Bruno Quenioux et l'oenotourisme

Article du 05-07-2008

"Demandons nous sérieusement si on a le choix de boire autre chose..."

Bruno Quenioux parle des vins bio en faisant référence à la récente étude du réseau d’ONG PAN Europe qui a mis en évidence la présence de pesticides dans les bouteilles de vin issues de l'agriculture conventionnelle.
Plus de 80 % de la gamme des vins de Lafayette Gourmet dont Bruno Quenioux était l'acheteur impitoyable depuis sa création en 1990 est bio.

Nativement iconoclaste, ce fils de vigneron - qui repère à 500 mètres une vigne mal tenue - rappelle que la vigne a échappé durant des millénaires au phylloxéra (apparu en plein essor de l'ère industrielle), reproche au labour de retourner la terre, de "mettre la cave au grenier", s'élève contre la flash-pasteurisation des vins kasher (le vin Mévushal), dénonce les vins noirs (sur-extraits), le goût unique et les standards imposés par les multinationales du vin, les "vins égyptiens" (des momies sans âme ni vie), et donne des conférences sur désapprendre à déguster.

Comptons sur lui pour rester fidèle au terroir, cette alliance réelle de la terre et du ciel (un peu la définition du climat bourguignon) qui offre des vins qui "racontent des histoires d'hommes, de paysages et de terre", avec au fond de lui cette conviction que le vin doit être pur parce que c'est un bien spirituel. Les moines cisterciens ne s'interdisaient-ils pas de contaminer la vigne avec quelque produit animal que ce soit ?

- Vous dites que la France est un des rares pays où les vignerons soient encore des paysans.

- "C'est un avantage concurrentiel énorme pour la France et son accueil oenotouristique... Je parle d'un oenotourisme authentique qui permet de comprendre vins, vignobles et vignerons."

- L'oenotourisme, c'est l'unique façon de découvrir "de l'intérieur" ce qu'est le terroir ?

- "L’oeno-tourisme, c’est aussi le moyen de découvrir que le vin est une rencontre délicate et respectueuse entre une culture régionale, un homme (une famille), un paysage et un climat.

C’est tout ça le terroir. Ca n’est pas seulement des couches de terre empilées et analysées. De cette façon, les industriels et grands distributeurs ont plus de mal en employer l’expression "terroir". Sinon, il est devenu prétexte à toute promotion commerciale.

L’oeno-tourisme permet de découvrir les liens subtils, voir invisibles qui vivent entre le vigneron et son vin. Au-delà du goût, c’est peut-être cet "impalpable" qui génère l’émotion."

 

 

 

Livres de Bruno Quenioux

  • 101 bouteilles à boire entre copains : Des vins à déguster sans attendre
  • 101 bouteilles inoubliables
aux éditions Jacob-Duvernet

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor