Newsletter

L'aventurier du vin d'hier

Article du 27-08-2011

Pierre Chevrier a écrit « Le vin d'hier , Guide des vins historiques et légendaires ».

Il sera à Morges (Suisse), au Livre sur les Quais du 2 au 4 septembre. Normal, il est suisse et habite Genève. C’est le frère de Philippe le célèbre restaurateur de Chateauvieux (à Satigny, tout près de Genève).

Son livre a été écrit après 38 ans de recherche, de dégustations et de passion pour tout ce qui touche non seulement aux vins mais aux bouteilles, et aux objets du vin.

Il présente des bouteilles toutes plus prestigieuses les unes que les autres.

Ne pas avoir bu de Lafite-Rothschild 1811 (la fameuse année de la comète) est son grand regret - « les grands vins sont derrière nous… ».

Combien la bouteille ? 57.000 euros.

Sinon, dans la vie, il organise des dégustations prestigieuses.

Ainsi, du repas de l’Empereur (en 2004), avec une bouteille par date marquante de la vie de Napoléon, de 1789 à 1815.

Il « participe » aussi à des ventes aux enchères.

Son dernier coup ? L’achat d’une bouteille de Vin Jaune 1774 (1ère année du règne de louis XVI), lors de la Percée du Vin Jaune 2011.

57.000 euros pour une mise à prix de… 6.500 euros. Vente grâce à laquelle le Jura entre dans la cour des grandes enchères de vin.

Achat réalisé pour le compte des "Epicuriens & tueurs de bouteilles" Serial Bottler. Enchère menée comme un combat et emportée sur un autre grand et célèbre amateur, François Audouze.

Un livre et un repas très 1774

Son Jura, découvert en 1998, il le connait sur le bout des papilles et n’y a que des amis; le chocolatier MOF Hirsinger (photo), le restaurateur étoilé Jean-Paul Jeunet, sans parler de nombreux vignerons…

Sur cette bouteille de 1774, Il prépare un livre (« il y a pire dans la vie que d’écrire un bouquin à Arbois »).

Que de choses à raconter sur cette seule bouteille. Sur sa contenance (87 cl), sur son vigneron Anatoile Vercel, sur le fait que Pasteur aurait bu une de ces bouteilles en 1882 pour fêter sa réception à l’Académie Française...

En 1994, une des bouteilles du lot avait été dégustée par des professionnels au Château Pécauld à Arbois, avec une excellente note de 9,4/10.

Il prépare aussi autour de ce flacon un repas-dégustation historique ! Trois ans de travail l’attendent pour sa préparation.

Un joli mot de la fin ? « Il serait triste que l’homme n’ait pas rencontré la vigne ».

 

Le vin d'hier , Guide des vins historiques et légendaires
Editions Slatkine

 

A voir
- Sur la vente : www.vinsdujura.tv
- Un interview de Pierre Chevrier par le sommelier Christian Menozzi

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor