Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204     

Du sens des noms dans l'oenotourisme

16-08-2015

Tout le monde ne s'appelle pas Saint-Tropez ou Saint-Emilion. Pour attirer l'amateur de vin, l'oenotouriste, ou le touriste tout court, le nom est de plus en plus crucial. Soit ce nom touche l'imaginaire du candidat au séjour, à l'excursion, à la visite, soit ce nom "ne lui dit rien".

Soit on s'appelle Château Margaux et tout le monde vient coller son nez sur la grille ; Alsace, et par cars complets on monte et descend la Route des Vins ; Champagne et chacun y va de sa petite laine pour plonger dans les crayères... Soit on s'appelle "Autrement" (pour ne froisser personne) et on peine à détourner ne serait-ce qu'un touriste égaré par un GPS défaillant.

Derrière les noms de lieux qui attirent, il y a - souvent nativement, parfois à la force des années et du poignet infatigable de la persévérance - de l'imaginaire, une histoire, des hommes, du sens...

Que faire lorsque le nom n'a pas de sens - dans l'esprit du touriste s'entend, et non dans ceux de quelques baptisants ? Trouver un nom qui a du sens.

Mais un nom qui a du sens, ça ne court pas les rues. Croit-on que le travail est fait lorsqu'on veut s'appeller "Sud de France" ? Ou nommer une IGP "Terre du Sud" ou "Méditerranée" ? Ou donner à des destinations oenotouristiques dûment labellisées les noms "Coeur de Savoie", "Vallée du Loir" ou "Les bon crus d'Artagnan" - qui dans l'imaginaire touristique peuvent tout aussi bien évoquer meule de fromage, sieste de rongeur et distribution de mousquetaires ?

Alors, faute de trouver immédiatement un nom qui a du sens pour une destination oenotouristique, une origine, une indication géographique, il faudrait peut-être connaître et mettre en scène l'histoire du lieu, ses histoires, ses hommes, ses patrimoines, son identité particulière dans la mosaïque des territoires, sa force propre parmi l'infinie richesse des énergies des lieux.

En matière de marque attachée à un lieu, faire l'économie du sens est toujours suicidaire.

Il faut tirer le sens du lieu avant de lui coller un nom vide et sans plus d'avenir qu'une promesse non tenue dans la forêt de plus en plus concurrentielle des marques territoriales.

Les vignes de Cassini

10-08-2015

L’élaboration des cartes de Cassini s’étale sur près de soixante ans - entre 1747 et 1790 - et a mobilisé quatre générations de la famille Cassini, à la demande de Louis XV. Elles ont été réalisées en grande partie grâce à des financements privés.

Leur précision est spectaculaire ; y figurent routes, canaux, forêts, moulins, cabanes, briqueteries, carrières… mais aussi caves à fromages, cabarets et gibets…

Elles sont d’un intérêt remarquable, par exemple pour ce qui est du patrimoine, de la géographie historique et de la toponymie. Elles sont aussi un témoignage de l’implantation des vignobles à cette époque. Les vignes y sont présentes dans la mesure où il s’agit d’une culture pérenne qui, de plus, peut constituer un terrain difficile pour le déplacement de troupes à cheval. Les ceps y sont représentés en forme de gobelets tutorés.

Des vignobles connus y figurent déjà, et les cartes de Cassini font figure de lettres de noblesse, de même que des vignes aujourd’hui disparues qui renaissent parfois grâce à des passionnés, comme le coteau de Saint Pierre sur Dives en Normandie.

Malheureusement la Corse, la Savoie et le comté de Nice, qui ne faisaient pas partie du royaume à l’époque, ne figurent pas sur les cartes.

Les cartes : http://www.cartocassini.org/cartecassini/france_NB.htm
La légende des cartes : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/4_pop_1.htm

Oenotourisme à Maraussan

06-08-2015

Près de Béziers, c'est un des hauts lieux où souffle l'esprit du vin.

Créée en 1905, la Cave de Maraussan, "Les Vignerons libres", est en effet la première coopérative viticole de France.
Elle eut même les honneurs de la visite de Jean Jaurès qui y prononça un magnifique discours en langue d'oc. Il y saluait le nouvel édifice proche de la gare et des wagons-réservoirs qui "portent aux ouvriers parisiens le bon et loyal produit des vignerons maraussanais."

Le Syndicat d'Initiative est installé dans la Cave qui appartient aujourd'hui aux Vignerons du Pays d'Enserune. La Cave, qui porte encore sa devise "Tous pour chacun, Chacun pour tous", se visite. Un parcours historique peut être suivi dans le village qui fait apparaître, au delà de la coopérative viticole, la large ambition sociale et économique du mouvement coopératif.

Un ouvrage édité par la commune permet de poursuivre cette balade dans l'histoire avec des photographies d'archives. On y apprend par exemple que les Maraussanais, pour conserver leur château - le château de Perdiguier - à la Révolution, l'amputèrent de ses tours trop aristocratiques. C'est l'autre monument historique du village, et un domaine viticole.

Oenotourisme dans les Côtes de Bordeaux

04-08-2015

Blaye, Cadillac et Castillon Côtes de Bordeaux rivalisent d'imagination pour multiplier les activités oenotouristiques.

Les « Balades en Cadillac » - le festival estival et culturel en Cadillac Côtes de Bordeaux - fêtent leur 20ème anniversaire.
Outre le week-end des 22 et 23 août, elles renforcent leur programme durant l’été. A découvrir sur www.bordeaux-cotes.com
N’oublions pas que la Maison des Vins de Cadillac est un vrai pôle oenotouristique avec Musée de la Vigne et du Vin et parcours didactique dans les vignes.

Les 5 et 6 septembre 2015, ce seront, autour de la Maison du Vin de Castillon-la-Bataille, les Portes Ouvertes en Castillon Côtes de Bordeaux. www.castillon-cotesdebordeaux.com

En Blaye Côtes de Bordeaux, il suffit de partir, chaque jeudi de l’été en « Festibalade »… www.vin-blaye.com

Quant aux Vignerons de Tutiac - près de la Citadelle de Blaye et des thermes de Jonzac - ils proposent la découverte de leur parcours « De la vigne au verre » et diverses animations gourmandes durant l’été www.tutiac.com
(Lire aussi : http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/1811_tutiac_a_40_ans.htm)

Oenotourisme en miel et vin

31-07-2015

Wine & Bee est une société drômoise créée en février 2015 par un couple amoureux du terroir : Sébastien le sommelier & Eve la passionnée de miels.

Ils mettent en scène l'union de deux nectars à la texture différente et à la complémentarité gustative : le Miel & le Vin !

Un protocole de dégustation unique a été expérimenté par Wine & Bee et approuvé avec des acteurs du goût drômois : l’Université du Vin de Suze la Rousse ainsi que la Maison des Vins de Tain l’Hermitage.

Que diriez-vous d'associer par exemple la Caillette (charcuterie drômoise) avec un trait de miel d'Ardèche, le tout sublimé par un Crozes-Hermitage rouge ?

Ces alliances Miels & Vins sont mises à l'honneur lors de « Raids de Dégustation », notamment lors d’un rendez-vous mensuel en Vallée du Rhône.

Elles sont aussi à l’affiche digitale sur www.wineandbee.com où sont associés en trio : 1 miel + 1 vin + 1 suggestion de recette (avec une livraison en moins de 48h dans l’hexagone).

Un ambassadeur de 75 cl pour l'oenotourisme

30-07-2015

Que l'oenotourisme serve (aussi) à vendre du vin, c'est souhaitable.

Et si le vin servait à vendre l'oenotourisme ? A générer des envies d'excursion, de visite, de séjour, de circuits ?

Les technologies qui peuvent donner à voir une destination, telles le QRcode, sont simples à mettre en oeuvre et le contenu (photos, textes ou vidéos) peut être lu sur smartphone ou tablette.
L'étiquette peut également porter des services de billetique, de jeu, de réservation, des invitations à des événements ou des réductions...

Quelle meilleur ambassadeur qu'un bon vin pour un vignoble ? Et ce, sur n'importe quel point du globe...

Site par Neteor