Newsletter

Clochemerle, terroir des arts

Article du 16-06-2008

"Le touriste suit aveuglément la vallée de la Saône (…) sans se douter qu’il laisse (…) un des coins de France les plus pittoresques (…). S’il se trouve parmi les lecteurs quelques touristes qui aient encore le goût de la découverte, on leur donnera ce conseil. A trois kilomètres environ au nord de Villefranche-sur-Saône, ils trouveront sur leur gauche un petit embranchement généralement dédaigné des automobilistes, qui amorce le chemin n°15 bis. Qu’ils le prennent et le suivent jusqu’au chemin n° 20 dans lequel ils s’engageront. Ce second chemin les conduira dans une vallée encaissée et fraîche (…). Du coude par lequel on débouche on aperçoit en face de soi une grosse agglomération située à mi-hauteur de l’autre pente à près de 400 m d’altitude. C’est Clochemerle-en-Beaujolais dominé par son clocher roman (…)".

Il ne faut pas chercher dans les propos de Gabriel Chevallier une description absolument fidèle de la route qui mènerait de Villefranche à Vaux-en-Beaujolais. L’ouvrage est d’ailleurs à l’origine d’une querelle entre plusieurs villages qui croyaient se reconnaître entre les lignes du romancier. Il y mit fin vingt ans plus tard en reconnaissant Vaux comme l’hôte de son imagination. Sans doute parce que la lutte pour l’emplacement d’un urinoir entre la fabrique, le parti des dévots, et le conseil municipal laïc a bien eu lieu à Vaux dans les années 1880.

La pissotière, dernière en date, (en un demi-siècle, plusieurs modèles se sont succédés…) trône désormais telle une statue en plein centre de la place du petit tertre. Justine Putet n’est plus à la fenêtre pour surveiller les allées venues. Du moins croit-on… A vrai dire, on vient plus faire ici la "pause photo" que la "pause pipi".

Les habitants ont oublié qu’ils se sont écharpé avec force d’arguments, de mauvaise foi de préférence, pour l’emplacement de la vespasienne. Deux mètres plus à gauche, deux mètres plus à droite,... On est passé à deux doigts du référendum.

Musée de poche pour grand écrivain

Toutes les parties se sont en revanche bien entendues pour rendre un hommage légitime à l’auteur à travers l’ouverture d’un musée.

Musée de poche certes (et gratuit d’accès), mais qui avec ses archives manuscrites, objets, et un petit film retracent la vie et l’œuvre d’un écrivain finalement mal connu.

Une incitation à découvrir les deux suites à Clochemerle : "Clochemerle Babylone" et "Clochemerle les Bains" ou encore "La peur" qui relate l’expérience du soldat Chevallier, anti-héros de 14-18. Pour beaucoup, le chef d’œuvre de l’auteur.

Clochermerle s’offre encore à la vue et aux oreilles des visiteurs à travers un manège théâtral et six stations sonores installées sur les trottoirs du village. Elles relatent quelques scènes clefs du roman.

Mais l’essentiel de Clochemerle est sûrement ailleurs. Dans l’état d’esprit un peu gouailleur qui flotte dans le village. Tenez, l’atmosphère de la cave du village. Coude sur le zinc, nez dans le ballon, tableaux satiriques au mur, le parfait décor pour refaire le monde.

Il faut aussi savoir en sortir pour emprunter les petites routes qui sillonnent le vignoble, à travers les coteaux de sables granitiques où les moines de Cluny 1000 ans plus tôt furent les premiers à planter de la vigne. Ces balades offrent en outre de jolis points de vue sur la vallée de la Saône et au loin, les Monts du Bugey et les Alpes.

Parmi les caves de vignerons qui méritent un détour, citons celle du château de Vaux de la famille de Vermont, où l’on trinque les trois couleurs des Beaujolais-villages, rouge, rosé et blanc, sous des pierres nobles.

Toujours dans le bourg, la ferme auberge de la Vauxonne tenue par Dominique et Cyril Mingret. Entre veaux, vin, vaches, cochons, c’est la découverte d’une des rares exploitations encore en polyculture. Vous y dégusterez un produit original : le rikiki, boisson à base de paradis (premier jus sorti du pressoir), de gnole et de sucre.

Autre bonne adresse, celle de Jean-Luc Longère, un des pionniers de la démarche Terra vitis (viticulture raisonnée), dont les parcelles se reconnaissent facilement à cette époque de l’année car garnies de fleurs. L’orange des pavots de Californie se marie merveilleusement avec le vert tendre du feuillage. Ces bandes fleuries ont en outre pour objectif de rééquilibrer l’écosystème et d’éviter l’utilisation d’insecticides.
En association avec deux autres vignerons, Franck Lathuilière et Paul Girard, il produit du jus de raisin à base de gamay ainsi que de la confiture de raisins et de pêches… de vignes évidemment. Le trio propose une journée "Clochemerle à cœur ouvert" pour découvrir le village sous toutes les coutures.

 

Biennale de l’art figuratif du 27 au 29 juin

Gabriel Chevallier n’a pas toujours voulu être écrivain. Il a commencé à manier le pinceau avant la plume. Il fut un élève brillant des beaux-arts de Lyon.

Nul doute alors qu’il aurait apprécié l’initiative d’Allain Renoux. L’aquarelliste a lancé en 2002 la première biennale d’art figuratif. Un pari un peu fou. Il transforme le temps d’un week-end le village en un musée à ciel ouvert. Cours, rues, caves et jardins deviennent autant de galeries. Et ce ne sont pas les peintres du dimanche mais une sélection de haute volée d’une trentaine d’artistes (peintres et sculpteurs principalement) français et étrangers.

La quatrième édition se déroulera du 27 au 29 juin. Les soirées de vendredi et de samedi se termineront par des concerts de jazz.

Une date de choix pour s’imprégner de l’ambiance Clochermerle.

 

Contacts

Point d’information, pôle oeno-touristique
+33(0)4 74 03 28 82
www.vaux-clochemerle.fr

Biennale d’art figuratif
Organisé par Allain Renoux et son association AAAOO. Manifestation culturelle gratuite.
+33(0)4 74 03 27 10
www.biennale.fr

Manger

Ferme-auberge de la Vauxonne
Dominique et Cyrille Mingret, le bourg
De 15 à 25 euros. Sur réservation.
+33(0)4 74 03 26 13
http://monsite.orange.fr/fermeaubergedelavaux/

Hôtel-Restaurant Auberge de Clochemerle
Delphine Crétin (sommelier) et Romain Barthe (le Chef)
Cuisine gastronomique. Menus de 28 à 65 euros.
Rue Gabriel Chevallier
+33(0)4 74 03 20 16
www.aubergedeclochemerle.fr

Restaurant - Traiteur Au Bouchon Beaujolais
Christophe Moille, le bourg
+33(0)4 74 03 21 55

Dormir chez un vigneron

Gîte de groupe
Valérie et Paul Girard, lieu-dit « Le Fagolet »
5 chambres, 26 couchages.
www.la-girardiere.com
+33(0)4 74 03 28 37

Gîte d'étape et de séjour
Annie et Franck Lathuilière, lieu-dit « Arbins »
www.domaine-des-arbins.com
+33(0)4 74 03 26 53

Chambres d'hôtes

Georges Dufour, le bourg
+33(0)4 74 03 23 60

Aline et Pierre Tachon, lieu-dit « Le Sottizon »?
www.tolete.canalblog.com
+33(0)4 74 03 23 44?

Camping-Car

Accueil de camping-car et location de mobil-home
Chez Roger et Jean-Philippe Sanlaville, « Domaine des foudres», le plageret
+33(0)4 74 03 20 67 ou +33(0)6 82 39 70 42
www.domainedesfoudres.com

Déguster

 

Cave de Clochemerle
Inaugurée en 1956 par Gabriel Chevallier. Sélection des meilleures cuvées du la commune. Appellation beaujolais-villages (rouge, blanc, rosé) et crémant de Bourgogne.
Ouvert tous les jours
+33(0)4 74 03 26 58

Château de Vaux
EARL de Vermont
Domaine de 13 ha. Gamme complète de beaujolais villages et vins effervescents
Tel/fax : +33(0)4 74 03 20 03 ou +33(0)6 80 87 50 33
Mail : chateaudevaux.earl@wanadoo.fr

Domaine Longère
Le Perréon.
Régine et Jean-Luc partagent leur métier et leur savoir-faire.
Formule à la journée « Clochemerle à coeur ouvert » incluant repas et visites au choix.
Tel/Fax : +33(0)4 74 03 27 63 ou +33(0)6 70 93 15 46
Mail : jean-luc.longere@wanadoo.fr

 

Liste complète des vignerons de Clochemerle en cliquant ici :
www.vaux-clochemerle.fr/viticulteurs.php

 

David Bessenay

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor