Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205     

La valse des étiquettes

28-03-2013

On connait l’étiquette détachable (pour garder les coordonnées du vigneron) de Philippe Grisard, l’étiquette en braille, celle avec QR Code, celle en bois du Faîte de Saint-Mont…

Le vigneron Emeric Foléat a développé « Oenovéthique », une étiquette magnétique innovante contenant un livret papier qui peut compter jusqu’à huit pages et contenir de riches informations historiques et culturelles
Quant au vigneron tropézien Grégoire Chaix, toujours innovant, il a mis au point une étiquette en… sable pour son Sand Rosé.

Voici maintenant l’étiquette olfactive du R’Osé de Louis Mousset. Il suffit de frotter la bouteille pour faire émaner de l’étiquette les parfums mêmes qui signent les caractéristiques olfactives du vin.

Bonbon anglais ? Fraise ? Malabar ? A vous de le découvrir…

Vive le printemps... du Bugey !

25-03-2013

Vive le printemps, surtout si c’est le Printemps des Vins du Bugey, cette appellation entre le Rhône, la rivière d'Ain et la Haute Chaîne du Jura.
Il aura lieu cette année à Ambérieu-en-Bugey le 27 avril.

Ambiance chaleureuse, animations musicales festives, cérémonie traditionnelle des confréries vigneronnes, spectacles de rue... tout est réuni pour faire une grande fête ouverte à tous.

Vins et produits de terroir sont évidemment à l’honneur : des ateliers œnologie seront animés par Annie-Françoise Crouzet, maître sommelier et 4e meilleur nez mondial, et Caroline Daeschler, sommelier-conseil.

L’occasion de réviser ses Bugey blancs (chardonnay, roussette, mondeuse blanche) et rouges (gamay, pinot et mondeuse).

Un coup de projecteur, sera donné sur une spécialité du Bugey, les vins effervescents (cerdon, montagnieu, bruts) qui représentent deux tiers de la production.

De nombreux partenaires suivent le Syndicat des Vins du Bugey pour cet événement : le quotidien Le Progrès, la Mairie d’Ambérieu, la Communauté de Communes de la Plaine de l’Ain, le Conseil Général de l’Ain, la CNR (Compagnie Nationale du Rhône), le Crédit Agricole, EDF, CIAT, Ain Tourisme, la Chambre d’Agriculture…

Entrée : cinq euros, le verre dédié avec dix coupons de dégustation

Site web : www.vinsdubugey.net

Signons le vin

20-03-2013

Une douzaine d'élèves du Mastère Spécialisé en Commerce International des Vins & Spiritueux (CIVS) organisent mercredi 27 mars 2013 à 19h à l'ESC Dijon (Amphi Govin), dans le cadre d'un projet d'étude et en partenariat avec l'entreprise Bouchard Ainé du Groupe Boisset et l'association MOOD, un événement inédit.

L'idée de « Signons le vin » est d'appréhender la façon dont les personnes sourdes et malentendantes peuvent manifester leur sensibilisation au vin, par le biais d'une dégustation puis d'une « retranscription » via la création d'une œuvre d'art. Pour cela une dizaine de personnes en situation de ce handicap ainsi que des valides seront associées et exprimeront librement sur la toile ce que leur évoquent les vins rouges et blancs dégustés.

Lionel Daval, un artiste contemporain, et Ambre Weill, une jeune artiste, eux-mêmes malentendants, animeront l'expérience et la médiation entre les participants, en présence également d'interprètes. Une vingtaine d'œuvres d'art devrait être produite au cours de cet événement ouvert au public.

La présentation des œuvres aura lieu le mercredi 3 avril 2013 à 19h lors d'un vernissage à l'ESC Dijon. Le produit de la vente des toiles sera principalement reversé à l'association MOOD.

Le vin en dolium, une expérience au musée

20-03-2013

Le Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal - Vienne propose une conférence dégustation le vendredi 29 mars à 19h ; "Le vin en dolium, une expérience au musée".

Le musée de Saint-Romain-en-Gal développe depuis 2004 une série d'expérimentations archéologiques autour de la thématique du vin antique. En 2011-2012, le musée commande à un potier la reproduction de deux dolia, grosses céramiques utilisées pour la vinification dans l'Antiquité. En octobre 2012, en collaboration avec P. Gaillard, viticulteur à Malleval, des essais de vinification "en céramique" sont réalisés.

Venez découvrir tous les secrets de l'expérience et goûter les résultats!

Tarif : 6€, sur réservation au 04 74 53 74 01

Toques et Clochers et Bulles

20-03-2013

Limoux. Connu pour sa Blanquette.

Blanquette, ragoût de viandes blanches à la sauce blanche. Non, en l'occurrence, il s'agit de vins blancs effervescents...

Il y a la Blanquette-de-Limoux (en sec, demi-sec et doux) avec 90 % de cépage Mauzac (cépage qu'on ne trouve sinon qu'à Gaillac), et la Blanquette méthode ancestrale, plus rare et originale avec 100% de cépage Mauzac. Il y a aussi le Crémant de Limoux à base, principalement, de Chardonnay et de Chenin.

L'effervescence dit-on (ici) aurait été inventée... ici, en 1531, par les moines bénédictins de l’abbaye de St Hilaire. Et la bulle, pour la première fois cette année va se retrouver sous le marteau du commissaire-priseur de Toques et Clochers.

C'est traditionnellement le week-end des Rameaux qu'a lieu Toques et Clochers, la grande manifestation du vignoble limouxin, organisée par les vignerons du Sieur d'Arques. Elle se déroulera les 23 et 24 mars dans deux villages, Gardie et Villebazy.

Les invités d'honneur en seront le chef triple étoilé de Saint-Bonnet-le-Froid, Régis Marcon, et le meilleur sommelier du Monde 2007 de Växjö, Andreas Larsson.

Deux temps pour cet événement : le samedi, c'est la fête dans les rues et les caveaux de dégustation des villages, et le dimanche, la journée professionnelle, la vente aux enchères, suivie par plus d'un millier d'acheteurs et en présence de grands noms de la gastronomie française. Une partie de l'argent récolté permet de restaurer le clocher des villages organisateurs.

Plus de cent lots millésime 2012 (AOC Limoux en blanc Clochers de Sieur d’Arques et AOC Limoux en rouge Baron’Arques) seront mis en vente par Sotheby's.
Et cette année - c'est donc une première - la bulle sera présente à la vente : quatre pupitres de crémant, soit quatre fois 120 bouteilles, seront adjugés.

Il s'agit d'une cuvée spéciale, assemblage de Chardonnay, Mauzac et Chenin, millésime 2010 qui a été élaborée sous le nom d'"Avant-première bulle". La mise à prix sera fixée autour de 1.200 euros le pupitre. Chaque acheteur recevra, en plus de ses bouteilles, un Mathusalem (9 litres), peint par l'artiste hollandais Selwyn Senatori.

Une soirée de gala clôturera le week-end avec le carnaval traditionnel des Fécos costumés en Pierrot et munis de leur... carabène.

Tourisme : la France perd du terrain

13-03-2013

La France est la première destination au monde par le nombre de visiteurs étrangers (plus de 81 millions en 2011) et la troisième pour les recettes (54,5 milliards de dollars).

Cependant, le rapport bisannuel sur le tourisme publié début mars par le Forum économique mondial met en évidence la perte d’attractivité de la France en matière de tourisme.

La France est désormais classée au 7e rang sur 140, alors qu’elle occupait la 3e place en 2011.
Elle se situe au 35e rang au titre de la priorité accordée au secteur du tourisme, au 78e rang pour la part de budget consacré au tourisme par le gouvernement, et au 29e rang pour l’efficacité de son marketing touristique. Ceci explique sans doute cela… Il est dramatique d’ignorer que pour de plus en plus de pays, le tourisme est devenu une priorité nationale, un vrai secteur industriel.

L’index repose sur 14 grandes catégories de critères, comme le degré de réglementation de l’économie, la sécurité, la santé, les infrastructures de transports, le développement technologique, le niveau des prix, le patrimoine naturel ou culturel, la qualité de la main d’œuvre…

La France n’apparaît plus à aucune des quatre premières places quel que soit le critère considéré. Pour ce qui est de son classement en termes de compétitivité prix, elle est… dernière.

Le top ten du classement est le suivant : Suisse, Allemagne, Autriche, Espagne, Royaume-Uni, Etats-Unis, France, Canada, Suède et Singapour .

Travel & Tourism Competitiveness Report

Site par Neteor