Newsletter

Modernes cépages modestes

Les deux jours (3 et 4 novembre) des deuxièmes Rencontres des Cépages Modestes ont permis aux passionnés de débattre autour des fleurons anciens mais de plus en plus modernes de l’ampélographie.

Se sont succédé des débats sur le phylloxéra et la diffusion des vins issus de cépages modestes, une projection de La Clef des Terroirs de Guillaume Bodin, des découvertes comme le Romorantin ou les cépages grecs Xiromavro et Assyrtiko…

Ce fut aussi l’occasion pour les Rencontres de rendre public leur Manifeste, dont voici le texte :

« Les cépages, étudiés par l'ampélographie - font partie des richesses de la civilisation du vin.
L’objectif majeur des Rencontres des Cépages Modestes est de faire connaître initiatives et réalisations dans le domaine des cépages méconnus, oubliés, peu répandus, en voie de disparition…
Les raisons de ces désaffections sont multiples : phylloxéra, cahiers des charges des AOC, mauvaise connaissance et culture, arrachage, modes ou goûts supposés des consommateurs, fragilité, faible degré alcoolique, faible rendement…

Or leur (re)valorisation focalise quelques enjeux de plutôt haute importance.

Le maintien des cépages modestes contribue en effet à :
- la lutte contre l’érosion génétique (juste deux chiffres : les 20 variétés les plus importantes représentent près de 90 % du vignoble français, et il existe 9.600 cépages dans le monde), la richesse des patrimoines ampélographiques et la biodiversité ;
- l’accroissement des connaissances ampélographiques (enrichies aussi par les analyses ADN), utiles pour faire face de manière naturelle à des enjeux tels que les maladies ou le changement climatique ;
- la meilleure adaptation des cépages aux terroirs ;
- la valorisation économique de territoires ruraux, par la recréation de vignobles et de centres d’intérêt oenoculturels et oenotouristiques ;
- la poursuite ou la renaissance des traditions, des solidarités et des cultures locales ;
- la diversité du goût et des typicités des vins face à la pression galopante de l’industrialisation, et de la mondialisation, et donc à la satisfaction des amateurs ;
- la satisfaction d’amateurs, de plus en plus nombreux, pour des vins de cépages rares, historiques et insolites, mais aussi à celle de nouveaux consommateurs formés à une approche « par cépage » du monde du vin.

Les Rencontres des Cépages Modestes veulent être, modestement, le lieu de communication et d’échanges pour les initiatives et les actions qui vont dans ce sens, un sens bon pour l’humain et la planète. »

Rendez-vous est bien sûr pris pour l’année prochaine…

Site web : http://cepages-modestes.fr
Page Facebook : www.facebook.com/pages/Rencontres-des-cépages-modestes

A lire : www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/1400_les_cepages_modestes_retournent_au_couvent.htm

 

Photos :

- Bruno Quenioux (Philovino), Robert Plageoles (vigneron à Gaillac), Michel Grisard (vigneron et président du Centre d’Ampélographie Alpine Pierre Galet en Savoie)

- Michel Gendrier, vigneron à Cour-Cheverny; Bruno Quenioux (Philovino) et Brendan Tracey (vigneron à Sainte-Anne - Vendôme)

Une bonne couverture presse pour ces Rencontres ; du JT de TF1 à la presse locale

Jean Rosen et Sergio Calderon, sommelier de Michel Bras

Article du 07-11-2012
Site par Neteor