Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206   207   208   209     

La saison du ski dans les vignes de Savoie

22-11-2015

Pour un amateur de vins, aucune préparation d’une saison de ski dans les Alpes ne peut se concevoir sans familiarisation préalable avec les vignobles des Savoie et des environs.

Tant mieux, il y a plein de films à regarder au chaud avant de partir.

C’est à la demande de la Chambre d’Agriculture Savoie Mont-Blanc, et dans le cadre du projet Vin’Alp, qu’Olivier Pasquet et la société TV.TV ont réalisé une étude géo-historique et une série de films sur l’histoire particulière et riche des vignes savoyardes.

Ce vignoble jeune, amoureux de terroir, explorateur de cépages historiques serait armé pour une plus large visibilité internationale autour des Alpes et du Mont-Blanc avec les voisins des cantons de Vaud et du Valais en Suisse, et ceux du Val d’Aoste. Une route des vins du Mont-Blanc, par exemple ?

Le film « La Grande Histoire de la Vigne en Savoie » est lisible sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=XxBCz3iWF3w. Une version téléchargeable se trouve sur http://vignobles.tourisme.coeurdesavoie.fr/fr/vins-de-savoie/cotes-et-vigne
La deuxième partie, « Les vignerons de la reconquête », se trouve ici : https://www.youtube.com/watch?v=dmhMjnTNGl4&feature=youtu.be
Le film « Trois leçons d'ampélographie alpine » est là : https://www.youtube.com/watch?v=meNRIVEXadk.

Cette production est disponible en DVD.

On visionnera aussi avec intérêt « Le circuit des vignobles de Savoie », à voir sur Vimeo.

Lynch-Bages Best of Wine Tourism

21-11-2015

Le prix International Best of Wine Tourism 2016 - décerné par le réseau des Great Wine Capitals - a récompensé le 12 novembre huit fleurons de l’oenotourisme mondial (*).

Côté France – ou plutôt Bordeaux, seule région française membre des Great Wine Capitals – c’est Lynch-Bages et Cie, propriété de la famille Cazes à Pauillac, qui a été récompensé (dans la catégorie « Services Oenotouristiques »).

Il faut dire que depuis quelques années déjà, l’offre de ce « resort » est plutôt copieuse avec services, animations, événements et visites autour d’un hôtel 4 étoiles, du Château Cordeillan-Bages  et d’un village avec boutiques, commerces et café.

Lynch-Bages et Cie accueille 50 000 visiteurs par an.

www.jmcazes.com/fr/lynch-bages-cie

(*) Il s'agit de : Marques de Riscal City of Wine dans la Rioja (catégorie Services oenotouristiques) ;  Delaire Graff Estate au Cap (catégorie Art et culture) ; le Restaurant Kupferberg à Mayence (catégorie Restauration) ; Kahuak Mendoza wine experience (catégorie Services oenotouristiques) ; MonverdeWine Experience Hotel dans le Douro (catégorie Architecture et paysages) ; Harvest Inn by Charlie Palmer dans la Napa Valley (catégorie Hébergement) ; Vina Indomita dans la Casablanca Valley au Chili (catégorie Découverte et Innovations).

Un portail oenotourisme Atout France

13-11-2015

Atout France crée un site média vitrine de l’oenotourisme français.

Organisé par marque destination, c'est-à-dire vignoble/interprofession, il est destiné à orienter les internautes vers les sites partenaires.

La « marque Destination » n’aura qu’un représentant ; interprofession ou institution du tourisme (OT, CDT, CRT…), le coût d’adhésion étant de 5000 € par destination.

Le lancement de ce portail - www.visitfrenchwine.com - devrait avoir lieu le 11 décembre.

La parole de Pierre Overnoy

30-10-2015

Il faut prendre le temps de s’asseoir et d’écouter. D’écouter la parole du vigneron Pierre Overnoy, grand parmi les plus grands. De l’écouter dans le détail.

Son enfance à Pupillin. La guerre, la chasse, le tarot. Les premières ares de vigne. Le refus de la mort : celle des sols, des vers de terre et des levures indigènes (« une bonne population de levures se prépare à la vigne »). Ses compagnons : Jacques Néauport, Alain Chapel, les vignerons des vins naturels (avec souvent la référence à « Monsieur Chauvet »).

On va dans le détail en effet : les terres de Pupillin, la jachère de la vigne (« mais personne ne le fait »), tous les travaux de la terre, les cépages (« quelle connerie on a fait en supprimant ces enfarinés ! »), les pratiques culturales et la vinification (le soufre, la chaptalisation…), l’élevage et le vieillissement. Tout est à lire, pour comprendre, de l'intérieur, les alternatives de la culture et de la vinification ; il y a même des cartes, des photos et des schémas clairs et instructifs.

Le moyen d’apprendre aussi ce que sont le raisin bouanné, le naturé ou le seret, d’en savoir plus sur la grande sécheresse de 1893 (ça nous change du phylloxéra), et des bonnes pratiques vis-à-vis des organismes viticoles...

Du détail, mais sans aucune sécheresse, avec la chair des explications, la sève de l’observation et de l’expérience, l’âme de la confidence et de l’anecdote.

Cet ouvrage délicieux est de ces livres qui nourrissent.

Riche en leçons d’amour pour la terre et la vigne, c’est une conversation rare avec un vigneron (Emmanuel Houillon est bien sûr aussi présent) comme on en voudrait tous les jours.

« La Parole de Pierre » est édité (réédité, il s’agit d’une publication de 2011) par MêtaJura, qui a déjà livré un ouvrage de référence, la bible du Château-Chalon.

Le vin et la calligraphie

29-10-2015

Le vin épouse parfois la calligraphie. Deux exemples.

Mardi 3 novembre, à Paris, aura lieu le fameux événement « exception-délectation-exploration » du Château Larrivet Haut-Brion, l’Oenofolie (9ème du nom).

Emilie Gervoson a convié Lassaâd Metoui, célèbre calligraphe qui a notamment illustré les quatrains d’Omar Khayyam, pour une performance en live sur les notes de dégustation des vins du Château Larrivet Haut-Brion.
(Rendez-vous gratuit et ouvert à tous, sur simple inscription sur le site www.larrivethautbrion.fr ou sur la page facebook www.facebook.com/larrivethautbrion)

Patricia Muller dirige un atelier de calligraphie (Callibris) à La Charité-sur-Loire : elle travaille souvent sur des « Calligraphies en vin », et organise - et loue - des expositions.
http://www.callibris.fr

Le vin en hors sol culturel

29-10-2015

Claude et Lydia Bourguignon fêtaient le 27 octobre les 25 ans d'activité militante de leur LAMS, le laboratoire d'analyses des sols qu'ils fondèrent après avoir pris la porte de l'INRA. Au centre de leur combat, le caractère vital du sol agraire et le constat épouvanté de la mort des sols.

Le sol de surface grouillant de vie, de biomasse, est en effet la source de la santé des plantes, de leurs qualités nutritionnelles et de leurs saveurs. Or c'est cette vie de nos vignobles que fait disparaître l'agriculture chimique, ses insecticides, pesticides, antifongiques... Leur combat, donc, fut et reste de remettre la vie dans les sols.

Il en est aujourd'hui de même pour le sol culturel du vin. Il est mort.

Dans l’ensemble, la "filière vin", les acteurs du tourisme, ceux de la valorisation des territoires, vont insuffisamment à la rencontre des richesses culturelles de leurs propres vignobles et de leurs vins.

Ils ont, du coup, du mal à concevoir comment le patrimoine vitivinicole peut apporter la 3D au vin et être une ressource économique. Ils ne peuvent que mésestimer les perspectives offertes par l'oenotourisme dans ses perspectives de tourisme culturel.

Il nous faut être les aventuriers des archives perdues.

Chaque vignoble doit - avec l'aide des archéologues, des historiens de toutes spécialités, des ethnologues et de tous les érudits locaux passionnés... - redécouvrir, se réapproprier et transmettre ses patrimoines, ses histoires, sa fierté viticole, la « culture générale » de ses vins.

Tout ce sans quoi le vin n'est qu'une boisson, à la merci d'être aromatisée par les industriels, et réduite à un liquide alcoolisé par des prohibitionnistes subventionnés.

Tout ce sans quoi le vin est en hors sol culturel.

Il faut redonner vie au sol culturel du vin.

Site par Neteor