Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206     

L’oenoculturel en business class

22-11-2013

L’Institut de Management du Vin de Dijon, créé en 2009 au sein de l’ESC Dijon, assume désormais une forte ambition internationale dans la formation de managers des secteurs du vin et des spiritueux.

Il devient la School of Wine & Spirits Business (SWSB), sous la direction de Jérôme Gallo.

La School propose des programmes en Commerce International, en Wine Business et en Wine Management, mais aussi un Mastère Spécialisé en Management des Entreprises Culturelles et Industries Créatives (MECIC), qui se fait en un an, autour de Steve Charters, Master of Wine (prochaine formation en octobre 2014).

Au programme ; des options relatives aux patrimoines du vin, au vin comme produit culturel et à l’oenotourisme.

C'est ainsi que se tisse en Bourgogne la trame de l’oenoculturel, en parallèle avec le volet dijonnais « Vin et Culture » du réseau des Cités de la gastronomie, ou le projet de la « Villa Dionysos » à Beaune.

www.mastereculture.eu

Voulez-vous être Vincoeurs ?

22-11-2013

Pour la 4ème année consécutive, le Département de l’Hérault organise Vincoeurs en Hérault : ces grands prix honorent des professionnels de l’univers du vin dans le département.

Il est possible de faire acte de candidature (jusqu’au 28 février) dans l’une des sept catégories ; Audace, Aventure, Innovation, Jeunes, Nature, Pluri'Elles, Solidaire.

Citons parmi les réalisations oenotouristiques récompensées les années précédentes : le pôle oenotouristique de Viavino, le Château Les Carasses, le Domaine Allegria, le Domaine d’Anglas, ou Vinipolis à Florensac…

www.herault.fr

Des coopératives au Patrimoine

20-11-2013

Le label de Patrimoine du XXème siècle, créé en 1999, a pour objet d'identifier des constructions dont l'intérêt architectural justifie de les transmettre aux générations futures

Huit caves coopératives de l'Aude viennent de recevoir ce label. Il s'agit des caves de Coursan (L'Espérance), Fleury-d'Aude, Lézignan-Corbières, Montlaur, Ouveillan, Paziols, Saint-Nazaire-d'Aude et Villeneuve-les-Corbières.

Témoignages de l’histoire, de l’architecture vitivinicole, et de l’économie audoise, elles constituent à part entière des éléments de patrimoine culturel.

Elles rejoignent les caves coopératives du Gard précédemment labellisées : Aigues-Vives, Canaules-et-Argentières, Souvignargues, Saint-Christol-les-Alès, Tavel (qui est en outre classée aux Monuments Historiques), Gallician à Vauvert, Vergèze et les anciennes caves coopératives d’Aubais, de Domessargues et de Saint-Théodorit.

Le Languedoc-Roussillon est donc persévérant dans sa valorisation des architectures des caves coopératives. Il avait dès 2010 publié un inventaire tout-à-fait passionnant, accompagné d’un site internet.

www.laregion.fr/cultureetpatrimoine/cavescoop

Bruits de couloir à Vassal

19-11-2013

Nous avons déjà rapporté ici en août comment le projet de déménagement du Conservatoire de cépages de l’INRA à Vassal suscitait les craintes de nombreuses parties prenantes du vignoble français.

Ne serait-ce pas un peu, s’alarment même certains mauvais sujets, comme si l’on décidait de déménager le Louvre, et de remplacer les œuvres d’art originales par des copies, sous prétexte que les originaux sont fragiles ou abîmés ?

Le mouvement de défense de ce patrimoine mondial s’est amplifié. Une page facebook a été créée (Le dossier Vassal) et une pétition a été lancée.

De nombreux blogueurs et quelques journalistes ont commencé à faire entendre leurs voix, ce qui n’est pas le cas des administrations concernées, y compris au niveau ministériel, qui restent muettes sur les raisons du déménagement, ses modalités, ses conséquences et ses risques.

Qui croirait ?

En l’absence d’informations officielles, on est réduit dans ce dossier à faire état de sources officieuses, de bruits de couloir, auxquelles il est difficile d’accorder foi

Ainsi qui croirait qu’avait lieu, à huis clos, lundi 18 novembre une réunion déterminante sur le sujet à l’INRA, ce qui renforce le sentiment d'urgence chez les opposants au projet ?

Qui croirait que le Domaine de Pech Rouge - l'Unité Expérimentale de l’INRA qui reprendrait le Conservatoire - veut renforcer sa légitimité en « kidnappant » cette prestigieuse collection ampélographique ?

Qui croirait, comme certains le murmurent entre deux portes, que ce serait aussi un moyen pour Pech Rouge de redorer son blason après la gabegie et l’échec de la Cité de la vigne et du vin (CVV) de Gruissan ?

Qui croirait que Paul-François Vranken, PDG du groupe Vranken-Pommery, propriétaire des lieux, ait jugé bon de s’exprimer ces derniers jours en privé à Berlin (où se tenait le congrès des Relais & Châteaux) sur ce dossier ?

Qui croirait qu’il ait toujours jugé absurde un déménagement des vignes du Lido ?

Qui croirait que désireux de développer des projets oenotouristiques sur le site de Vassal autour des vignes du conservatoire, il se soit heurté à l’inertie de l’administration ?

Qui croirait qu’allant plus loin dans ses propos, il ait même utilisé des mots plus durs ?

Qui croirait, et nous serons heureux d’entendre son démenti, qu’il ait confié avoir augmenté le loyer à la fin du bail (en 2009) pour sanctionner à sa façon l’incompétence de l’administration ?

Qui croirait que Paul-François Vranken soit disposé à donner très prochainement sa version des choses ?

On le voit, faute d’informations officielles, on en entend d’autres, impossibles à admettre

Et si ?

De ces informations fallacieuses qui nourrissent l’imaginaire

Et si Paul-François Vranken renouait avec ses projets oenotouristiques ? Et s’il participait à la Fondation que réclament les défenseurs du Conservatoire ? Et si face à l’étranglement des budgets publics, la sauvegarde des patrimoines vitivinicoles trouvait son salut dans les mécénats des grandes entreprises de la filière ?

On le voit, faute d’informations officielles, on songe, on rêve, on délire…

Les Marchés de Noël des caves

15-11-2013

Pendant la période de l’Avent, nombreux sont les marchés de Noël, et ceux qui jouent le jeu s’attachent à présenter d'authentiques produits d’artisans et de terroirs.

Cette mode gagne les domaines et les caves. Impossible de tous les citer...

On ira bien sûr en Alsace, lieu d’origine des marchés de Noël, par exemple à Soultzmatt, le 1er décembre, chez le vigneron Philippe Brun.

Ce sera également le 1er décembre, en Vallée du Rhône, à Vacqueras, avec les Vignerons de Caractère.

La Cave Ortas, à Rasteau, organisera, elle, son marché les 7 et 8 décembre (photo).

Mais on doit aussi aller dans la Vallée de la Loire, à Lue en Baugeois, au Domaine de la Tuffière (14 et 15 décembre) ; ou dans le Bordelais, dans l’Entre-Deux-Mers, au Château de Camarsac les 16 et 17 novembre.

En Provence, touche originale, ce sera un marché de Noël anglais que proposera le Château de Berne, le weekend des 16 et 17 novembre.

Le Château Beaulieu (Rognes en Provence) associera à son Marché de Noël (14 et 15 décembre) les arts de la table.

Quant à la tradition du « Gros Souper » provençal, on la retrouvera au Château de Saint-Martin le 14 Décembre.

Direction Sud-Ouest ! La Maison des Vignerons de Duras vous proposera, elle, une journée d’accords rebelles Vin et foie gras le dimanche 8 décembre.

L'hiver s'annonce chaud, douillet et gastronomique...

Le vin antique scruté à Suze-la-Rousse

14-11-2013

Le château de Suze-la-Rousse propose le 30 novembre une rencontre autour de la vigne et du vin antiques dans la vallée du Rhône.

Archéologues, chercheurs, conservateurs… présenteront l'actualité de leurs découvertes : les amphores et les épaves de navires antiques, le transport du vin sur le Rhône, les villas romaines viticoles de la Drôme, l’usage du vin dans le Tricastin antique.

L’entrée de ce riche programme est gratuite !

Renseignements – Inscriptions : 04 75 91 83 64 - http://chateaudesuze.blogspot.fr

Site par Neteor