Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205     

Oenotourisme en Food Trucks

23-05-2014

Lundi 9 Juin (lundi de Pentecôte), le Domaine du Mas Rouge a invité tous les Food Trucks de Montpellier à sortir de la ville pour présenter leur concept dans ses vignes.

Les trucks proposeront des Burgers, Bagels, Woks, Fajitas, Sandwichs… au cours d’une journée familiale et conviviale avec pétanque et vins du domaine.

Précision : la mer est à 3 minutes du Mas Rouge !

Entre 11 heures et 15 heures, au Domaine du Mas Rouge, Les Aresquiers, Vic-la-Gardiole, entre Sète et Montpellier
www.domainedumasrouge.com

Pourquoi l’oenotourisme ne se vend-il pas ?

22-05-2014

C’est simple. Il peine à générer des imaginaires touristiques.

Et sans imaginaires, le produit oenotouristique n’est pas armé pour se battre dans le contexte hyper-concurrentiel du tourisme mondial actuel.

Pour le dire familièrement, l’oenotourisme, tourisme pourtant éminemment culturel, fait rarement rêver.

L’oenotourisme français n’a pas pris à bras le corps cette problématique de création d’imaginaires, et il est à craindre que l’univers désirant de nombre de touristes possibles ne voie dans l’oenotourisme que des routes des vins mal indiquées, des fêtes de Bacchus en papier crépon, des caveaux désuets, et des accueils sans goût ni grâce…

L’oenotourisme français ne s’essaye que rarement à valoriser les immenses et prestigieuses ressources contextuelles de ses vignobles : archéologie, histoire, géologie, géographie, paysages viticoles, architectures, créations artistiques et littéraires, personnalités hors normes…

Il semble qu’il faille aller chercher en Afrique du Sud, en Grèce, en Argentine, au Portugal, en Allemagne ou en Italie… la valorisation de l’héroïsme de l’histoire viticole, l’évocation des puissances paysagères, la profusion du luxe authentique des hébergements, la mise en perspective vertigineuse des siècles de viticulture, l’ennoblissement des travaux de la vigne, la célébration de la richesse prodigieuse des cépages…

Nous sommes peut-être contaminés par l’hygiénisme ambiant… bricoleurs racornis du rêve, prohibitionnistes larvés de l’art de vivre, contempteurs honteux de l’heroic fantasy vineuse, abstèmes sournois de la civilisation du vin…

A once-in-a-lifetime experience

Je me trompe ? J’exagère sans doute, les choses changent… Mais, montrez-moi alors beaucoup de propositions oenotouristiques dont le nom me percute, qui me racontent des histoires envoûtantes, et me proposent des expériences qui vont changer ma vie…

André Deyrieux

Faites Floc pour l'apéritif

14-05-2014

Bien frais, le Floc fait un bel apéritif, et permet de s’entraîner pour ses prochains séjours en Gascogne.

Le Floc de Gascogne (en gascon, "lou floc" signifie "le bouquet de fleurs") remonte au XVIème siècle.

Il est élaboré avec deux tiers de jus de raisin non fermenté et d'un tiers d'armagnac jeune, ce qui donne un liquide doux et fruité, blanc ou rosé selon les divers cépages utilisés (côt, fer-servadou, folle blanche, ugni blanc …)
Il est élaboré sur trois départements : le Gers, les Landes, et le Lot-et-Garonne.

Le Floc se boit jeune, et accompagne très bien aussi un autre produit local, le foie gras

Environ 1 million de bouteilles sont commercialisées chaque année, avec un prix moyen de 10 € - www.floc-de-gascogne.fr et www.vins.tourisme-gers.com

Marre des accords mets-vins plan-plan

10-05-2014

On ne compte plus les livres, articles, sites web sur les accords mets et vins... Mais il faut bien avouer que tout cela est un peu redondant, classique, ennuyeux...

Pourquoi ne pas essayer autre chose ?

Par exemple, tentons les accords euphoniques.

Avec de la mozarella ? Un Moselle rosé ! Un T-bone ? Beaune ! Champagne et pâté de campagne... Palette de porc et Palette... Vol-au-vent, Volnay... Chevreau, Cheverny...

Pourquoi pas des accords mets et vins sans vins ?

Un camembert au lait cru ? Calvados ! Steak tartare ? Bloody Mary ! Une choucroute ? Un Broker's Gin ! Saumon fumé ? Jura (le whisky) pur malt. Carpaccio ? Jus de carotte.

Pourquoi ne pas s'amuser en invitant des gens qu'on n'aime pas à des anti-accords ? On sera d'ailleurs certainement surpris par d'étonnants enthousiasmes de leur part.

Asperges ? Cahors ! Huîtres ? Sainte-Croix-du-Mont ! Poireaux vinaigrette ? Vin jaune ! Munster ? Pomerol !

N'hésitons pas à tester des accords sur les couleurs.

Des escargots petits gris s'accompagnent de Gris de Toul, la paëlla de vin orange, les artichauts poivrade de vinho verde.
Le vin noir de Cahors se boit sur une brouillade d'oeuf à l'encre de seiche et aux truffes (on peut s'aider du repas de deuil de Huysmans dans son roman A rebours).

Mais le meilleur ne serait-il pas de tisser des accords par simples rêveries et dérives de l'esprit ?

Avec un Grand Corbin-Despagne, des tapas et une pièce de Montherlant ; avec un Château Le Tertre-Roteboeuf, des brochettes et une complainte ; avec un Clos des Paulilles, des écrevisses et un film de Rohmer...

Quant à certain Chambertin...

Printemps rose chez les vins du Bugey

09-05-2014

Quarante stands vignerons seront présents à Ceyzériat le 17 mai pour le Printemps des vins du Bugey qui a décidé cette année de voir la vie en rose, à l’instar de l’un de ses fleurons, le Bugey Cerdon.

Le comté se joint à la fête avec un vaste stand où l’on pourra découvrir, déguster et même fabriquer du comté. De leur côté, les restaurateurs de la commune proposent des menus spéciaux en l’honneur de l’AOC Bugey.

Retrouvez également les spécialités gastronomiques de l’Ain sur le stand Saveurs de l’Ain ; les animations, avec l’atelier Museau et papilles spécial enfants, les ateliers oenologiques animés par la brigade des sommeliers, et les dégustations improvisées de la sommelière Annie Crouzet.

Intronisations dans l’ordre des commandeurs du Bugey et de la Grappe d’or, spectacles, expositions complètent le programme.

Samedi 17 mai, de 10 à 19 h. Entrée libre. Kit dégustation (un verre + 10 tickets) : 5 euros.

www.leprintempsdesvinsdubugey.com

Camping oenotourisme

05-05-2014

Dans le département du Vaucluse, l’Agence de développement touristique et la Fédération des Campings se sont associées pour améliorer la lisibilité de l’offre oenotouristique de l’hôtellerie de plein air – qui est le premier hébergement marchand du département avec 36% des lits.

Un site web recense les campings "Bacchus" qui, situés au sein d'un vignoble ou à proximité d'un cadre environnemental préservé, réservent un accueil privilégiés aux amateurs de vin.
Un label qui pourrait bien devenir un label national…

www.vinchaisnous.fr

Site par Neteor