Newsletter

Une pause à Valmagne

Article du 06-06-2012

Personne n’est obligé d’avoir une vie compliquée, mais nous avons tous besoin de pauses et d’oasis.

Entre Pézenas et l’étang de Thau, difficile de ne pas trouver une certaine idée du bonheur, me suis-je laissé dire. Et nous nous posâmes à l’Abbaye de Valmagne.

Promenons-nous d’abord dans le domaine réservé de Laurence d'Allaines : les jardins du cloître avec leurs roses et leurs bambous noirs ; un jardin de plantes médiévales (*), aromatiques et médicinales ; et un hectare de jardin potager bio qui fournit en boissons, en légumes et en fleurs (gastronomiques) la table de la ferme-auberge, dite de frère Nonenque.

Le visage réjoui de ce moine décore la chaleureuse salle intérieure (avec barbecue !), mais vous pouvez aussi profiter de la longue, grande et calme terrasse en bordure d’un bassin, et en tout état de cause rendre grâces aux mille nuances de la gentillesse de l’accueil de Laurence et Philippe.

Déjà les moines cisterciens, au 12ème siècle, avaient planté de la vigne à Valmagne, comme dans toutes leurs abbayes. Avant ou après la dégustation, ou le déjeuner, on visitera donc le patrimoine classé monument historique (comme 35.000 visiteurs par an, accompagnés par les cinq guides), resté accroché à la vigne et au vin, en commençant par l’église gothique de 1257.

A la Révolution, l’Abbaye, fondée en 1138 et rattachée rapidement à l’ordre de Citeaux, a cessé son activité monastique, mais elle a servi ensuite de bâtiment agricole. C’est pourquoi on y verra 18 foudres (de près de 300 hl) en chêne de Russie installés dans les chapelles de l'église (83 mètres de long), ce qui lui valût son surnom de « cathédrale des vignes ».

Une curieuse croix aux ceps de vigne, les vignes du dais de la magnifique fontaine du cloître, sous lequel tournent des soleils éblouissants et doux, un conservatoire de vignes, s’ajoutent à ce patrimoine viti-culturel.

Les cuvées - élégantes et gourmandes - de l’actuel domaine viticole (60 hectares principalement en bio… en appellations Languedoc, Languedoc Grès de Montpellier ou en vins de pays) rendent hommage aux figures d’un riche patrimoine historique ; les pères fondateurs cisterciens Bernard et Benoît, le Cardinal Pierre de Bonzi, qui a su relever l’Abbaye au XVIIème, le comte de Turenne (Henri-Amédée-Mercure !), qui a su re-relever l’Abbaye en 1838…

A noter, et à déguster, un cépage original, le Morrastel (IGP Collines de la Moure).

L’abbaye produit aussi, avec la toute voisine Brasserie d’Oc, une bière d’abbaye. Il faut dire qu’à l’époque monastique, la bière - brassée sur place - était consommée au quotidien : le vin était réservé aux jours de fête et aux hôtes de passage.

Philippe et Laurence d’Allaines savent jouer la carte du réseau, si importante dans le tourisme de terroir.

Ils ont contribué à la création des Vignobles d’Abbaye, et ils participent au Cercle Prestige. Ils ont été parmi les premiers à soutenir la candidature (en cours) pour le label oenotouristique Vignobles et découvertes du Pays de Thau.

Il est vrai que pour les bandes et les groupes, les ressources sont là pour des événements festifs ou professionnels conviviaux, ensoleillés et gourmands. Sans parler des gros événements de musique de jazz ou classique… qui chaque année prennent plus d’ampleur.

Pour se loger, si j’étais vous, je pousserais jusqu’à Marseillan (à 20 km), au magnifique et intime Domaine de la Bellonette

Demain, un peu d’étang de Thau et des huîtres de Tarbouriech ne nous feront pas de mal… Après tout, nous avons tous besoin de pauses et d’oasis.

 

(*) Jardin de simples, quel joli mot. « Simple » désigne depuis le XV° siècle un remède constitué d'une seule substance : pas de mélange ! Donc, les carrés de simples – qui permettaient de récolter racines, feuilles, fleurs et sommités - cultivés dans les monastères ne servaient qu’à créer des tisanes, décoctions, cataplasmes…
En fait, au 12e siècle, l'Eglise va interdire l'étude et l'exercice de la médecine dans les couvents. Donc les vrais « pros » les quittèrent pour devenir médecins et pharmaciens… des métiers compliqués…

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor