Newsletter

Les brèves précédentes

      1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200   201   202   203   204   205   206     

Casots cherchent peintres

08-07-2012

Les casots sont les maisonnettes de vignerons du vignoble de Collioure ; ils y rangent leurs outils ou s’y abritent en cas de pluie. Il en existe 1.200 sur les communes de l'appellation ; Collioure, Port-Vendres, Banyuls et Cerbère.

« Tous à vos pinceaux pour donner de la couleur aux casots du vignoble de Collioure », c’est le nom du concours organisé par la Maison Cazes à Rivesaltes, les domaines Piétri, Vial Magnères, Madeloc, Coume del Mas et la coopérative le Cellier des Dominicains.
Ce sera la troisième édition : 15 casots ont déjà pris les belles couleurs du Fauvisme, financés par la vente des cuvées de Collioure Notre Dame des Anges.
L’équipe gagnante sera désignée sur la base des critères d’harmonie des couleurs, de difficulté des mélanges, d’intégration des couleurs dans le paysage, de respect du temps imparti, et de motivation. Résultat le 8 septembre.

Le secret des Piqueurs de Vins dévoilé

29-06-2012

La Compagnie des Courtiers Jurés-Experts Piqueurs de Vins de Paris (créée en 1322 !), composée de dégustateurs professionnels lève enfin le voile sur son nom. Elle vient en effet de consacrer un film au piquage des barriques.

Si les Courtiers Jurés portent le nom ancien de « Piqueurs de Vins », c’est en effet qu’ils jouaient un rôle de premier plan dans l’organisation de la commercialisation des vins. Par la dégustation, ils vérifiaient que le vin correspondait bien à ce qui était annoncé par le vendeur, et fixaient le prix du vin.

Hors de la cave, il n’était pas aisé de débonder le tonneau pour le déguster. La bonde était fréquemment cachetée par mesure de sécurité et de garantie pour l’acquéreur, et souvent inaccessible puisqu’il est recommandé qu’au stockage elle soit positionnée sur le côté de façon à être constamment humectée.

Le plus pratique était donc de piquer le fond du tonneau à l’aide d’un outil nommé « coup de poing ». Il fallait ensuite faire sortir le vin, en exerçant avec une « assette de rabattage » une légère pression sur le fond du tonneau. Le trou était ensuite rebouché à l’aide d’une petite cheville conique, en noisetier ou en chêne, appelée « fausset ». Pour retirer les faussets, il existait une pince spéciale : la pince à fausset. Lorsque le rebouchage était définitif, on arasait l’extrémité du fausset avec le côté tranchant de « l’assette »...

Le film (d’une durée de 6 mn) est visible sur youtube.com/watch?v=VRN_GVir5HA.

Enfin, Solex !

26-06-2012

Enfin, Lincoln Siliakus, journaliste australien mais auquel sont échus en partage les meilleurs traits français – esprit, humour, amour du vin, passion pour le soleil provençal – nous narre enfin par le menu son périple Chablis –Sablet.

Effectué sur un authentique vintage Solex, cet exploit qui lui permit de rencontrer, avec 80 vignerons, 80 différentes définitions du mot « terroaaaâr », lui valût d’être honoré du Prix de l’Oenotouriste de l’Année 2009 (le Trophée est encore en bonne place chez lui à Sablet).

A lire sur : vinosolex.com - En plus, ce sera excellent pour votre anglais...

Oenotourisme XO

25-06-2012

Le partenariat entre la Charente et la Charente-Maritime, qui avait déjà permis d’obtenir (avec l’Association Etapes du Cognac et d’autres acteurs locaux) le label Vignobles et Découvertes aboutit aujourd’hui à la publication chez Hachette Tourisme de l’ouvrage qui manquait pour parcourir en oenotouriste la vaste aire de production du cognac.

Un format poche, une approche en 7 itinéraires à la fois très cognac et très tourisme – confiée à deux spécialistes passionnés, Denis Montagnon et Olivier Bompas - en font un guide complet, avec une belle sélection de maisons de cognac, d’hébergements et de restaurants.

Ce vade-mecum sera utile pour partir profiter des moments forts de l’été : les mardis du Cognac (www.cognacetapes.com), de juin à septembre ; la Fête du Cognac, fin juillet (www.lafeteducognac.fr). Mais on peut attendre l’hiver, saison des Distilleries en Fête et du brûlot charentais…

Sur la Route du Vignoble du Cognac - 128 pages - 10,65 €

Vins et traditions de Provence

25-06-2012

La cave de Rasteau propose des ateliers-conférences avec dégustation gourmande.

Animées par des spécialistes, elles vont porter cet été sur la figue (mardi 10 juillet), l’olive et l’olivier (mardi 17 juillet), la truffe blanche d'été (mardi 24 juillet), le safran (mardi 31 juillet), l’amande et la biscuiterie artisanale (mardi 7 août) et, mais ça ne se mange pas, les tissus provençaux (mardi 14 août).

Début à 15 heures. Sur réservation. 5 € par personne. Gratuit pour les moins de 18 ans.

Oenotourisme souterrain

22-06-2012

Avec son église monolithe souterraine (qui aujourd’hui offre une visite ludique « Enquête dans les souterrains » aux familles), Saint-Emilion est une bonne introduction au monde souterrain.

Allons plus loin avec le Château Villemaurine (Saint-Emilion Grand Cru Classé), qui compte sous son vignoble sept hectares de carrières sur deux niveaux ! Elles ont servi à construire les immeubles de Bordeaux avant d’être reconverties en champignonnières, puis en chais à barriques.

Les propriétaires proposent une riche promenade « sons et lumières » accompagnée d’un guide : près d’une heure sur les pas d’Emilion et de la manière de faire le vin, en complément de la visite du cuvier et des installations techniques, et d’une dégustation de vins.
Le Château Villemaurine a reçu le Best of wine tourism 2012 dans la catégorie Découverte et innovation.

Tous les jours sauf le mardi. Durée 1h30. 12€ plein tarif, 6€ tarif réduit, gratuit - 12 ans. Billetterie et réservation à l'Office de Tourisme.

Site par Neteor