Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206     

Epuration ampélographique à Vassal

29-10-2013

« Un projet tellement hideux, qu’ils n’osent pas le nommer ».

Il ne mâche pas ses mots, Jean-Michel Deiss, l’un des plus réputés des vignerons alsaciens, animateur de Vignes Vivantes, et l’un des signataires du courrier aux Ministres de l’Agriculture et de la Recherche sur ce qu’il faut bien appeler aujourd’hui le sauvetage de Vassal.

« Il y a sciemment derrière le déménagement du Conservatoire de Cépages, un projet d’eugénisme qui vient couronner des décennies de perte de biodiversité ampélographique, arracher toute identité de nos vignes, et contribuera à propager massivement les maladies du bois.

Il est patent que tout ne sortira pas indemne du déménagement et que 80 % des variétés vont disparaître. C’est comme si avec le Louvre, on décidait de ne garder que les 20 % d’œuvres les plus robustes, les moins difficiles à entretenir, à restaurer et... à aimer. »

Les vignerons ont confié il y a près de 150 ans un travail de conservation au Conservatoire.

Pour le vigneron alsacien, « il ne suffit pas d’un sol pour conserver les vignes, il y faut de l’amour, de la présence, du compagnonnage vigneron… Aujourd’hui, la collection est en piteux état, non exempte de viroses… Mais cet argument ne tient pas : les plus grands vins viennent de vignes virosées. Et l’argument vaut pour organiser une épuration ampélographique… non pour justifier d’un déménagement. »

« On marche à l’opposé de tendances européennes de valorisation des patrimoines de cépages anciens », constate le vigneron qui a pour objectif de planter au cœur d’un grand cru la totalité des 60 cépages alsaciens (certains, oubliés, ont perdu jusqu’à leur nom).

Il y a un gros projet de conservatoire au Portugal, l’Italie s’intéresse à la complexe richesse de ses cépages blancs, les vignes riches de leur complantation sont légion... Une fois de plus, on est à côté.

On aurait attendu que l’INRA soit de notre côté. On se demande qui pense en France ? Qui pense à nos enfants ? Lorsqu’on plante une vigne, c’est pour 50 ans.

Une Fondation serait une bonne solution pour agir dans le bon sens, et il y a bien des bonnes volontés pour y travailler.»

Page Facebook des actions contre le déménagement de Vassal : www.facebook.com/ledossiervassal

Lire aussi : Les Cépages ne veulent pas déménager

Oenotourisme de l’eau de feu

28-10-2013

Bons moments de l'automne et de l'hiver ! En Armagnac et au pays du Cognac, les alambics s’allument pour la distillation.

Côté ouest du Gers, la « Ronde des alambics », organisée par les offices de tourisme du Grand Armagnac, recense les vignobles qui ouvrent leurs portes au moment où les appareils sont en fonctionnement.

Peu de domaines ont leur propre alambic : des distillateurs ambulants passent de cave en cave.

C'est un moment privilégié à découvrir et où il est possible de goûter l’Armagnac, réputé plus vieille eau-de-vie de France (700 ans), à sa sortie de l'alambic.

Jusqu’en décembre : http://larondedesalambics.jimdo.com

Côté Cognac – région dans laquelle se trouve la plus grande concentration de distilleries traditionnelles au monde - « Distilleries en fête » commencera le 1er décembre pour se dérouler jusqu’à fin février (www.cognacetapes.com).

Il existe même une agence consacrée au Cognac Tasting, qui organise visite de distilleries et de tonnelleries ! (www.cognac-tasting-tour.fr)

Les conférences de l’Université sur Lie 2013-2014

25-10-2013

Le Pays du Vignoble Nantais a obtenu en 2011 le label Pays d’art et d’histoire qui lui permet de faire partie d’un réseau de plus de 160 Villes et Pays qui animent leur patrimoine.

10 conférences sont organisées d’octobre à mars pour s’approprier l’identité et le patrimoine de ce territoire.

D’octobre à mars, pendant que les Muscadets sont sur lie, le Pays d’art et d’histoire propose un cycle de conférences intitulé « Université sur Lie ».

Dans une ambiance conviviale, professionnels, chercheurs et érudits viennent partager leurs savoirs avec tous les « amateurs », au sens de « ceux qui aiment ».
Chaque rendez-vous, dans un lieu choisi pour son aspect patrimonial, se déroule ainsi : une heure pour le conférencier, une heure pour le débat avec les auditeurs, une dégustation d’un Muscadet issu de la sélection du Club des Ambassadeurs d’Interloire.

Le programme concerne toutes les facettes du Pays du Vignoble Nantais : son architecture (l’habitat rural, les demeures de villégiature du XIXe siècle ou encore le château de Goulaine), son histoire et sa géographie, le « biopatrimoine » (à partir de l’exemple des papillons), la recherche archéologique comme les « nouveaux patrimoines », mais aussi le rôle des associations dans la mise en valeur du patrimoine vitivinicole et le court-métrage que Jacques Demy a réalisé sur le territoire.

Les conférences de l’Université sur Lie : enrichissez-vous en Pays du Vignoble Nantais !

Téléchargez le programme de l’Université sur Lie - Plus d’informations sur : www.vignoble-nantais.eu

Enfants vignerons à Amboise

22-10-2013

Pour la deuxième année, la vigne bio du Clos des Châteliers, qui donne vue sur le Château d’Amboise et la Loire, a été vendangée par les élèves de l’école élémentaire Jules Ferry.

Ils ont ensuite versé leur récolte dans le pressoir traditionnel et goûté le fruit de leur travail avant le déjeuner.

En présence de Jean-Michel Othoniel, plasticien à la renommée internationale, les adultes ont dégusté la cuvée unique de l’Or Blanc des Châteliers 2012, réalisée de A à Z (y compris la conception de l'étiquette) par les vignerons et les enfants.

Le vin sort de l'eau

21-10-2013

Après une première expérience en 2012, le club d’œnologie Les Papilles, de Clerlande, a immergé environ 500 bouteilles de producteurs principalement auvergnats, en avril dernier, dans le lac de Guéry (près de Clermont-Ferrand).

Une partie devait vieillir là pendant six mois, l’autre partie devant attendre 12 autres mois.
Le 26 octobre, la première partie sera sortie des eaux ; et une dégustation comparative entre les vins immergés et les bouteilles restées en cave aura lieu (à 11h00) à l’école de Clerlande.

Les bouteilles seront vendues au profit de l’association Acte Auvergne (Aide aux enfants en traitement contre le cancer) lors du salon des Vins de Clerlande les 16 et 17 novembre prochains sous forme de coffret contenant une bouteille immergée et une autre non ; histoire de comparer !

Un Prix pour l’oenotourisme de Saumur

17-10-2013

Le Prix René Renou 2013 a été remis à Saumur Agglo, la Communauté d’Agglomération Saumur Loire Développement pour deux événements oenotouristiques d’importance.

Associant tous deux les vignerons saumurois, il s’agit de Festivini, festival du vin se déroulant durant 8 jours en septembre ; et des Grandes Tablées du Saumur Champigny, une table monumentale, première manifestation à avoir reçu, en septembre dernier, le label « Grande Tablée » attribué par le ministre de l'Agriculture.

Pour Philippe Porché, président des Côtes de Saumur pour l'organisation de Festivini, « cette reconnaissance fait plaisir. Après quatre ans, nous avons réussi à faire de Festivini un événement majeur et cette distinction va nous permettre d'aller encore plus de l'avant ».

Pour Patrick Vadé, président des vignerons de Saumur Champigny organisateurs des Grandes Tablées, c'est la satisfaction pour les bénévoles : « Nous sommes plus de 200 vignerons et bénévoles chaque année à travailler pendant deux jours. Chacun devrait être fier de cette reconnaissance ».

Le Prix René Renou est appelé ainsi en hommage au vigneron et ancien président du Comité Vins de l’INAO (1952-2006). Il récompense la collectivité « ayant le mieux oeuvré, au cours de l’année écoulée pour la défense et la promotion du patrimoine culturel lié à la viticulture ».

Le Prix est remis par un jury composé d’associations et de sociétés motivées par la défense de la Culture du Vin. Il comprend, aux côtés de la famille de René Renou : l’Association Nationale des Elus de la Vigne et du Vin (ANEV) et la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vin & des Spiritueux (FIJEV), l’AEFO (Association Européenne de Formation à l’Oenotourisme), l’Agence de Presse Une Autre Provence, « Edonys », la TV du vin plaisir, le Vit’eff et Winetourisminfrance.com.
Les partenaires Vin sont : le syndicat du Cru « Bonnezeaux » et la cave Balma Venitia de Beaumes de Venise.

Ont été précédemment lauréats du Prix René Renou : en 2008, la commune de Grenoble pour le Festival Le Millésime ; en 2009, la Communauté d’agglomération Nîmes Métropole pour la Charte Paysagère des Costières de Nîmes ; en 2010, le Département de l'Ain pour le Concours des 7 Ceps et La Route des Vins du Mont-Blanc ; en 2011, la Commune de Cairanne pour sa vigne pédagogique ; en 2012, la Commune de Marciac dans le Gers.

Site par Neteor