Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204     

Oenotourisme à Madagascar

29-03-2014

Le lieu où se situe le mas du Domaine Cabanis, à Vauvert (Costières de Nîmes), se nommait autrefois « Malacasca » - « mal coiffé ».

Le nom fût transformé en « Madagascar » par les villageois suite au passage, dit-on, de la dernière reine malgache, déchue et exilée en 1887, Ranavalona III.

Ce domaine viticole en bio est fortement investi dans l’oenotourisme.

L’agenda est bien rempli : stage connaissance et dégustation des vins (12 et 13 avril et 5 et 6 juillet) ; accueil « De ferme en ferme » (26 et 27 avril) ; soirée festive pour la présentation des vins du millésime (31 mai) ; accueil tous les jeudis de 10h à 13h pour une visite du Domaine avec dégustation (du 10 juillet au 28 aout) ; soirée « Nuit des étoiles » (lundi 11 août) et journée des vendanges (le 28 septembre).

Et Madagascar, direz-vous ? On retrouvera l’île le samedi 10 mai.

Une « Journée à Madagascar » est en effet organisée par trois étudiants (Fanny Marchal, Marion Yvorra et Thierry Joly) de la Licence Pro « Oenotourisme et projet culturel » à l’Université de Nîmes.

Une après-midi de découverte du bio, du domaine, de ses activités viticoles et oléicoles… sera suivie à partir de 19h30, d’une soirée malgache au profit de l’association humanitaire Terre des Enfants.
Réservation au 04 66 88 78 33 / tarif soirée 18€ ou tarif de soutien 25€
www.domainecabanis.com

En parallèle, la municipalité de Vauvert organise une exposition photographique sur Madagascar de Vivian Estevenin, du samedi 10 au vendredi 22 mai.

Un sac pour l’oenotouriste

27-03-2014

De plus en plus de vins de qualité sont conditionnés en Bag in Box, et, du coup il arrive que l’oenotouriste en achète…

Obag' lance une gamme de sacs originaux en forme de goutte pour habiller les poches des cubis de vins, une innovation qui a obtenu une médaille au concours Lépine.

Le sac se transporte, s’accroche grâce à son oeillet, et sert même de décoration !

C’est de plus un produit 100% français et 100% fait main, avec des fournitures de premier choix.

A acheter sur le site www.obag.fr : de 29€ à 39€ selon les modèles.

Quand le pressoir était banal

26-03-2014

Parmi les droits seigneuriaux, les privilèges, abolis par la Révolution Française (en 1792-1793) figurent les banalités.

Ce sont des installations que le seigneur entretient et dont il impose l'utilisation aux habitants de la seigneurie.

Parmi ces banalités on trouve les pressoirs et les marchés aux vins.

Evidemment, le seigneur perçoit un impôt, une redevance pour l'usage de ces installations, sauf s'il consent un usage gratuit, par exemple pour des établissements hospitaliers.

Le droit de banalité interdisait donc aux « assujettis » de construire des pressoirs.

Mais c’était aussi un service concernant un équipement fragile, et parfois lourd jusqu’à nécessiter l’emploi de charpentiers pour les « mener, conduire et gouverner » durant les vendanges…

Vignes antiques à Savigny

25-03-2014

Après Gevrey-Chambertin en Côte de Nuits (lire ici : http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/668_une_vigne_gallo_romaine_a_gevrey_chambertin.htm), c’est aujourd’hui en Côte de Beaune – et toujours en plaine - que l’équipe de Jean-Pierre Garcia (Université de Bourgogne) a mis au jour des restes très anciens de vignobles.

Des fouilles ont été menées à Savigny-les-Beaune, sous la pelouse entourant la cuverie de la maison Bouchard Père et Fils.

Il reste à déterminer s’il s’agit de vignes datant des Romains (vraisemblablement, entre le Ier et le IVe siècle après Jésus-Christ), ou de l’époque médiévale

Vignobles et vins de Saône-et-Loire

24-03-2014

Le Salon des vins de Mâcon (25 au 27 avril) s’accompagne cette année de manifestations sur le thème des caractères des vignobles et des vins de Saône-et-Loire et de leur devenir aujourd’hui.

Trois rendez-vous sont prévus : un colloque scientifique « Vignobles et vins de Saône-et-Loire » le vendredi 25 avril dans les locaux du BIVB ; une exposition, du 25 au 27, au cœur du Salon et une table ronde « La Saône-et-Loire dans l’univers des vins de Bourgogne » le samedi 26 au Parc des Expositions.

www.recherche-maconnais.org

Un oenotourisme durable ?

24-03-2014

Les Vignerons en Développement Durable, ce sont 16 caves coopératives, représentant 25.000 hectares de vignes .

On est heureux d'apprendre qu’ils lancent aujourd’hui un guide œnotouristique, à télécharger ici.

Le guide présente les activités d'accueil très classiques des caves, mais aussi des adresses pour séjourner et goûter de manière a priori « durable ».

On ira donc compter les 2.000 fûts de chêne des vignobles Dom Brial (à Baixas dans le Roussillon), buller chez Jaillance (Die), tapoter sur les bornes tactiles des caves de Mont-Tauch (Tuchan dans l’Aude), marquer de son empreinte buggy les vignobles des VMV-Vignerons du Mont Ventoux (Bédoin dans le Vaucluse), comprendre l’éco-conception des bâtiments du Moulin de la Roque (Bandol), admirer depuis les sentiers viticoles les clochers de Sieur d’Arques (à Limoux), ou la colline de l’Hermitage avec la Cave de Tain, ou simplement visiter caves et chais…

On aurait pu attendre d’une telle force de frappe, qui représente 3.500 vignerons, des activités œnotouristiques plus originales, plus riches, plus typiquement « durables », et plus tournées vers « la valorisation des aspects patrimoniaux, historiques, culturels, écologiques et paysagers », rôle dévolu à la viticulture durable par l'OIV, l'Organisation Internationale du Vin, pour laquelle l’œnotourisme est un métier à part entière…

On aura le plaisir d’en parler avec eux pour leurs Rencontres à Vacqueyras (chez les Vignerons de Caractère) le 5 avril.

A lire : Oenotourisme et viticulture durable
http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/816_oenotourisme_et_viticulture_durable.htm

Site par Neteor