Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206   207   208   209     

Thomas Jefferson, oenotouriste et président

21-12-2013

Thomas Jefferson a 43 ans lorsqu’il réalise son premier voyage en France et en Italie, qui se déroule deux ans avant la Révolution Française.

Il a rédigé la Déclaration d’Indépendance, est diplomate en poste à Paris et chargé de la négociation de traités commerciaux. Il est passionné d’agriculture, et de philosophie de la ruralité. Il est grand amateur de vins et vigneron dans son domaine de Monticello (Virginie) depuis ses 25 ans. Il aime les vins de Bordeaux, de Champagne, de Bourgogne mais a aussi un penchant particulier pour les vins de Frontignan.

Jefferson prépare avec soin ces voyages destinés à découvrir et comprendre les enjeux des agricultures locales, veillant à leur donner une sérieuse dimension oenotouristique.

Il achète des cartes et des guides, se fait rédiger des lettres de recommandation pour les négociants et les vignerons. Il va même jusqu’à dessiner ses propres cartes pour les villages et vignes de Bourgogne… et rédigera des journaux de voyage que nous avons gardés, remplis d’observations agricoles, sociales, économiques et esthétiques.

Il voyage ainsi de mars à juin 1787, et il est facile de mettre ses pas dans les siens.

D’abord en Bourgogne : sur cette bande de vignes « about twenty miles long and two miles wide », il trouve remarquable que ses deux vins préférés, Chambertin et Montrachet, soient aux opposés extrêmes de la région.

Dans le Beaujolais, il apprécie que vignes, arbres et céréales soient plantés ensemble. ll descend ensuite le Rhône, cette « river of wine » : Ampuis, Condrieu, la Côte Rôtie, les Côtes-du-Rhône.

Après un passage en Italie, il est, en mai, entre Lunel et Frontignan, où il passe trois jours à déguster les muscats doux. Il sera toujours un grand amateur de ces vins, allant jusqu’à planter du Muscat à Monticello, et les comparera avantageusement, en qualité et en prix, aux vins de paille d’Alsace.

Il part ensuite – pour ne parler que des vignobles – dans le Médoc et les Graves, et il ne fait rien moins que de tracer l’esquisse du futur classement de 1855, en identifiant comme vins « of the finest quality » Château Margaux, La Tour de Ségur (Château Latour), Haut-Brion et Lafite.

Il rentre à Paris par la Vallée de la Loire. Son second voyage, l’année suivante, l’emmène en Allemagne et en Champagne, dont il note que les vins « sparkling » sont peu consommés en France.

En 1801, il devient le troisième président des Etats-Unis, et écrit en 1808 :" We could, in the United States, make as great a variety of wines as are made in Europe, not exactly of the same kinds, but doubtless as good."

Un amateur, un connaisseur, un oenotouriste, un augure...

Thomas Jefferson's European Travel Diaries (Isidore Stephanus Sons, 1987)
Thomas Jefferson on Wine - John Hailman (University Press of Mississippi, 2009)
Passions. The Wines and Travels of Thomas Jefferson - James M. Gabler (Bacchus Press, 1995)
Thomas Jefferson à Bordeaux et dans quelques autres vignes d’Europe - Bernard Ginestet (Mollat, 1996)

2ème Challenge International des Clubs OEnophiles

18-12-2013

La seconde édition des Journées internationales des amateurs éclairés de vins se déroulera les samedi 5 et dimanche 6 Juillet 2014.

Le samedi sera consacré aux débats et tables-rondes dans le cellier du château du Clos Vougeot, et se terminera par une Paulée.

Le dimanche sera consacré au Challenge International des Clubs OEnophiles (CICO) qui se déroulera à Gevrey-Chambertin.

Que vous soyez membre d'un club ou d'une association de dégustation ou simple amateur de vins, vous pouvez venir mettre à l'épreuve vos talents de dégustateur et votre connaissance générale sur le milieu viti-vinicole.

Vous aurez l'occasion de découvrir cet authentique village viticole et ses environs au travers de cinq épreuves ludiques et pédagogiques, de partager vos connaissances et votre passion du vin avec vos partenaires d'un jour et, qui sait, peut-être de remporter l'un des nombreux lots prestigieux mis en jeu.

Inscriptions : Patrice BENOIT, Association VITAE
Tél : 03 80 37 28 64 / 06 60 78 28 64 - E-Mail : vitaeasso@gmail.fr

(Première édition : lire ICI)

Les conférences de l’oenotourisme en 2014

18-12-2013

En 2014, c’est en Géorgie, à Tbilissi, que va se dérouler la sixième “International Wine Tourism Conference".

Les précédentes éditions avaient eu lieu à Sitges puis à Penedès (en Espagne), à Porto, à Pérouges (Italie)  et à Zagreb (en Croatie). 

Elle constitue le plus important événement oenotouristique international, et combine conférences, débats, visites du vignoble géorgien et rencontres professionnelles de commercialisation. Notez la date :  les 29 et 30 mars.

www.iwinetc.com

La quatrième "Wine Tourism Conference" se tiendra quant à elle à Paso Robles, dans le Comté de San Luis Obispo en Californie.

Elle est destinée aux professionnels américains du tourisme et des vignes, désireux de mieux s’informer, de développer leurs activités oenotouristiques et d’entrer en contact avec des partenaires. Elle attend 250 participants du 12 au 14 novembre 2014.

http://winetourismconference.org

Le vin cuit existe-t-il ?

17-12-2013

Le vin cuit est une délicieuse tradition provençale, une recette réalisée en famille, un vin insolite comme le rappelle François Morel dans son Voyage insolite de l’amateur de vins.

Il fait partie des traditions des Noël de Provence, avec les fameux « 13 desserts », mais peut accompagner melon, roquefort ou foie gras.

Le moût (jus des raisins pressés) est cuit pour obtenir une concentration de moitié. L'écume qui apparait à la surface est régulièrement enlevée ; elle donnerait de l'amertume au vin cuit.
Après refroidissement, les jus sont mis en cuve pour fermenter. Cette fermentation s’arrête naturellement à environ 15% d’alcool et 90 grammes par litre de sucres résiduels. Il est ensuite élevé en barriques.

En aucun cas, on ne saurait nommer vin cuit les vins de liqueur, mistelles et vins doux naturels.

Peu de producteurs élaborent ce vin cuit, qui a failli disparaître.

Essentiellement situés entre Aix-en-Provence et Trets, ils se sont mis en association pour préserver la méthode traditionnelle d’élaboration. Citons par exemple le Mas de Cadenet, le Domaine Camaïssette, le Château Grand Boise ou le Domaine de Suriane.

Les prix littéraires de l'OIV

17-12-2013

Chaque année, au mois de décembre, l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin) remet ses Prix aux meilleurs ouvrages parus, une récompense qui rencontre une reconnaissance croissante dans le monde du vin.

Le 16 décembre, elle a attribué 10 Prix et 3 Mentions spéciales dans 7 catégories.

La sélection donne une idée des thématiques de qualité au niveau mondial avec des ouvrages espagnol (« Clima, zonificación y tipicidad del vino en regiones vitivinícolas iberoamericanas »); moldave (« Ameliorarea sortimentului viticol al Republicii Moldova – monografie »); portugais (« Francisco Girão - An innovator in vitiviniculture in the north of Portugal » et « Paisagens de Baco - Identidade, Mercado e Desenvolvimento »); polonais (« Leksykon win »); slovaque (« Vinársky lexikón »); français (« Vin de bourgogne - le parcours de la qualité Ier siècle- XIXe siècle » et « Élixirs premiers grands crus classés 1855 »); britannique (« The Business of Champagne - A delicate balance ») ou canadien (« Les vins du nouveau monde »).

Etaient récompensés également deux ouvrages d’ampélographie : « Caucasus and Northem Black Sea Region Ampelography » (ouvrage collectif), et Wine grapes de Jancis Robinson, Julia Harding et José Vouillamoz ; ainsi que dans la catégorie Histoire et Littérature « Florilège de Discours savants sur le Vin - Ecrire le vin, d'Homère à Rabelais » d’Azélina Jaboulet-Vercherre, qui avait par ailleurs reçu un Gourmand Award pour cet ouvrage.

Ce fut l'occasion pour le Directeur, Federico Castellucci - qui au terme de dix années de mission va laisser sa place le 1er janvier au français Jean-Marie Aurand - d’affirmer l'un des rôles majeurs de l'OIV : la mise en valeur des héritages culturels du vin et la promotion de leurs acteurs et artisans...

* * *

L'Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV) est une organisation inter-gouvernementale composée de 45 États Membres, oeuvrant à la coopération dans le domaine de la recherche, de la pratique professionnelle, de l’information ou de la règlementation en matière de vigne et de vin.
Elle contribue notamment à la connaissance ou à la reconnaissance du patrimoine vitivinicole mondial et des éléments historiques, culturels, humains, sociaux et environnementaux qui y sont attachés.

www.oiv.int

Du vin dans les vitraux ?

09-12-2013

Avant que les vitraux ne revêtent d’éclatantes couleurs, on utilise aux XIIème et XIIIème siècles une peinture aux nuances limitées qui vont du noir au brun, appliquée sur le morceau de verre qui, lui, est teint dans la masse.

Cette peinture, c’est la grisaille.

Elle se compose de trois éléments ; un colorant (oxyde de cuivre ou de fer), un « fondant » à base de morceaux de verre pilé, pour faire tenir la grisaille pendant la cuisson, et un liant qui permet de travailler le mélange en le fluidifiant.

Ce liant est fait de liquides un peu acides : vinaigre, urine ou... vin !

Une recette éprouvée, consignée dans le traité du moine Theophile, De Diversis Artibus. L'oenotouriste regardera donc d'un autre oeil cette lumineuse iconographie médiévale.

(Photo - Musée Carnavalet)

Site par Neteor