Newsletter

Grands zooms pour grains fins

Grands zooms pour grains fins : cinq photographes du vin qui montent.

Des trajectoires diverses, des chemins parfois surprenants, voici cinq photographes de la vigne et du vin, leur présentation et la réponse à la question : "Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?".

Vignerons et photographes, une rencontre qui est celle de deux sortes de créateurs...

Leslie XIFRE

Née en 1980 dans le sud de la France, Leslie se lance dans des études en histoire de l’art à la faculté de Toulouse et cultive très tôt un intérêt particulier pour l’art pictural. Elle est attirée par la peinture et esquisse ses premiers essais dans une série de toiles colorées. Puis, passionnée par les jeux de lumière, son Nikon en main, elle plonge sans retenue dans le moindre détail des paysages et visages rencontrés sur sa route.

Autodidacte et sans influence particulière, sa quête: être une passeuse d’émotions. Se faire plaisir et être libre avec la photographie, reste son leitmotiv. L’artiste est convaincue de l’unicité et de l’originalité que l’on doit donner à une oeuvre photographique.

Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?

« Je sillonne les vignobles à la découverte de vignerons qui aiment comme moi à « imaginer, concevoir, créer et... déguster». La rencontre avec le vin c’est tout d’abord pour moi une rencontre de créateur à créateur. Partager l’instant, la quintessence de la création, l’âme singulière et la concrétisation des passions. »

En un mot, cette épicurienne transmet ses émotions, le vin devient alors le miroir de l’homme. « Il y a des rencontres humaines et gustatives qui traversent nos vies et les marquent à jamais ».

www.lesliexifre.com

Andrea Schmitz

Andrea Schmitz, née à Düsseldorf, vit et travaille à Bordeaux depuis 29 ans. Photographe de reportage, elle s’intéresse particulièrement au milieu de la gastronomie et du vin. Sensibles à son approche et à sa façon de rendre le vécu de leur métier, Philippe Etchebest, Michel Portos, Nicolas Masse, Christophe Girardot, Jean-Luc Molle, Franck Descas et bien d’autres chefs du Bordelais lui ont ouvert les portes de leurs cuisines.

En 2013, c'est à Paris, avec la complicité des chefs Jacques Pourcel et Hervé Nepple, qu'elle expose une série fort remarquée, réalisée à « La Maison Blanche ». Et c'est avec cette série « Instants de cuisine » qu'elle a participé en novembre 2013 au Festival International de la Photographie Culinaire dans le mythique quartier de Saint-Germain-des-Prés.
En 2014 elle a été sélectionnée pour le 24è festival « Itinéraires des photographes voyageurs » à Bordeaux avec une toute autre série sur sa ville natale Düsseldorf, « Vision ».
Après cette exposition au Rocher de Palmer à Cenon elle a présenté son travail parisien au bar à vins du CIVB (Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux) et maintenant, jusqu'au 26 septembre au restaurant « L’Atelier de Franck »- 80, quai des Chartrons à Bordeaux.

Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?

« Parce que j'aime le vin, c'est un monde qui me parle et qui me touche, tout comme la cuisine.
J'ai besoin de ressentir les choses pour pouvoir les retranscrire dans une photo ! Le vin permet de rencontrer l'Autre, il fait un lien. Partager un vin, une table, permet de rentrer en relation avec les gens, d’établir une relation. »

www.andreaschmitz.com

Pierrick Bourgault

Pierrick Bourgault est ingénieur en agriculture et journaliste pigiste pour la presse agricole, dont les mensuels La Vigne, Rebe & Wein, Der Badische Winzer... (reportages « étranger »).

Il est auteur ou co-auteur d'une dizaine de livres et guides sur les bistrots, les bars-concerts et autres lieux du vin.
Le festival Oenovideo a plusieurs fois exposé ses image et l'AFJA (Association Française ds Journalistes Agricoles) vient de lui décerner son grand prix du journalisme agricole pour un reportage en Irak sur les fruits et légumes (un pays qu’il connaît bien : il a publié en mai 2014 « Irak, le vin clandestin » dans le magazine La Vigne, n° 264).

Il prépare deux expositions pour le Mois de la Photo à Paris, en novembre : Un bistrot sinon rien (comme le titre du livre) à la Bibliothèque Georges Brassens (75014) et Bars du monde au Zango (75014).

Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?

« Je le photographie, du coteau au comptoir et de la vigne au verre, parce que vignerons et vigneronnes ont une vie intéressante. Ils expérimentent chaque jour le grand écart entre production et consommation, entre les rythmes de la nature et les désirs supposés du marché.

J'aime réaliser le portrait de ces créateurs, capables d'imaginer un vin et de le faire exister, en tenant compte des possibilités du vivant, des aléas du climat et de leur idée du vin.

Rares sont les métiers qui requièrent un champ de conscience aussi vaste. La vie des vignerons est intéressante à photographier, concrète et visuelle dans notre monde devenu virtuel. Les vignerons cultivent en particulier trois sens – goût, odorat, toucher (la température du vin) – qui sont trois dimensions absentes de nos représentations audio-visuelles. Et toujours un défi à traduire en images... »

www.monbar.net

Alain Reynaud

Alain Reynaud est né à Nice en 1963. C'est le milieu marin de la Corse où il grandit qui berce son enfance radieuse subitement interrompue par un grave accident de la route à l’âge de 16 ans. Alain est condamné à passer une longue période entre lits d’hôpitaux, fauteuil roulant et ré-apprentissage de la marche, allant d’opérations en opérations pour retrouver l’usage de ses jambes. Cette épreuve transforma la vision du jeune homme, désormais en recherche de liberté et de sensations.
Avide de rencontres et de découvertes, il quitte son île de beauté à l’âge de 20 ans pour les Etats-Unis, puis le Brésil. Après plusieurs mois, il embarque pour un périple de 5 mois sur un voilier polonais qui rejoint la France en 1986. Installé à Paris, il se lance dans une carrière de musicien, et n’a toujours aucune photo à son actif.

Ce n'est qu’en 2005 à St Martin de Londres qu'il met les mains sur un appareil photo suite à une rencontre inattendue : celle de la nature qu'il côtoie tous les jours, celle de la nature vivante. Ce nouveau regard sur son environnement donne naissance en 2007 à sa première exposition appelée « Les Monstres des Vignes », qui fut un succès immédiat.

Photographe autodidacte, artiste à part entière, Alain Reynaud nous transporte dans son univers fantastique au travers de personnages tous plus surprenants les uns que les autres. Son exposition "Les Monstres des Vignes" est soutenue par Epson Digigraphie ® ».

Aujourd'hui Alain et sa compagne Marie sillonnent la France et l’étranger pour mettre en image les plus beaux vignobles à bord de leur camping-car. Equipés de leurs fidèles Canon 5D MK III avec lesquels ils réalisent de superbes banques d'images mais aussi des vidéos que vous pouvez retrouver sur www.indecom-vin.com.

Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?

« La vigne a fait de moi un photographe et non pas l'inverse. Mon idée de départ c'était seulement de jeter un oeil différent sur mon métier ; je travaillais pour le monde viticole en tant que commercial, mais quand j'ai montré mes premières photos de vigne, on a commencé à me demander de venir photographier tel ou tel domaine.

Il fallait transformer l’essai et c'est ce que je tente de faire tous les jours... »

http://alainreynaud34.wix.com/alain-reynaud-photo

Thierry Vallier

Thierry Vallier n’a pas attendu d’être Chevalier de la Chaîne des Rôtisseurs : photographe depuis 25 ans, il s’intéresse à la gastronomie et aux vins depuis ses débuts. Il travaille aussi bien pour des vignerons que pour des chefs, pour Valrhôna ou Opinel. il a l’art de développer une véritable « identité visuelle » autour des univers variés du goût.

Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?

« Je photographie le monde du vin grâce à un livre sur les AOC en Rhône Alpes de 405 pages, un voyage gourmand !

Je suis parti à la rencontre des hommes et des femmes de nos terroirs, captant les regards et les émotions. Depuis, je continue sur les traces de nos vignerons, nos chefs, nos accords mets et vins."

http://thierry-vallier-photography.over-blog.com

 

 

Toutes photos copyright leur auteur.

Article du 08-08-2014
Site par Neteor