Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206     

Les vrais prix des vignobles

20-06-2006

Voilà un titre alléchant mais il est difficile de donner autre chose que des indications approximatives. Alors lançons-nous. En Champagne : de 400.000 à 1 million d'euros l'hectare. En Bourgogne : 4.600 euros pour le générique, 2,5 millions d'euros pour les Grands Crus. A Bordeaux 7.500 pour le générique, 1,3 million d'euros pour Pomerol. En Alsace, 155.000 euros. Provence ; entre 40.000 et, vers le littoral, 60.000 euros. En Beaujolais générique, autour de 30.000 euros. Le Languedoc, 11.000 euros. La Loire, entre 7.500 et 11.000 euros. Ce qui nous donne en moyenne ; 83.600 euros l'hectare pour les AOC, 12.100 euros l'hectare pour les autres.

Révisions

19-06-2006

Plus la peine de réviser les Fino Xérès et le rouge Pinotage 2002 Groenekloof d'Afrique-du-Sud ! C'est déjà tombé en dégustation à l'aveugle du Trophée Ruinart (le 18 juin).

Complètement tokay

16-06-2006

Le Tokay de Hongrie vient du cépage tokay. Le Tokay d'Alsace est élaboré à 100% à partir de pinot gris. On ne sait pas pourquoi il s'appelle Tokay. Par ailleurs, le cépage tokay est plus couramment dénommé (en Hongrie) furmint. En fait, selon des recherches récentes, ce furmint et l'altesse (cépage du Bugey) se ressembleraient furieusement. A quand du Tokay du Bugey ? Mais d'ailleurs, le Tokay d'Alsace n'a plus droit à ce nom, Union Européenne oblige.

Mille milliards de sabords

07-06-2006

Comme le sait tout tintinophile, le château de Cheverny, c'est (les ailes en moins) le Moulinsart du Capitaine Haddock. Une exposition permanente le rappelle aux visiteurs. Le vif vin blanc de l'AOC environnante cour-cheverny aurait du être la boisson favorite du compagnon de Tintin. C'est quand même le seul vin que produit le cépage romorantin, qui n'est planté nulle part ailleurs, ni en France, ni dans le monde ! Et quel vin, tonnerre de Brest ! (Ceci dit le décret créant l'AOC ne date que de 1993)

Vino=Mondo

07-06-2006

"Le vin, dans sa complexité infinie d'expressions, est sur la planète entière, la chose la plus à l'image de l'être humain. Il fédère les traditions judéo-chrétiennes et gréco-romaines, il les garde - ou plutôt les prolonge - vivantes, vitales et actuelles. Le vin est donc un dépositaire unique de la civilisation occidentale" dit Jonathan Nossiter, le réalisateur de Mondovino.

Jean armé

01-06-2006

« La seule arme que je tolère, c'est le tire-bouchon. », disait Jean Carmet. Sa ville de naissance, Bourgueil, sait lui rendre hommage. Il y a eu en 2004 une cuvée Jean Carmet chez Bouvet-Ladubay, lançée avec la complicité de ses deux fils. De plus, la Maison des vins de Bourgueil s'est installée dans une belle maison du XVe siècle, celle-la même où l'acteur a passé son enfance !

Site par Neteor