Newsletter

Divine Ivresse

Article du 10-05-2008

Oui, il faut - déjà ! - réconcilier la France avec son vin.

Petit à petit, par peur, par peurs, la France se coupe de l'un de ses produits culturels les plus riches ; le vin.

Galatée Faivre désigne ces peurs dans Divine Ivresse, ouvrage léger et grave.

Elle est une des figures de ce qu'on pourrait appeller le "vin au féminin".

Issue d'une très ancienne famille de vignerons de Bourgogne, elle dirigeait à 22 ans 130 ha de vignes en agriculture biologique, s'est investie dans la communication de l'AIVBRL (Association Interprofessionnelle des Vins Bio), a présidé "Hommes & Terroirs", tenait à 26 ans un poste de direction commerciale "Monde" - ce qui sous-entend bien des voyages - au sein d'une célèbre maison de Bourgogne.

Elle a enfin créé - en 2002, à 30 ans - ID VIN, société d’aide à la commercialisation, Trophée Femivin 2005 de la meilleure idée innovante.
Elle est aujourd'hui installée dans le Languedoc.

Une série de tableautins, saynètes naïves, nouvelles SF, short thrillers effrayants, ou contes utopiques... met donc en scène ces peurs.

Peur de ne pas reconnaître le goût de bouchon, peur de ne pas "savoir" apprécier un vin, peur de payer trop cher, peur de la maladie, de la dépendance, de l'alcoolisme... peur de ne plus posséder ce qui est l'essence de l'homme : le libre arbitre et donc le pouvoir de se libérer de comportements toxiques...

Galatée Faivre, en tant que spécialiste du marketing connaît bien quels ressorts puissants sont les peurs dont jouent ceux qu'elle nomme les "dealers de peur".

Ils ont instauré "l'ambiance pré-prohibitionniste" actuelle.

Ce sont ceux - figures avançées et masquées du monde de l'agro-alicamentaire pharmaco-chimique et industriel - qui mènent une politique d'aliénation et d'infantilisation.

L'objectif : obtenir la dépendance mentale des "consommateurs" qui - déjà - ont tout perdu : le goût, le goût de choisir et le choix de goûter ce qu'ils mangent et boivent.

 

Heureusement, Galatée Faivre dessine le profil des néo-connaisseurs, ceux qui se sont libéré de ces peurs.

Elle les souhaite de plus en plus nombreux, mais regrette qu'il leur faille - déjà - aller se ressourcer dans des pays voisins, ou dans le "Nouveau Monde", partout où le vin reste cet outil complexe et poétique de culture, de plaisir ... et de divine ivresse.

 

 

Divine Ivresse
Galatée Faivre
Normant éditions
11,50 €
105 pages

 

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor