Newsletter

Oenotourisme et lecture des paysages viticoles

Article du 10-03-2014

Différents par leur richesse paysagère, ou leur structure (en terrasses, en vague, en marqueterie…), les paysages viticoles sont pourtant tous des livres d’histoires.

Encore faut-il apprendre à les lire. Les mettre à disposition des attentes esthétiques, intellectuelles et culturelles des oenotouristes passe par trois étapes : inventorier, sélectionner, équiper.

Inventorier

Les dimensions paysagères sont multiples. Paysages largement façonnés par l’homme, les vignobles présentent des éléments naturels et culturels.

Pour l’héritage naturel, on donnera à comprendre la géologie, les reliefs et les sols. On signalera les éléments minéraux et on expliquera les micro-climats présentés par les diverses parcelles.

On travaillera à mettre en valeur les aspects proprement culturaux - conduite de la vigne, encépagement, enherbement, sens et densité de plantation… - et la biodiversité (haies, bosquets, arbres isolés, polyculture…), sans oublier la faune.

Les aspects façonnés par l’homme, et culturels, sont évidemment considérables : structure foncière, petit patrimoine lithique (murets, terrasses…), constructions, dessertes, équipements hydrauliques… mais on n’oubliera pas les traces historiques de la vigne ou d’utilisations anciennes (comme le pastoralisme). La toponymie peut être apportée à l’appui des observations.

Sélectionner

Cet inventaire achevé, il faudra, travail difficile, en sélectionner les éléments les plus remarquables et les plus significatifs.

La sélection doit se faire aussi de manière à varier les cadres et les points de vue, à approcher du paysage selon diverses échelles (le paysage général, la parcelle, le rang…). Les saisons devront être prises en compte.

Equiper

Les possibilités d’équipements du paysage sont nombreuses : lieux fixes (points de vue, lieux de dégustation, coupes géologiques…), sentiers, éléments de signalétique et d’interprétation, nouvelles technologies et géolocalisation

Un travail passionnant qui attend les acteurs des territoires pour valoriser la culture et le travail des vignerons.

Mais aussi les vins eux-mêmes : « le goût du vin peut être « sublimé » par les paysages de son terroir que nos souvenirs font resurgir dès la première gorgée » écrit Jean-Paul Pigeat dans « Les paysages de la vigne ».

 

Winetourismconsulting.com

 

A lire aussi :

Le paysage viticole, ressource de l’oenotourisme
http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/1193_le_paysage_viticole_ressource_de_l_oenotourisme.htm

Paysages et patrimoine des régions viticoles
http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/883_paysages_et_patrimoine_des_regions_viticoles.htm

 

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor