Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206     

Art et Vin sur la Côte d’Azur

16-06-2014

Depuis plus de 15 ans, Art & Vin transforme les domaines et châteaux du Var et d'une partie des Alpes-Maritimes en lieux de prestations artistiques le temps d'un été.

Cette manifestation, organisée par la Fédération des Vignerons Indépendants du Var, fait partie intégrante des évènements oenotouristiques de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Cette année, le thème en est « L'architecture et le patrimoine ». Bonne idée : les châteaux et paysages viticoles varois recèlent des trésors d’architecture.

Ainsi, le domaine des Terres de Saint-Hilaire (qui accueillera les œuvres de Jean-Pierre Rives), possède une abbaye du 17ème siècle édifiée sur l’emplacement d’un temple romain dédié à Hercule ; et la Commanderie de Peyrassol est une commanderie templière fondée au début du 13ème siècle.

Une cinquantaine de vignerons et plus d’une soixantaine d’artistes sont parties prenantes de l'événement, comme par exemple Bernar Venet au Château d’Astros à Vidauban ; Alejandro Tobon et José Fernando Munoz au Château Saint-Martin à Taradeau ou David Dahan et Just Cage au Château Thuerry à Villecroze.

Toutes les informations pratiques sont ici : www.art-et-vin.net

Le tourisme, boulet de l’oenotourisme

09-06-2014

Partout où l’oenotourisme développe ses stratégies, c’est-à-dire dans les départements qui prennent au sérieux les perspectives économiques du tourisme rural, de terroir et des vignes, je rencontre des acteurs dynamiques, originaux, inventifs.

Côté vignoble (en caves particulières et en coopératives), côté culture et patrimoines (dont ceux, immenses, du vin), côté paysages et environnement, côté agriculture et élevage, côté douillettes chambres d’hôtes, côté institutionnels du tourisme … ils ont comme objectif de développer des projets sérieux à Haute Valeur Oenotouristique.

Or, sur le terrain, combien sont-ils les acteurs traditionnels à traîner les pieds, à sommeiller sur leurs rentes de situation, à vieillir dans les pantoufles d’un tourisme qu’ils déplorent agonisant mais qu’ils contribuent à tuer ?

Il n’y a qu’à voir les cartes (et le service) des vins de certains (très nombreux) restaurants, où l'entrée de gamme de négociant qui a pulvérisé sa « DLC » joue la culbute à 18 euros le flacon.

Il n’y a qu’à affronter l’inculture en matière de terroirs et de vignobles de nos fournisseurs de nuitées sans goût ni grâce, incapables d’apporter la moindre information, le plus petit conseil sur les richesses locales.

Il n’y a qu’à faire la liste de tous ces détails qui tuent dans un domaine – l’accueil - où le dieu Qualité est dans les détails…

Dans une destination touristique, chacun en est l’ambassadeur : or, certains craignent que le tourisme à la papa n’obère les chances de l’oenotourisme de demain. Et ils se battent pour que ne ce soit pas le cas.

André Deyrieux

De nouvelles applis pour l’oenotourisme

07-06-2014

Le parc des applications mobiles dédiées à l’oenotourisme s’accroît (voir notre précédent article Oenotourisme sur smartphone).

Fin mai, Côte-d’Or Tourisme présentait Bourgogne Rando Vignes permettant de se balader dans la région et de découvrir les secrets de la vigne, du vin et des climats de Bourgogne. Deux premiers circuits ont été retenus pour lancer l’application : le tour de la Butte de Corton (6km) et le circuit des Crêtes à Santenay (11km). D’autres sentiers sont en préparation.
www.cotedor-tourisme.com

Début juin, c’était au tour du Pays de Thau, destination labellisée Vignobles & découvertes, de lancer son appli qui reprend de manière fluide et interactive le guide « Vignobles et Saveurs en Pays de Thau », qui connait d’ailleurs une réédition papier.

(Appli à télécharger ici : http://www.paysdethau.fr/appli/)

Oenotourisme au Prieuré de Grandmont

07-06-2014

Le touriste ou le pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle ne s'en doutent pas en visitant le Prieuré Saint-Michel de Grandmont, implanté à 400 mètres d’altitude près de Lodève.

Le bâtiment, créé au XIIème siècle par Saint Etienne de Muret, a été transformé au XIXème siècle en exploitation viticole.
Etienne Vitalis l’acheta en effet en 1849, et opéra quelques transformations pour exploiter 600 hectares de vignes.

Ainsi, il fit de l’église un chai à barriques, et ouvrit une porte monumentale pour pouvoir rentrer les vaisseaux vinaires. L'église sert aujourd’hui de lieu de réception… (photo)

Un destin surprenant pour un prieuré appartenant à l’ordre le plus sévère du Moyen-Age. Mais le lieu cache d’autres mystères comme des mégalithes et un dolmen dominant un panorama magnifique comprenant le lac de Salagou et par temps clair les monts Saint-Clair (Sète) et Saint-Loup (Agde).

Le Prieuré est l’un des buts de visite des Duos Vignerons organisés chaque année de mai à septembre par l’Office de Tourisme Lodévois et Larzac.

La Cuvée du Prieuré est aujourd’hui élaborée (en « Terrasses du Larzac ») par la Cave de Saint-Jean de la Blaquière.

www.tourisme-lodevois-larzac.fr

Oenotourisme cultivé en Bourgogne

04-06-2014

A côté des opérations liées à la candidature des Climats de Bourgogne au patrimoine mondial UNESCO, la Bourgogne propose prochainement deux autres événements très "oeno-cultivés".

Ce sont d’abord les journées Pontus de Tyard : elles auront lieu les 14 et 15 juin au Château de Bissy-sur-Fley (en Saône-et-Loire).

Cette édition rassemble des conférenciers de disciplines variées autour de la thématique : « La vigne, un patrimoine à conserver ». On y parlera dans une ambiance châtelaine mais conviviale de viticulture patrimoniale, des cépages disparus d’Ashkelon ou de l’aligoté de Bouzeron… L’artiste Joyce Delimata exposera des œuvres inspirées par les couleurs du vin.

www.pontus-de-tyard.com - (Compte-rendu de l’année dernière ici : www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/1553_dans_les_vignes_de_pontus_de_tyard.htm)

Autre événement, les Journées Internationales des Amateurs Eclairés de Vins dont la deuxième édition aura lieu les 5 et 6 juillet, au Château du Clos Vougeot puis à Gevrey-Chambertin.

S’enchaîneront conférences et tables-rondes avec par exemple Jacques Dupont, Jean-Michel Deiss, Jacky Rigaux, Bernard Burtschy, Anselme Selosse, Olivier Humbrecht et Arnaud Daphy. Le dimanche se déroulera le Challenge international des clubs oenophiles (CICO).

Et bien sûr, il n’y aurait guère de sens à ne pas intercaler entre ces deux belles journées une Paulée qui se déroulera au Cellier de Clairvaux, à Dijon.

Programme sur : www.u-bourgogne.fr/IMG/pdf/ACTU-VITAE-2014.pdf

Le vin est né au Paradis !

01-06-2014

Le vin est né sur le lieu même du Paradis terrestre.

On sait que la plus ancienne trace connue de chai de vinification au monde a été découverte en Arménie, non loin d’Areni, à 80 kilomètres à vol de colombe du Mont Ararat, où Noé planta les premières vignes d’après le déluge…

Or, si on veut suivre les indications du livre de la Genèse, le jardin d’Eden se trouvait dans l’Arménie historique. “If the Scriptures are rightly understood, it was in Armenia that Paradise was placed“ écrira Byron.

Ce jardin a été planté par Dieu en Eden du côté de l’orient, avec des arbres de toute espèce. Il y avait notamment des figuiers, puisqu’Adam et Eve « ayant cousu des feuilles de figuier, s'en firent des ceintures ».

Un fleuve sortait d'Éden pour arroser le jardin, et de là il produisait quatre sources, dont celles du Tigre, et de l'Euphrate. Le Paradis englobait notamment le Mont Ararat et le lac de Van. De très nombreux auteurs ont largement glosé sur ce point, et produit d’admirables cartes…

En fait, si, bien après le péché originel, l’Arche de Noé s’est échouée sur le Mont Ararat, c’est qu’il s’agissait de redonner sur le lieu même du Paradis une seconde chance à l’humanité, par l’intermédiaire de Noé, le « second Adam »…

Et si Noé plante de la vigne, et c’est même la première chose qu’il fait en sortant de l’arche - « Noé commença à cultiver la terre, et planta de la vigne » (Genèse 9 :20) – c’est pour renouer avec les plantes du jardin d’Eden… Pour la vigne aussi, la région du Mont Ararat est un pont entre le monde antédiluvien et celui qui suit le déluge, le nôtre…

CQFD

Carte BNF

Site par Neteor