Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204     

La route de l'absinthe

23-02-2013

Plante médicinale aux multiples vertus, l’absinthe fut de tout temps consommée en infusion ou macérée dans le vin. A la fin du XVIIIe siècle, en Suisse, à Boveresse, dans le Val-de-Travers, l'absinthe, mélangée avec d'autres plantes devient une boisson distillée. Elle est produite en masse à Pontarlier, dans le Haut-Doubs au 19e siècle.
La production atteint vers 1900 quelques 15 millions de litres, et on connait la fortune de la Fée verte par son succès dans les milieux artistiques et littéraires.
L’abus en est tel que des lois viennent interdire sa fabrication et sa consommation ; en 1910 en Suisse, en 1915 en France. C’est évidemment le début d’une production et d’une consommation clandestine… qui durera jusqu’à ce qu’elle soit à nouveau autorisée par l'Union Européenne en 1988 (à condition que les producteurs limitent la présence d’une molécule dangereuse pour le système nerveux, le thuyone).

Aujourd’hui, la Route de l’Absinthe, de part et d'autre de la frontière franco-suisse, rassemble distilleries, champs de culture, séchoirs à absinthe (photo), sites de contrebande, musées…

A Pontarlier, la Fête de l’Absinthe se déroulera au mois de juillet, à l’occasion de sa cueillette et un événement plus culturel, les Absinthiades (13ème édition cette année) se déroulera les 5 et 6 octobre.

Côté Suisse, la 16ème Fête de l’Absinthe de Boveresse se déroulera le 15 juin.

www.routedelabsinthe.com

Plus de vin dans le patrimoine vivant SVP...

22-02-2013

Le bilan d’activité 2012 du dynamique label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) (qui comprend aujourd'hui 1130 maisons) vient de paraître.
On y note que le secteur de la gastronomie est de plus en plus représenté.
De nouvelles entreprises du secteur des boissons et spiritueux ont obtenu le label EPV : Champagne Bollinger, Cointreau, RemyMartin, Grand Marnier, rejoignant ainsi plusieurs distilleries, mais aussi un fabricant de bouchon de champagne ou un producteur de muselets...

Bien d'autres maisons pourraient rejoindre cette petite liste. Les Entreprises du Patrimoine Vivant se caractérisent par la détention d’un patrimoine économique spécifique issu de l’expérience manufacturière, la mise en œuvre d’un savoir-faire rare reposant la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité et  l’attachement à un territoire.

Informations sur les candidatures à www.patrimoine-vivant.com

Le 1er Salon des Vins de Vigneronnes

30-01-2013

C'est à Nantes que va se tenir le 1er Salon des Vins de Vigneronnes. Une nouveauté, créée par Carole Samzun Gaillard, qui aime à se définir comme Vinovatrice et anime le site Chais-Elles, créé en juin 2012, et dédié à la Femme dans l'univers du Vin.

Pour cette première édition, une vingtaine de vigneronnes venues de toute la France seront présentes, du Château Maylandie (Corbières-Butenac) au Domaine du Moulin (Muscadet Côtes de Grandlieu), du Domaine Klur en Alsace au Vignobles Marie-Laure Lurton (Médoc), du Champagne Waris Larmandier à Brigitte Chevalier du Domaine de Cébène, en Faugères (qu’on peut voir dans le dernier film de Ken Payton, Les Terroiristes du Languedoc)…

Bonne idée, le salon se déroulera à l’occasion de la Journée de la femme, le 8 mars (qui le sait-on fête cette année ses 102 ans...). Le lieu n’est pas mal choisi non plus; le Radisson Blu, ouvert à la fin de 2012 et installé dans l’ancien Palais de Justice.

Winetourisminfrance.com a le plaisir d’être partenaire de ce salon.

Ouverture de 11 h à 21 h, entrée : 5 euros

Prix National de l'Oenotourisme

30-01-2013

Plus de 200 candidats motivés, des dossiers épluchés, des réunions studieuses, onze finalistes, des visites sur place, des auditions, des débats courtois mais argumentés... le Conseil Supérieur de l'Oenotourisme a finalement décerné le 29 janvier le Prix National de l'Oenotourisme.

Sont distingués :

Catégorie 1 - Mise en valeur touristique d’un caveau ou d’un site viticole : la maison Rémy Martin à Cognac (qui reçoit le Prix) et le Château Soutard à Saint-Emilion (qui reçoit un Coup de coeur)

Catégorie n°2 - L’hébergement ou la restauration dans le vignoble : le domaine Terre de Mistral dans les Bouches du Rhône

Catégorie n°3 - La promotion d’un produit oenotouristique : pas de Prix décerné mais la communauté de communes de la Combe de Savoie en Savoie reçoit un coup de coeur hors catégorie

Catégorie n°4 - La vente d’un produit oenotouristique : Bordovino à Bordeaux

et le Grand Prix National : Bordovino

Les After-work d’Inter-Rhône

20-01-2013

Ils se déroulent à la Maison des Vins, à Avignon. Deux ateliers à ne pas manquer : le mardi 12 février, Atelier mystère en Côtes du Rhône (une dégustation à l’aveugle) ; et le 5 mars, L’art de l’assemblage en Côtes du Rhône (chacun tentera son assemblage idéal…).

Entrée individuelle, par atelier : 25€ (règlement sur place) - Réservation et programme sur internet : www.vins-rhone.com

Des aides pour l’oenotourisme

19-01-2013

Le nouveau programme d’aide à la viticulture pour 2013-2018 vise à soutenir les programmes d’investissement.

Il vise donc aussi les créations de nouveaux caveaux de vente, par construction d’un nouveau bâtiment ou par transformation ou extension d’un local existant.

Pour les entreprises réalisant moins de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, le taux d’aide est sauf cas particulier de 35 % du montant de l’investissement. Le total des dépenses engagées doit être supérieur à 10.000 euros.

Quelques bémols. D’abord, l’aide est plafonnée à 800 €/m² avec un maximum de 100 m² par caveau. Ensuite, le caveau doit se situer dans le périmètre de proximité de l'exploitation. Plus important, sauf évolution du règlement, seuls les vins du domaine pourront être commercialisés dans le caveau. Ni huile d’olive, tapenade, jus de fruits, confitures ou miel…

Limite de dépôt des dossiers : 31 mai.

A suivre sur www.franceagrimer.fr...

Site par Neteor