Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204     

Livres en Vignes au Clos de Vougeot

12-09-2014

Quoi de plus glamour que les rendez-vous galants du vin et de la culture ?

Pourtant, il faut par les temps qui courent (ou stagnent, pataugent et s’enfoncent) admirer qu’ils puissent avoir lieu : les rivières de l’argent se jettent de moins en moins dans les fleuves de la culture

On salue donc, à sa juste valeur et en connaissance de cause, la tenue – pour la septième année consécutive - de l’événement oenoculturel bourguignon Livres en Vignes, suspendu chaque année au fil fragile du déséquilibre financier et, plus heureusement, au brin d’acier de la volonté de sa fondatrice Evelyne Philippe

Elles seront nombreuses les têtes couronnées littéraires à venir les 27 et 28 septembre au Château du Clos de Vougeot signer leurs ouvrages, serrer des mains, rencontrer leurs publics, sourire aux photographes, nourrir des projets, et échanger sur les uns et les autres des propos assassins mais – lors du Chapitre de l'Equinoxe, de la Plume et du Vin de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin - adoucis par les grands vins et les chants des Cadets de Bourgogne.

La littérature vineuse, bachique, œnologique sera représentée par David Cobbold, Aubert de Villaine (Les Climats de Bourgogne), Isabelle Saporta (Vino Business), Richard Pfister (Les Parfums du vin), Charles Frankel (Les Vins de Feu), Jean-François Bazin, Ophélie Neiman, Philippe Bouin, Serge Carrère, Robert Chapuis, Thierry Dussard, Eric Corbeyran, Mona Lalba, Olivier Magny, Philippe Mestat, Evelyne Resnick, Nicole Seeman...

Les auteurs de BD sont nombreux : Hervé Richez, Wandrille, Philippe Bercovici, Benoist Simmat, Boris Guilloteau et Michel Tolmer qui remporte le Prix du Clos de Vougeot avec l’hilarant Mimi, Fifi et Glouglou (Ed. de l'Epure, 2013).

Comme chaque année, les débats Vignes et vins aborderont avec les auteurs présents des sujets palpitants d’actualité : Les Climats de Bourgogne, La viticulture bio, L’oenotourisme…

Le riche programme est à feuilleter ici : www.livresenvignes.com

Drouhin ou Drouhin ?

12-09-2014

A Beaune, on peut découvrir la maison Joseph Drouhin (du nom de son fondateur, l’arrière grand-père) dans son Oenothèque.

Elle permet de belles dégustations ; est-il besoin de rappeler l’emblématique Clos des Mouches acquis par Maurice Drouhin (le grand-père) dans les années 1920 ?

Elle propose aussi la visite de ses caves historiques qui s'étendent sur près d'un hectare au coeur de Beaune, entre les Hospices et la Collégiale Notre-Dame.

Elles ont appartenu aux Chanoines de Beaune, aux Ducs de Bourgogne, aux Rois de France, et recèlent des vestiges romains de près de 2000 ans.
La maison organise des événements oenotouristiques qui sont à découvrir ici : www.drouhin-oenotheque.com

Mais la famille est aussi dans les doux paysages de Chablis, sous le nom Drouhin-Vaudon, du nom d’un beau moulin du XVIIIème siècle posé sur le Serein qui ferait un très joli havre oenotouristique.

Ce vignoble de 40 ha a été investi dans les années 60 par Robert Drouhin (le père). Les parcelles, en biodynamie (en bio dès 1988), sont sises dans le vrai cœur kimméridgien de Chablis, en village, premiers crus et grands crus (Vaudésir, Bougros, Les Clos). www.drouhin-vaudon-chablis.com

Deux manières donc de décliner le slogan maison « L’Elégance naturelle des Grands Bourgognes », ce qui n’empêche pas la famille (aujourd’hui Véronique, Frédéric, Philippe et Laurent) d’être en passe de réaliser son vœu de produire de grand pinots sur les terres de la Willamette Valley dans l’Oregon (autre slogan : « French soul, Oregon soil »). www.domainedrouhin.com

Balade contée dans les vignes de Carcassonne

12-09-2014

Grâce au thème « Patrimoine Culturel, Patrimoine naturel » des Journées Européennes du patrimoine 2014, la Cité de Carcassonne, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, s’associe à son environnement viticole.

Le 21 septembre sera en effet sous le signe de la vigne patrimoine, avec une Balade contée, itinéraire composé d’une dizaine d’étapes clés, animées par une conteuse, un musicien, un agronome et des viticulteurs ambassadeurs de leur territoire.

Une Balade contée qui sera une occasion unique pour découvrir la vigne autrement, participer à un pique- nique « dius a vol » à Pech Mary, déguster les vins de l’appellation « Cité de Carcassonne » et comprendre les relations d’interdépendance entre patrimoines historique, naturel et paysager.

De 9H à 17H, avec Marche balade randonnée de 3 h 30
Pique-nique, 18 €, vin compris
Réservation obligatoire avant le 15 (04 68 77 78 81 - contact@grandsite-carcassonne.fr)

www.grandsite-carcassonne.fr

Cet événement est le fruit de la collaboration du Syndicat Mixte Opération Grand Site Cité de Carcassonne, de la Chambre d’Agriculture de l’Aude, et du Garae Ethnopole.

 

Par ailleurs, les 21 et 22 septembre, l’auditorium de Carcassonne offre une exposition «Vigne, paysage, entre approche sensible et paysage».

Ces vins qui aiment l’eau

11-09-2014

Jouer avec l’eau pour améliorer le vin remonte – si on laisse de côté les mélanges vin–eau de mer de l’Antiquité - aux vins « retour des îles » ou « retour de l’Inde ».

Au XIXème siècle, ce fut en effet la mode des vins de Bordeaux auxquels on faisait faire le trajet des Antilles. Antérieurement, il y eut à Londres, au XVIIème siècle, des vins de Porto « retour de Terre-Neuve » et au XVIIIème des vins de Madère « retour d'Inde », avec le sentiment que ces allers-retours amélioraient le vin.

Des expériences ont depuis été menées avec des vins d’Henri Maire, et en ce moment même 420 bouteilles de grands vins de Bourgogne font le tour du monde à bord d’un porte-conteneur, avec - dans ce cas - l’objectif de démontrer que le transport conserve parfaitement leurs qualités gustatives.

Outre le transport, c’est aux effets de l’immersion que s’intéressent quelques passionnés.

Au Pays basque, près de Saint-Jean-de-Luz, l’original Emmanuel Poirmeur vinifie un chardonnay en cuves immergées.

Les expériences se concentrent le plus souvent sur une période d’élevage en bouteilles. Citons l’immersion de bouteilles dans les lacs de Servières et de Guéry en Auvergne, au large de Gruissan ou dans la mer Baltique…

C’est une autre aventure qui est menée par l’innovateur Château Larrivet Haut-Brion, puisqu'il s’agit de l’immersion dans le Bassin d’Arcachon de petites barriques. Des « barricots » ou « quarts » (55 litres) réalisés tout spécialement par les MOF de la Tonnellerie Radoux.

A l’intérieur, un prélèvement d’une cuve de Château Larrivet Haut-Brion rouge 2009 (AOC Pessac-Léognan), un vin qui, après ses 16 mois d’élevage « classique », a passé sept mois supplémentaires sous l’eau, dans l’huîtrerie du célèbre Joël Dupuch.

Une barrique témoin, restée sur la terre ferme, permet évidemment des dégustations comparatives. L’une d’elles a été offerte par Emilie Gervoson à quelques invités sélectionnés lors de l’une des « Oenofolies » parisiennes du Château, le 10 septembre.

Une salinité supérieure (qui exalte les arômes), une polymérisation des tanins (due au ressac), un milieu anaérobie qui génère un développement microbien différent, une baisse légère de l’acidité, une baisse sensible du degré alcoolique (de 14,2 à 13,37)… donnent un vin complexe, aux tannins soyeux, qui a trouvé un nouvel équilibre.

Les goûts sont évidemment propres à chacun, mais la cuvée immergée a recueilli une majorité d’avis favorables.

Il ne reste plus aux ostréiculteurs du Bassin qu’à faire un peu de place pour les nouveaux chais bordelais

 

Voir aussi :
Des vins qui ont le pied marin
www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/225_des_vins_qui_ont_le_pied_marin.htm
Oenotourisme de mer
www.winetourisminfrance.com/fr/breves/1549_oenotourisme_de_mer.htm
Oenofolies de Larrivet Haut-Brion
www.larrivethautbrion.fr/index.php/fr/oenofolies

Le vin en Gaule, journée scientifique

04-09-2014

Dix ans après le cycle de conférences qui avait accompagné l’exposition « Le Vin, Nectar des Dieux, Génie des Hommes », le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal-Vienne, fort d’une longue expérience sur la thématique, a souhaité accueillir de nouveau en son sein la communauté des chercheurs afin qu’ils livrent le fruit de leurs dernières découvertes.

Spécialiste de la chimie biomoléculaire, archéologue plongeur du DRASSM, ingénieurs de recherche à l’Inrap ou étudiant en thèse à l’Université Lyon 2... tous ces spécialistes apporteront lors de cette journée transdisciplinaire un éclairage nouveau au sujet de la vigne et du vin en Gaule, à travers l’actualité de la recherche archéologique.

Ce rendez-vous à caractère scientifique se déroulera la veille des Vinalia, le samedi 27 septembre 2014. De nombreux archéologues participant à cette journée resteront également au musée le lendemain pour présenter les résultats de leurs recherches à tous les visiteurs.

Dans la limite des places disponibles, sur inscription auprès de Christophe Caillaud - Musée de Saint Romain-en-Gal-Vienne (www.musees-gallo-romains.com)
04 74 53 74 39 / christophe.caillaud@rhone.fr

Oenotourisme en Mâconnais

29-08-2014

Salve d’activités oenotouristiques en vignoble du Mâconnais ! Tant mieux, le Mâconnais n’est qu’à 1h35 de Paris, 25 minutes de Lyon et 2h15 de Marseille (gare de Mâcon-Loché-TGV).

On peut le survoler en hélicoptère, à vélo avec un «cab » anglais, accompagné par un âne de bât…

On peut aussi apprendre à faire des gelées de vin artisanales, ou s’offrir cours de cuisine et séjour autour du vin dans un château féodal…

Des Vendanges participatives avec dégustations de vins locaux, visites guidées de châteaux dont le Château de Monceau (propriété viticole de Lamartine), atelier cuisine, balade à vélo, cueillette... sont aussi proposées sur 5 jours et 4 nuits par le gîte A La Roche Bleue.

Toutes les informations sur www.visitezlemaconnais.com - OT Mâconnais au 03 85 21 07 07

Site par Neteor