Newsletter

L'oenotourisme en Argentine

Suite des notes de voyage de Géraldine et Nicolas, l'équipe de Vinos Sin Fronteras.

Mendoza fait partie des principales capitales viticoles mondiales au même titre que Melbourne, Capetown, San Francisco (Napa), Bordeaux, Florence, Bilbao et Porto.
Ces dernières années, on a remarqué que beaucoup de touristes s'y rendaient dans le but de découvrir les vins de cette région. De ce fait, il a fallu organiser l'accueil de cette nouvelle clientèle.

Il reste encore beaucoup à faire, surtout au niveau de la signalisation, des cartes des routes des vins, de l'information en général. On discerne par contre une réelle dynamique au sein même des domaines; on commence à voir des progrès pour une poignée d'entre eux.

Ces structures sont plutôt récentes et l'on peut y trouver : des tours en plusieurs langues, de belles salles de dégustation et des boutiques de produits "merchandising" (t-shirt, tire-bouchons, casquettes...).
D'autres établissements proposent aussi hébergement et restauration. Cependant, ce ne sont pas toutes les caves qui ont développé un concept touristique.

 

Nous avons particulièrement aimé la bodega Alta Vista qui a été pensée pour recevoir une clientèle internationale, plutôt VIP, ou en tout cas des oenophiles confirmés : tour de la propriété, présentation des sols (dans des casiers vitrés), magnifique salle de dégustation et un projet de chambres d'hôtes et de petit restaurant.

Pour les amateurs d'architecture, on suggère la toute nouvelle bodega O.Fournier qui, au milieu d'un superbe cadre mêlant vignes et montagnes, se dresse tel "une soucoupe volante" !! Ils travaillent en gravité ; la visite nous mène dans les différents étages et passages souterrains de
la cave.

La salle des barriques est immense et exceptionnelle.

 

Zuccardi est l'un des "stops obligés" dans la région de Mendoza. Cette bodega est accessible à tous types de visiteurs. Elle propose un tour du vignoble et de la cave suivi d'une dégustation, une boutique, une galerie d'art et prochainement les visiteurs pourront acheter des bouteilles "expérimentales", pas encore sur le marché.

De plus, leur restaurant bénéficie d'une excellente réputation et propose diverses activités : cours de cuisine guidé par un chef, leçon de dégustation.
Les samedis et dimanches après-midi, ils organisent "Tardes de te" qui inclue boissons chaudes, pâtisseries, charcuteries et un verre de vin (30$ARG).

 

Nous avons également trouvé le domaine Chandon intéressant en terme d'oenotourisme. Les visites se font sur réservation (disponible en anglais) et sont payantes. La visite "normale" commence par une vidéo, puis continue par un tour dans la bodega. Elle a pour objectif de faire comprendre le processus d'élaboration des vins mousseux (par des panneaux affichés dans la cave et une explication donnée par un guide).

La visite "spéciale" permet en plus de découvrir les vignes in situ (à 1100m d'altitude).
Quant aux dégustations "spéciales" (de 3 a 10 €) elles donnent la possibilité de déguster les meilleures bouteilles. Après ces différents tours, le visiteur peut terminer par un petit-déjeuner, un "coffe break" ou un repas au restaurant de cuisine gourmet. Il est possible aussi d'y organiser des cocktails pour un événement privé.

Pour finir, nous souhaiterions citer la bodega Tapiz qui offre une expérience viticole originale. En effet, la visite se fait sur réservation et est adaptée en fonction de la demande, du niveau de connaissances, de la saison.
Si par exemple, c'est la période de taille, les visiteurs iront dans les vignobles et apprendront sur le terrain la taille de la vigne. On nous présente aussi un fût coupé en 2 pour découvrir les secrets des tonneliers. La dégustation se fait dans le chai et on goûte des vins en cuve entre autres.

 

Mise à part Mendoza, d'autres régions commencent à développer un tourisme viticole : San Juan, Cafayate et la Patagonie (lieu mythique) mais elles sont beaucoup moins connues. Cependant, le gouvernement semble vouloir les aider, car par exemple dans la région de Salta, les autorités ont alloué un budget de 6 millions de pesos pour améliorer les infrastructures, notamment la route des vins et le wine museum.

 

 

L'oenotourisme en Argentine a un avenir plutôt positif. Le tourisme (en général) explose depuis ces dernières années : 4 millions de visiteurs en 2005 dont 1 million qui restent à Mendoza. C'est devenu une destination très à la mode, notamment pour les anglais. Et on le comprend très vite par la diversité des paysages, les activités outdoor que l'on peut pratiquer et surtout le faible coût de la vie. Les vignerons ont vite vu l'intérêt de ce boom pour leur business, et le tourisme viticole ne fait que commencer....

 

Pour en savoir plus : Vinossinfronteras.org

Etapes précédentes, voir ICI

 

Article du 22-10-2007
Site par Neteor