Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206   207   208   209   210     

Gustave Courbet, saint patron des vignerons

19-04-2017

Le jeune vigneron inspiré sur le tableau, c'est Gustave Courbet !
Ce portrait (1835, Musée Gustave Courbet) est de Claude-Antoine Beau, professeur de dessin de Courbet, qui a alors 18 ans.
Courbet est représenté en saint Vernier... Tout y est : la serpe, la vigne, les guêtres, et (comme le dieu gaulois Sucellus) le barleu (petit tonneau "de soif") et le chien...

Parmi les saints patrons protecteurs de la vigne, il ne faut pas oublier saint Vernier ! Ce Werner von Oberwesel, fils de vigneron du Rhin allemand, fut à l'origine de nombreux miracles après son martyr à la fin du XIIIe siècle, et son culte s'est propagé en Bourgogne, en Franche-Comté, et, sous le nom de saint Verny, en Auvergne.
On voit par exemple apparaître des confréries qui lui sont dédiées en 1494 à Semur-en-Auxois, à Besançon en 1548, à Arbois en 1627, à Brioude en 1672, à Clermont-Ferrand en 1675... Dans le Puy de Dôme, aujourd'hui, on dénombre environ 70 statues de Saint Verny.

Sa fête est en principe le 19 avril, comme Werner d'Oberwesel, mais elle a varié : en même temps que la Saint Vincent en janvier, ou le dimanche qui suivait le 20 mai...
La date du 19 avril était souvent retenue pour prier contre les gelées printanières... et si on n'obtenait pas satisfaction du saint, on le ridiculisait en lui enlevant son chapeau, on tournait sa statue contre le mur ou on l'immergeait dans l'eau glacée...

Si le 19 avril, on lui parle respectueusement,
Des vignes, saint Vernier, la gelée écartera.
Aussi de sa serpette gaiement vendangera.

(Proverbe jurassien)

Les dix ans de Malepère

08-04-2017

L’appellation Malepère, la plus occidentale des appellations du Languedoc fête ses dix ans avec plusieurs événements. La Fête de la Truffe d’été se déroulera le 24 juin à Roullens. En juillet et août, chaque jeudi, Malepère ouvrira de deux à quatre de ses domaines au grand public pour un after work ou un apéro estival (de 17h à 22h).

De bonnes occasions pour découvrir les cépages tout à la fois atlantiques (cabernet, merlot, malbec) et méditerranéens (cinsault, grenache) de l’AOC, ainsi que les 3 caves coopératives et 17 caves particulières de ce vignoble méconnu situé entre le canal du Midi et l’Aude sur le pourtour du massif de la Malepère.

En savoir plus : www.vins-malepere.com

Innovation Oenotourisme & Packaging

08-04-2017

Le mardi 16 mai, à l'Institut des Sciences de la Vigne (Villenave-d'Ornon), Inno’vin consacre l’une de ses Matinées Innovation à l’oenotourisme et au packaging. Les premières heures sont consacrées à l’oenotourisme avec au programme (de 8 h 30 à 11 h 00) :

L’oenotourisme : quelles implications pour les territoires et les vignerons ? (Jean-Louis Yengué, Université de Tours) ; Les attentes des oenotouristes : la France vs Australie (Tatiana Bouzdine, KEDGE) ; Futur Atlas du vignoble bordelais : présentation et focus (Raphael Schirmer, Université de Bordeaux) ; L'expérience de visite à la Cite du Vin : implications pour l'oenotourisme (Frédéric Ponsignon, KEDGE) ; et une table-ronde avec Estelle de Pins, Wine Tour Booking - Christophe Château, CIVB - Catherine Leparmentier, Great Capital Network - Evelyne Resnick, RESMO.

Informations : http://innovin.fr/index.php/fr/medias/toutes-les-actus/738-matinee-innovation-oenotourisme-packaging

Oenotourisme effervescent en Aveyron

14-03-2017

Voilà un salon qui a de la suite dans les idées !
Le week-end des 3 et 4 juin, ce sera la deuxième édition du Salon des Vins Pétillants.

Il se déroule à Estaing (Aveyron), aura comme l’année dernière sa soirée de gala (« Saveurs à l’Italienne et Caprices de Diva »), et s’adjoint aujourd'hui l’Ordre de la Dive Bouteille de Gaillac.
Autre nouveauté, un concours, « Le Muselet d’Or », ouvert aux artistes peintres, photographes ou sculpteurs autour du thème Vins & Vignes en Lumières !

Encore cinq raisons pour venir découvrir ce salon ? Aiguiser vos papilles ; flirter avec l’innovation et l’audace ; papoter avec des vignerons dénichés pour leur savoir-faire d’exception ; découvrir un salon convivial hors du temps ; rencontrer Estaing, un village amoureux du vin et des arts, son château médiéval et son pont gothique classé au patrimoine de l’Unesco.

Prix d’entrée au salon : 5€ avec une flûte offerte - Participation modique des vignerons : 160 €
Winetourisminfrance.com est partenaire du Salon.

Contact : Catherine Jouvin Sénéjean jouvinsenejean.c@wanadoo.fr
www.facebook.com/salondesvinspetillants

Enrichissement et oenotourisme

09-03-2017

Les sociologues Luc Boltanski et Arnaud Esquerre mettent en lumière dans leur dernier ouvrage une mutation profonde de l'Europe de l'ouest - après notre sortie de l'âge industriel, et au-delà de notre présence dans l'économie financière - notre entrée dans une nouvelle sphère de création de richesse économique.

Nous avons basculé - depuis la décennie 1975-1985 - dans une "économie de l'enrichissement". De quoi s'agit-il ? D'une économie qui tire sa substance du passé, qui repose sur l'exploitation du passé. Une "exploitation beaucoup plus intensive que cela n'avait été jusque-là le cas de gisements spécifiques formés de dépôts accumulés au cours du temps et dont la narrativité constitue un mode privilégié de valorisation."

Qui exploite ces gisements ? Les auteurs citent les domaines du luxe (dont le luxe alimentaire), des activités culturelles, du commerce de l'art, de la patrimonialisation (de sites immobiliers, de produits de terroir, de sites, territoires et paysages) et du tourisme, notamment du tourisme culturel.

Les vignobles, bassins d'enrichissement

L'oenotourisme s'insère dans ce courant de civilisation et se situe - notamment pour un développement territorial - à la confluence du luxe alimentaire, du tourisme gastronomique, et de la patrimonialisation "qui profite des effets d'enrichissement historique de sites, de terroirs, de villes, associés à des traditions alimentaires".

Chaque vignoble est à même d'être selon l'expression des auteurs un "bassin d'enrichissement" dont la force mémorielle peut être mise en valeur au travers de narrations...

Un ouvrage dont la complexité se laisse lire, qui fera date, et donne donc ce mot d'ordre : "Vignobles, enrichissez-vous !"

 

Enrichissement
Une critique de la marchandise

Luc Boltanski, Arnaud Esquerre
NRF Essais
Gallimard - 29 €

Vézelay à coups de slogans

25-02-2017

Le vignoble de Vézelay va cette année voir son appellation passer de « Bourgogne Vézelay » à « Vézelay ». Du coup, « un groupe de travail composé de vignerons et de personnalités locales » s'est réuni pour « réfléchir aux valeurs et aux messages » à associer au vignoble et à ses vins. En effet « ce passage en appellation « village » est une étape importante » et ils souhaitent « en profiter pour reprendre à zéro toute la communication autour des vins de Vézelay ». A l'issue de cette réunion, ils ont retenu trois propositions de slogan et associent maintenant tous ceux qui le souhaitent à voter sur internet pour ou contre leurs propositions.

Le « marketing territorial » est coutumier de cette démarche bâclée et à l’envers qui consiste à inventer un slogan plutôt que de travailler à comprendre - et à faire comprendre - la personnalité propre et unique d’un territoire, en l’occurrence ici d’un vignoble.

Vézelay, vignoble lumineux !

Les slogans trouvés, chacun dûment accompagné de son point d’exclamation, font plus ou moins l’affaire : Vézelay, Le Bourgogne inspiré ! Vézelay, buvez l'autre Bourgogne ! Vézelay, se crée en Bourgogne ! Quant à faire vide de sens, on pourrait en inventer foule d’autres : Vézelay, vignoble lumineux ! Vézelay, terroir céleste ! Vézelay, le Bourgogne éternel ! Et l’avantage est de pouvoir recycler ailleurs les slogans non utilisés: La côte dijonnaise, buvez l’autre Bourgogne ! Le Bourgogne-Côtes du Couchois, Le Bourgogne inspiré !

Mais est-ce l’ADN du vignoble ? Est-ce attractif ? Est-ce parlant ? Est-ce pour le consommateur une promesse d'expérience authentique et rare, la « once in a lifetime experience » de nos consommateurs et touristes anglophones ?

Au milieu coule la Cure

Ce petit vignoble à la rose trémière et aux quatre côteaux, aux rives gauche et droite (de la Cure) si distinctes culturellement, qui jadis approvisionna Paris de ses vins un peu austères et marque le départ de la via Lemovicensis ne mérite-t-il pas mieux ?

Consommateurs et œnotouristes sont de plus en plus à la recherche de différence, d’un storytelling unique qu’ils ramèneront chez eux. L’expérience vraie de l’œnotouriste est la découverte de la personnalité d’un vignoble, et cette personnalité est l’élément clé de l’attractivité de ce territoire.

Cette personnalité s’écrit à partir de l’histoire viticole du territoire et de ses patrimoines œnoculturels… Cette démarche de fond est la seule payante dans le monde de plus en plus concurrentiel des vins et du tourisme.

Site par Neteor