Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204     

Le vin est-il un objet post-moderne ?

16-06-2015

Même si le mot « post-moderne » est le héros et la victime de définitions multiples, voire contradictoires, on peut définir un objet comme post-moderne lorsqu’il est dépourvu de références locales et temporelles, passées ou futures.
Son identité est fluctuante et fragmentée, vide de récits, toute en instantanéité et en facettes.

Tout au long d’une passionnante et riche histoire de fastes et de crises, le vin a été boisson de sacralité, d’alliance, d’alimentation, de fêtes, d’ivresse…

En tout cas, objet uniquement culturel, indissociable de la culture et facteur de culture…

Aujourd’hui, le vin peine à raconter son histoire. Où est notre culture générale du vin ? Le vin perd ses racines. Si ce n’est déjà fait. Le vin est post-moderne.

Le vin, ainsi nu, se retrouve juteux objet de marketing arômatirosé pour les industriels, dangereuse dose d’alcool pour les « cafards oenophobes » (Gérard Oberlé).

Ecouter le vin - Contes et spectacles du vin

13-06-2015

Le vin est une inspiration constante pour le spectacle vivant

Ainsi, Isabelle Lobet-Piron est conteuse de profession en Provence et vient de créer une balade contée : « Contes de la treille ou Echappée belle dans les vignes », qui peut se dérouler dans le vignoble ou en cave, ou dans le chai, ou en salle...

Claudia Mad'moiZèle est conteuse et donne un spectacle de contes intitulé « Contes Dit-Vins » sur le vin, la vigne et les vignerons. On peut la contacter pour un récital-escale-contes.
Elle sera présente au festival de contes de Cucugnan (Aude), où une matinée sera consacrée par ailleurs au story-telling du vin (Le vin fait des Histoires).

Laurent Battist est vigneron et conteur. Son domaine, le Domaine du Verdouble, est à Cucugnan. Il sera lui-aussi présent pour Le Vin fait des Histoires.

Ce sont de vrais one-man-shows que présente le formidable Bernard Sorbier, autour du vin (« Des mots dans mon vin»), ou de la vie rurale (« Truffée », « Le dernier paysan et les coquelicots », avec … José Bové).

Sébastien Barrier se livre à de longues performances – spectacle-dégsutations - autour des vignerons de vins nature : « Savoir qui nous buvons ».

Philippe Coste crée des spectacles lyriques, musicaux, humoristiques autour du vin, des oenospectacles comme les Opéras de Bacchus ou les Décoenoconférences, initiations sérieusement décalées au vin.
www.lesoperasdebacchus.fr

« Le Vin, c’est beaucoup plus que le Vin » est un spectacle en cabaret littéraire – qui peut être modulé selon les organisateurs - du duo ligérien, Mademoiselle Fiola et Monsieur Zo.

Il en existe bien d’autres comme le basque Koldo Amestoy (et son spectacle « In Vino Fabula »), Laurent Petitjean (« Le vin se goûte, le vin s’écoute »)...

Et nous en oublions tant Bacchus est, aussi, une muse prolifique.

Le Jardin d'Ivresse

10-06-2015

Original. Le Château Larrivet Haut-Brion sait l’être. Il dévoile aujourd’hui un projet paysager unique au monde, Le Jardin d’Ivresse.
Christine, Philippe et Emilie Gervoson ont fait appel à l’artiste Soline Portmann pour concevoir un espace onirique dédié aux vins.
L’écrin de parcs, de prairies, de bois et d’étangs commence à accueillir une scénographie végétale évoquant la vigne. D’ores et déjà, une structure « land art » déploye sa perspective de piquets et ses possibilités de déambulation. Chaque création du Château Larrivet Haut-Brion trouvera par la suite sa traduction végétale, et cette composition s’épanouira au fil du temps, au fil des millésimes…

Le visiteur est invité « à faire une expérience paysagère, comme l’on fait une expérience esthétique ou gustative », souligne l’artiste, qui ajoute vouloir transmettre une émotion « de l’ordre du spectaculaire discret et raffiné » en esprit avec les vins du Château.

Ouverture et découverte du « Jardin d’Ivresse » à partir de Juin 2015, du lundi au dimanche de 10h à 18h
Programmes thématiques et tarifs sur www.larrivethautbrion.fr.

Chasselas, trésor suisse

07-06-2015

Le cépage Chasselas est le sujet d’un livre bien agréable écrit par l’experte Chandra Kurt, qui ajoute à une belle facture éditoriale la reproduction de gravures en couleur de Paul Boesch (1935).

De courts chapitres abordent de façon claire les différents terroirs et les sujets-clés comme l’amical débat sur la fermentation malolactique (rien de trop technique, rassurez-vous) ou les délicates définitions de Grand Cru et de Premier Grand Cru.

Anecdotes littéraires et historiques donnent des perspectives inattendues : on apprend ainsi que Charles Dickens aimait à faire des promenades de plusieurs kilomètres dans le Lavaux. Fêtes vigneronnes et adresses oenotouristiques sont signalées, avec un focus sur le Conservatoire Mondial du Chasselas, et ses 19 variétés, fondé par Louis-Philippe Bovard à Rivaz. Une belle collection de recettes clôt l’ouvrage.

Dans ce monde de bruit et de fureur, il est de plus en plus recommandable d’écouter la discrète mais riche musique des Chasselas qui interprètent avec toutes les nuances requises les belles pentes des vignobles suisses. Suivez ce guide !

Chasselas – De Féchy au Dézaley
Un voyage à la découverte des trésors du vignoble vaudois
Chandra Kurt, www.chandrakurt.com – Orell Füssli, www.ofv.ch

Dégustation perchée

06-06-2015

Voilà qui aurait plu au Baron perché d'Italo Calvino. Une dégustation... perchée.

Le Château de Rayne-Vigneau propose à ses visiteurs une dégustation perchée en haut du cèdre bicentenaire du parc, avec l’encadrement d’un moniteur diplômé.
Les amateurs sont invités à se hisser jusqu’à une table suspendue pour y déguster le vin de ce 1er Grand Cru Classé de Sauternes face au panorama du vignoble (sur réservation uniquement, tarif : 25 € / personne, de 3 à 7 personnes).
Le château propose également des formules « Rayne Vigneau à Cheval » qui associent randonnée équestre, visite et dégustation.

www.raynevigneau.fr

Vin dans mon musée !

03-06-2015

Les musées du vin manquaient d’un lieu médiatique unique pour se faire connaître, pour communiquer leurs actualités et pour aller plus loin dans leurs missions vis-à-vis du grand public, de la filière viticole et du monde de la culture…

« Vin dans mon musée ! », le blog tout simple des musées du vin, vient de s’ouvrir gratuitement à eux, grâce à André Deyrieux et au média numérique Winetourisminfrance.com.

Ils peuvent y présenter leurs activités et leurs actualités, et une carte permet de naviguer aisément dans la France des musées du vin.

Parmi les plus actifs à y être déjà présents ; le Château de Boën-sur-Lignon, le Musée de Montmélian, Néovinum ou Benoit Ploffoin…

Renseignements sur http://vindansmonmusee.blogspot.fr

Site par Neteor