Les labels Oenotourisme Vignobles et Découvertes

Article du 14-10-2010

Dix destinations de l'oenotourisme viennent d'être labellisées "Vignobles et découvertes".

Hervé Novelli, secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, et Paul Dubrule, président du Conseil Supérieur de l'Oenotourisme, ont révélé le nom des premières destinations du vin portant le label oenotourisme "Vignobles et Découvertes".

On avait parlé de six destinations, puis de vingt, le chiffre de labellisés est pour l'heure de dix : trois destinations en Bourgogne, une en Beaujolais, une en Cognac, trois en Loire, une en Vallée du Rhône et une dans le sud-ouest.

Gageons que ce ne seront pas les seules en France à proposer - nous citons - "une sélection de caves partenaires et d’hébergements, ainsi qu’un choix de restaurants offrant une cuisine typique et agrémentée d’accords mets et vins" - où "les visiteurs seront accueillis par l’Office de tourisme ou par une structure réceptive partenaire, et pourront découvrir des sites patrimoniaux, et profiter d’une sélection d’activités liées au vin disponibles en plusieurs langues, et d’événements valorisant les savoir faire locaux."

Un tel cahier des charges (!) peut aisément être rempli par des destinations à Bordeaux, en Champagne, Alsace, Languedoc ou Roussillon...

Pour l'heure, la taille critique des destinations ne fait pas de doute, ni leur capacité à proposer de réelles ressources aux oenotouristes.

Certaines destinations n'avaient peut-être pas besoin d'un label puisqu'elles font déjà "rêver les amateurs de vin du monde entier" (la Côte de Nuit).

Certaines destinations distinguées sont déjà bien actives, comme "Pays des Bastides et vignoble du Gaillac".

D'autres ont à bâtir une identité forte, et une image qui la reflète de manière claire.

Une juxtaposition de caves et de restaurants agrémentée d'un bout de patrimoine crée peut-être une "destination produit commercial" (un "label" ou une "marque", la confusion est de mise), mais certainement pas l'expression cohérente et active d'un terroir, d'un héritage, d'une identité.

Or, à notre sens, c'est cette composante patrimoniale qui est un véritable avantage concurrentiel dans le village mondial du vin.

(Dans cette optique, le nom n'est pas un détail.

Il n'est pas sûr que, vu de Casper (Wyoming), de Rybnik (Pologne) ou de Iwata (Japon), "Vallée du Rhône Crussol Côtes du Rhône" se lise et se prononce clairement, se mémorise facilement, se désire follement.)

Tout reste à faire donc. Ces destinations sont des réalités. Ce sont surtout, espérons-le, des projets.

Et dans leur cahier des charges figurent de vraies valeurs dont le goût de la transmission, l’authenticité, la mise en valeur du patrimoine naturel, culturel, humain...

 

Labels ou marques "Vignobles et découvertes" 2010

 

En Bourgogne - La CCI de Beaune "porte" deux destinations, la Colline de Montrachet et la Colline de Corton.
L'Office de tourisme de Dijon porte la destination Dijon - Côtes de Nuit.

En Charentes-Cognac, l’Association "Les étapes du Cognac" porte la destination "Le vignoble de Cognac"

En Loire, on compte trois destinations :
- Vallée du Layon (Agence de Développement Loire en Layon)
- Vallée du Loir (Agence de développement de la Vallée du Loir)
- Vallée de la Loire Chinon - Bourgueil - Azay (Office de Tourisme du Pays de Chinon)

En Beaujolais, l’Interprofession propose la destination "Beaujolais des Pierres Dorées".

En Vallée du Rhône, l’office de tourisme Rhône Crussol Tourisme porte le projet "Vallée du Rhône Crussol Côtes du Rhône".

Dans le sud-ouest, l’association Tourisme de Terroir se voit reconnaître le label pour la destination Pays des Bastides et vignoble du Gaillac.

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor