Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206     

Cuvée Jules Chauvet, Domaine Robert-Denogent

26-10-2014

Ils sont quelques-uns de la jeune génération à avoir la chance de travailler les vignes d’un grand Monsieur du Beaujolais, d’un grand Monsieur du vin "naturel" : Jules Chauvet (La Chapelle de Guinchay dans le Beaujolais).

Chauvet est un nom qui circule toujours dans ce tout petit monde du vin naturel. Certainement parce qu’il est Le Monsieur dont les travaux sur l’étude des levures, la macération carbonique, les techniques de vinification... restent inégalés à ce jour.

Jules Chauvet élaborait aussi un Beaujolais de renom sur les vignes familiales à La Chapelle de Guinchay. C'est là que
Nicolas et Antoine Denogent du Domaine Denogent (Fuissé) travaillent 0,75 ha et élaborent un Beaujolais Village comme Jules Chauvet l’aurait sans doute apprécié.

Premier millésime 2012 (18€ que 12 bouteilles). Pour en savoir plus cliquez ici.

Jules Chauvet, le père des vins naturels

26-10-2014

Les Grands Vignerons (1)

Né avec le siècle (le XXème, en 1907), Jules Chauvet s’est éteint en juin 1989 à La Chapelle de Guinchay peu après avoir dit « Je vais bientôt mourir et je ne connais rien au vin ».

Première leçon d’une humilité qui commence, et finit, devant la nature : « Il faut respecter ce que la nature nous a donné ». Point.

Jules Chauvet avait repris la petite affaire de négoce paternel. Il fut vigneron, grand dégustateur, et le premier oenologue du dénuement technologique, insistant sur le labour, la maturité, le soin et le tri de la vendange, les cuvaisons longues, l’absence d’ajout de quoi que ce soit et la confiance dans le patrimoine levurien des terroirs et leurs aromatiques. Son mot d’ordre ne reste-t-il pas d’actualité : « il faut tout simplement revenir au naturel » ?

« Je déguste tous les jours à 11 heures »

Il fut aussi le premier à attacher autant d’importance au nez du vin. Il ne cessa jamais de s’entraîner à la découverte des parfums des fleurs (y compris avec des parfumeurs de Grasse). « Il faut sentir à tout bout de champ », disait-il.

« Avant toute chose, le vin c’est du parfum, pas de l‘alcool… Faites des vins peu alcoolisés avec un joli parfum ». C’est dire comme il n’a pas été suivi durant l’ère Parker.

La dégustation narrative de ces « paysages olfactifs » - à la fois « science et art », école de modestie mais aussi « de précision et de patience » - devient avec lui la possibilité d’ouvrir à tous le monde mythique du vin. En 1980, il dédicaça avec plaisir le livre de Jean Lenoir « Le nez du vin ».

Jules Chauvet était bien sûr vigneron. Ses Beaujolais étaient très appréciés par le Général de Gaulle.

On fera son profit, si on arrive à se le procurer, du livre paru chez Jean-Paul Rocher Editeur en 2006 « Jules Chauvet, naturellement… », réalisé par Evelyne Léard-Viboux.

Pour découvrir une Cuvée née sur les vignes de Jules Chauvet, voir ICI

Abritez vos bouteilles chez Ma Tante

20-10-2014

Le Crédit Municipal de Paris vient de créer La Cave de Ma Tante, un service de location d’espace de stockage pour les bouteilles.

Chaque client profitera - dans cette cave datant du XVIIIème siècle - d’un espace de stockage pour un maximum de 300 bouteilles, d’un personnel expérimenté pour la manipulation d’objets fragiles, d’un parking gratuit sur place, d’une tarification avantageuse et d’un service optionnel d’enlèvement et de livraison à domicile.

« Ma Tante » a quelques compétences en matière de vin. En effet, depuis 2008, il est possible de « mettre son vin au clou ». Elle organise aussi des ventes aux enchères de grands crus, et est assistée d'experts indépendants qui estiment la valeur des bouteilles avec la garantie d’un établissement public.

www.creditmunicipal.fr

(Qui est « Ma Tante » ? François-Ferdinand-Philippe d’Orléans, Prince de Joinville (1818-1900) fils du roi Louis-Philippe ne souhaitait pas révéler à sa mère qu’il avait mis sa montre en gage. Il prétexta - lorsque celle-ci s’étonna, un jour, de ne pas la lui voir porter- l’avoir oubliée chez sa tante, Adélaïde d'Orléans)

Mécénat et oenotourisme en Bas-Amagnac

20-10-2014

En Bas-Armagnac, le Château de Laubade accueille une œuvre d’Erwan Le Bourdonnec ; la Chapelle des Anges.
Les mobiles jouent avec l’air et la lumière des ouvertures, des bassins, des matières, des reflets…

Inauguration le 14 novembre, lors de l’événement La Flamme de l’Armagnac, qui se tiendra cette année au Château de Laubade… Bien joué !

L’étonnant Château de Laubade, à Sorbets,forme le coeur des 200 hectares que comportent les quatre propriétés viticoles des Vignobles Lesgourgues. Le domaine comprend un parcours initiatique de 23 œuvres d’art qui se parcourt en un peu plus d’une heure.

www.chateaudelaubade.com

Le Prix René Renou décerné à l’Hérault

20-10-2014

C’est cette année le Département de l’Hérault qui est récompensé par le Prix René Renou (dont Winetourisminfrance.com est partenaire).

Le Prix René Renou - dont c'est la 7ème édition - porte le nom du vigneron et ancien président du Comité Vins de l’INAO (1952-2006). Il récompense la collectivité ayant le mieux œuvré pour la défense et la promotion du patrimoine culturel lié à la viticulture.

Le Conseil général de l’Hérault a mené un grand nombre d'actions significatives en faveur de la viticulture.

Il crée en 2003 son Observatoire viticole, véritable outil d’information au service des viticulteurs, avec comme objectifs l’échange de données et l’aide à l’orientation des stratégies.

En 2011, le Conseil général souhaite axer ses actions de communication sur les femmes et les hommes qui font naître les vins de l'Hérault via un événement phare : le Grand Prix des Vincoeurs.

Mentionnons aussi la création de l’Oenothèque de pierresvives destinée à favoriser les échanges techniques entre vignerons. A l’heure actuelle, sont stockées des cuvées références des millésimes 2009 et 2012. Un suivi de ces vins sur au moins dix années a été défini.

En outre, une étude IFOP a été réalisée sur l’image des vins du Languedoc pour permettre à la filière de concevoir une stratégie accompagnée par le Département.

Et ces actions se poursuivent aujourd’hui avec un accompagnement fort des initiatives oenotouristiques des différents territoires du département…

Le Prix sera remis lors d'une prochaine cérémonie.

www.herault.fr/economie-entreprises/viticulture

Bars, vins et musique à Paris

20-10-2014

Pierrick Bourgault n’y va pas avec le dos de la cuillère ! Le titre de son Guide des bons plans annonce 200 bars-concerts à Paris. Et ce sont 223 adresses qui se pressent dans ce petit livre en format poche formidablement plein d’informations pratiques !

Voilà dévoilée une joyeuse cacophonie d’établissements plus que divers où mille musiques et musiciens viennent ravir et surprendre les oreilles. Car c’est là, dans les bistrots, que naît et vit la musique… vivante.

Il plaira à l’oenotouriste que ce guide, préfacé par Joël Boueilh, président des vignerons de Plaimont, qui s’y connaissent en accords vin et musique (et pas seulement à cause du festival de jazz de Marciac), cite bien évidemment des adresses connues des oenophiles comme la Bonne Franquette (rare adresse recommandable de la Butte Montmartre), le Plan B de la rue Daguerre ou le Limonaire, « bar à vins et à chansons ».

« A boire ! » et « Musique ! » sont deux cris qui vont donc bien ensemble…

Surtout lorsqu’on est accompagné par un auteur bourré d’affection pour ces lieux de convivialité, de culture et de résistance que sont les bistrots (jusqu'à s'en faire l'ethnologue militant).

Il suffit de lire sa bibliographie, à Pierrick : « Bars du monde », « Les Zinzins du zinc », « Bars en France », « Paris bars-décos »… et de le retrouver sur le site www.monbar.net

Collection Paris Utile, format : 11 x 17 cm, 128 pages, 23 photos en noir et blanc, 9 € - Éditions Christine Bonneton www.editions-bonneton.com

Site par Neteor