Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206     

L'oenotourisme de la Méditerranée

02-03-2014

La table-ronde consacrée à l’œnotourisme organisée par Winetourisminfrance.com a fait salle comble à Vinisud le 25 février.

Sur la tribune, autour d’André Deyrieux, des intervenants pionniers avec une vision internationale du monde du vin, de l’œnotourisme et de l’œnoculturel : Per Karlsson, de l’agence de voyages BKWine ; Viviane Coursières, représentant l’itinéraire culturel européen IterVitis ; Hervé Durand, vigneron des Costières de Nîmes et du Québec ; Denys Michel, rédacteur en chef de la lettre professionnelles sur le tourisme La Lettre T ; Anne Cannan, vigneronne catalane (Clos Figueras), et Magdelene Beverari, représentant Les Crus du Liban.

Un paradoxe méditerranéen

Le thème exact « Un oenotourisme original pour la Méditerranée » a mis en évidence un paradoxe.

La Méditerranée porte une histoire commune et un héritage plurimillénaire, comprenant évidemment la vigne et le vin, qui permet une offre œnotouristique riche en histoires et en expériences, venant compléter toutes les autres formes, nombreuses, de tourisme.

Pourtant, la Méditerranée n’est pas pionnière en matière d’œnotourisme. Elle n’est pas non plus la mieux développée ou la plus agressivement commerciale des destinations œnotouristiques, un constat à prendre en compte dans le contexte d’une concurrence mondiale qui s’accélère.

Les acteurs de l’œnotourisme présents dans la salle - vignerons, élus, sommeliers, formateurs, représentants des offices de tourisme, organisateurs d’événements, hébergeurs, guides oenotouristiques … ont rejoint les intervenants de la tribune pour constater les axes de progrès à entreprendre.

Professionnalisation, identité, coopération

Le progrès est nécessaire en termes de pratique des langues étrangères, de professionnalisation permettant de proposer un accueil différencié selon les clientèles, mais aussi de création de produits et de commercialisation.

Il faut aussi trouver les sources d’une véritable originalité dans les racines, l’identité et les patrimoines viticulturels de ses territoires, offrir ainsi un accueil authentique valorisant l’histoire, le terroir et ses produits (le régime méditerranéen ou crétois, et son art de vivre…).

Plus lointaine mais fondamentale, s’impose la piste d’une coopération internationale, notamment pour offrir une bonne visibilité aux marchés clients les plus lointains, une large destination Méditerranée.

A quand une route des vins qui, d’est en ouest, suivrait sur ses premiers millénaires l’expansion de la vigne, de ses cépages et de ses vins, de la Transcaucasie au détroit de Gibraltar ?


Photos © 2014 Alain Reynaud Pictures - Photographe

Le temps de la vigne en Narbonnaise

27-02-2014

Le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée consacre sa dernière livraison des Carnets du Parc (le n° 14) au Temps de la Vigne.

La vigne, présente en huit appellations dans le périmètre du parc fait l’objet d’approches multiples ; archéologique, historique, culturale, géologique, sociologique.

Elles mettent en évidence quelques thèmes choisis : la vigne et le vin à l’époque médiévale, le terroir du Quatourze, les perspectives d’avenir et un dossier précis sur les femmes dans le vignoble.

En 96 pages, c’est une étude dense et bien illustrée, un travail à la fois sérieux et passionnant, pour un prix léger de 6€.

www.parc-naturel-narbonnaise.fr

Les vignerons accueillent les camping-cars

27-02-2014

Grâce au réseau France-Passion, les vignerons accueillent les oenotouristes en camping-car.

Le 22ème Guide des Étapes vient de paraître. Il recense 1 800 adresses - vignerons mais aussi fermiers, éleveurs, artisans et fermes-auberges - avec le concours amical des "Vignerons Indépendants" et de "Bienvenue à la Ferme".

Le temps d'une étape, le visiteur en camping-car en possession du Guide de l’année est accueilli gratuitement, à la seule condition de respecter les "Règles d'Or" de l'accueil France Passion.

Le prix de cette clé pour les découvertes des terroirs : 29 € (en vente par correspondance et chez les concessionnaires partenaires), avec lien sur l’espace Adhérent de www.france-passion.com

WineFlite, Le vin s’envole enfin

26-02-2014

Pour l’oenotouriste qui vient de l’étranger, c’est quasiment une mission impossible de rapporter du vin dans ses bagages, ou d’organiser le transport jusqu’à son domicile de flacons découverts et appréciés dans les vignobles français.

Heureusement, une société américaine, présente en France (à Dijon), propose une solution bien rodée qui prend en charge le transport de vin du producteur jusqu’au domicile des oenotouristes venus de quelque quinze pays. Le vigneron n’a rien à payer ; il vend le vin en duty free.

La société WineFlite, c’est son nom, s’occupe de tout : reconditionnement en emballage polystyrène, transport (à partir de six bouteilles), mais aussi droits d’entrée (pour les USA et la Chine), formalités…

Pour donner un ordre de prix, il faudra compter environ 18 euros pour une bouteille acheminée aux Etats-Unis.

https://wineflite.com/fr

After-Work pour Côtes du Rhône

26-02-2014

Muscardin et topinambour, Counoise et vitelotte, Clairette rose ou Vaccarèse et velouté de céleri… les légumes anciens rencontraient en février les cépages rhodaniens oubliés dans les locaux d’Inter-Rhône à Avignon, avec l’arbitrage du sommelier Bertrand Boisleve.

C’était l’un des After-work, ces séances de dégustation originales destinées au grand public, et déclinées à Avignon et Marseille.

Le 11 mars on pourra découvrir l’art de l’assemblage en Côtes du Rhône, puis au fil des mois la culture des amandiers ou la figue, l’histoire des Côtes du Rhône depuis l’antiquité ou les treize desserts… Un rendez-vous intrigant est celui d’octobre intitulé « Polar en Côtes du Rhône »

Entrée individuelle, par atelier : 25€ (règlement sur place)
Réservation : 04 90 27 24 14 - http://www.vins-rhone.com/fr/deguster-atelier/list

Les vignobles de la Narbonnaise en coffret

26-02-2014

« La Narbonnaise en Méditerranée », destination labellisée Vignobles & Découvertes, a décidé de mettre le paquet, ou plutôt le coffret, pour communiquer !

Les Coffrets Vins Collector – un système de conditionnement bréveté - contiennent cinq tubes à essai (10 cl chacun) qui reflètent la gamme des vins de la destination - Languedoc La Clape, Fitou, Corbières, Minervois, Coteaux de Narbonne, et permettent de valoriser, en trois séries de coffrets, 15 domaines.

Ce fruit d’une collaboration avec Qualité Sud de France et l’Interprofession vitivinicole du Languedoc offre l’avantage de pouvoir être transporté en bagage à main en cabine d’avion.

Il comprend également, bien sûr, une brochure des bonnes adresses oenotouristiques de la destination.

Site par Neteor