, député de l’Hérault
• Georges Phillip Pageaux, responsable du département hépato-gastro-entérologie
au CHU de Montpellier, Professeur à la faculté de Médecine de Montpellier
• Hussam Al Mallak, médecin, maire de Vailhauquès (34)
• Bruno Le Breton, propriétaire du Domaine viticole de La Jasse, oenologue
• Karl O’Hanlon, Château Les Carrasses (34), professionnel de l’oenotourisme

Lundi 1er février 2016 à 19 h,
Hôtel de la Communauté, Saint-Mathieu-de-Tréviers
www.cc-grandpicsaintloup.fr

Site par Neteor