Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206     

Vive l'éphémère !

29-06-2016

« Portes ouvertes » ? « Dégustation au caveau » ? Trop ringard ! Dans l’oenotourisme, la mode est au « bar éphémère » ou à la rigueur, à la « guinguette », avec une invasion d’art contemporain, de cinéma, de musiques et de food-trucks…

Rendez-vous au Domaine de Fontenille (Lauris, Vaucluse), au Café du Pic (Haut-Lirou à Saint Jean de Cuculles dans l’Hérault), chez Athénaïs de Béru au Château de Béru à Chablis, au Château Tournefeuille à Néac (Lalande-de-Pomerol), chez Jaboulet à la Chapelle de l’Hermitage, à Pibarnon à Bandol (le Pi-Bar éphémère), à Grignan-les-Adhémar (avec ses Instants Vins), chez Noilly Prat à Marseillan, à Lyon avec Wine & Transat by Crozes-Hermitage...

L’éphémère ? Pourvu que ça dure !

(Photo - Château de Pibarnon)

Des pots de vin à Cahors

27-06-2016

Samuel Leturcq, historien médiéviste, étudie notamment la viticulture tourangelle, avec des thématiques qui dépassent le Val de Loire. Aussi, c'est à Cahors qu'il donnera une conférence originale sur "les pots de vin des villes françaises au XVe siècle".

Il s'agissait des généreux pots de vin offerts aux grands personnages passant par les cités. La comptabilité qui en a été tenue, les anecdotes auxquels ils ont donné lieu, sont très instructives sur les quantités offertes, les conditionnements, les prix, les qualités de ces vins et les goûts de l'époque.

Au Cahors Malbec Lounge, le 5 juillet à 19 h - www.vindecahors.fr

Quand les vignes de l’Aveyron pétillent

15-06-2016

Le premier Salon des Vins Pétillants vient de se tenir à Estaing, dans l’Aveyron, du 11 au 13 juin.

Ce fut un salon bien sûr, avec ses bulles venues de toute la France et du monde entier, de la Loire à la Roumanie, de Gaillac à l’Angleterre, de la Bourgogne au Brésil…

Mais, plus qu’un salon, ce fut pour ses exposants, ses visiteurs - parmi lesquels Michel Bras et le sommelier Sergio Calderon - une fête, ce à quoi tenait particulièrement sa présidente et fondatrice Catherine Jouvin-Sénéjean.
La cuvée F'Estaing des régionaux du salon, les Vignerons d’Olt, était, par exemple, bien adaptée à cette ambiance qui enchaîna cocktail sur les terrasses du château, succulent aligot traditionnel et dîner noir aux chandelles dans l’immense grange d’une ferme qui élève des... autruches.

Plus qu’un salon, ce fut un moment rare de rencontres et d’échanges, ainsi que l’opportunité précieuse de découvrir, en dégustations, en musique, en visite et en son et lumières, le Lot, le château et le village d’Estaing, et un peu de l’âme de l’Aveyron.

Enfin, notamment pour nous à Winetourisminfrance, il a été une nouvelle occasion de réfléchir sur tout ce que les vignes, leur patrimoine de paysages, leur richesse en histoires peuvent apporter à l’avenir viticole et oenotouristique et gourmand d’un territoire, et ici, en Aveyron, à la fierté de ses coustoubis (ceux qui travaillent la vigne)...

A l'année prochaine !

Qu’est-ce qu’un grand vin ?

15-06-2016

Les 2 et 3 juillet 2016, en Alsace, à Saint-Hippolyte, se déroule la troisième édition des Journées Internationales des Amateurs Eclairés de Vins. Les deux premières avaient eu lieu en Bourgogne.

Cette manifestation de haut niveau est co-organisée par l’Association VITAE, présidée par Patrick Arnaud, et l’UGV (Université des Grands Vins) créé par Jean-Michel Deiss.

Le thème en est « Les grands vins au XXIème siècle : Cap sur le Terroir ? ».

Mais qu’est-ce qu’un grand vin ? Nous avons posé la question à Jean-Michel Deiss.

“Il n’y a pas de grand vin sans terroir et sans histoire.

Le terroir, ce sont les paysages, leurs réalités géologiques, mais aussi leur exploitation culturale qui, basée sur des principes séculaires, permet de dire tout ce que le lieu communique. Cette communication est essentiellement tactile , dès lors que le pépin atteint la maturité physiologique, ce qui est toujours la conséquence d’une viticulture malthusienne .

Aussi, les grands vins peuvent faire l’objet d’une description tangible qui redonne du contenu , du sens, du discours au Mythe, Le grand vin dit le paysage et l’histoire ; il dit forcément sa différence. Ceci sous-entend qu’il est un projet culturel. Ceci entraîne qu’il dise son propre cahier des charges.

Le grand vin, c’est donc bien plus que le goût… Les gens n’achètent pas du goût, mais du sens. Et ce sens, il se manifeste tactilement pour le dégustateur qui grâce à une dégustation géo-sensorielle peut lire et décrire la texture du grand vin.

Ces manifestations tangibles, dicibles, du terroir sont ouvertes à tous, à tout le monde. Chacun peut s’approcher d’un grand vin. C’est ce que nous montrons chaque jour à l’UGV, Université des Grands Vins.”

Introduction au Chasselas

01-06-2016

Bien sûr, en France, nous n’avons pas beaucoup de vins issus de Chasselas, ce cépage emblématique de la Suisse Romande. Il est plus pour nous, comme à Moissac, un cépage de table. Dans l’appellation Pouilly-sur-Loire où il produit un peu de vin excellent, il connut sa période de gloire à la fin du XIXème siècle comme raisin de bouche. On trouve aussi des vins issus de Chasselas au sud du lac Léman, dans le vignoble de Marin.

L’univers du Chasselas - connu aussi sous les noms de Gutedel et de Fendant - est beaucoup plus riche qu’on ne le pense couramment. Le Mondial du Chasselas, qui se déroule en Suisse chaque année depuis 2012, permet aux dégustateurs de le constater, et le Conservatoire Mondial du Chasselas, fondé par Louis-Philippe Bovard à Rivaz (canton de Vaud), ne recense pas moins de 19 variétés.

Si les vins de Chasselas partagent des caractéristiques communes - nez discret, perlant léger fréquent, bouche fine et élégante, ils sont surtout aptes à refléter par une myriade d’expressions les terroirs des grands vignobles - Dézaley, Epesses, Aigle, Yvorne… - dont il sont issus. Vin de convivialité que l’on boit à coups de décis (petits verres de 10 cl) dans le carnotzet (local discret, sans fenêtre, où le vigneron reçoit ses amis), c’est aussi fréquemment un vin de gastronomie, et souvent un prodigieux vin de garde.

C’est aussi toute une culture qu’on peut découvrir avec le film récent et passionnant de Florian Burion ; “Chasselas forever" - ou en oenotouriste dans le vignoble de Lavaux et au Musée de la Vigne et du Vin du Château d’Aigle.

Il est donc à suivre ce conseil vaudois et cordial : “Si tu as une idée noire, chasse la...”.

A lire :
Les 99 chasselas à boire avant de mourir de Jérôme Aké Béda et Pierre-Emmanuel Buss (Favre)
Chasselas – De Féchy au Dézaley, Un voyage à la découverte des trésors du vignoble vaudois - http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/1944_chasselas_tresor_suisse.htm

www.mondialduchasselas.com

Les Journées de l’Archéologie et le vin

01-06-2016

Suze-la-Rousse, Bordeaux Patrimoine Mondial, le Mas des Tourelles, la villa gallo-romaine de Loupiac, le Trésor de Vix, Saint-Romain-en-Gal… sont à l’affiche des Journées Nationales de l’Archéologie 2016 qui auront lieu du 17 au 19 juin.

Programmes à fouiller sur http://journees-archeologie.fr

Et profitons-en pour signaler que l'une des plus abouties et émouvantes docu-fictions archéologiques vient d'être récompensée par le Prix Science et Culture au dernier Festival Oenovidéo. Il s'agit de "Le vin des terres lyonnaises" de David Geoffroy, autour de la villa viticole gallo-romaine de Saint-Laurent-d'Agny fouillée par l'archéologue Matthieu Poux. 

Site par Neteor