Newsletter

Oenotourisme : Beaux jours en Côtes de Nuits

Article du 23-03-2012

La France ne manque pas de vignobles mondialement connus ... méconnus. La Côte de Nuits, terroir de prédilection du pinot noir, est de ceux-là.

Ses noms magiques et célébrissimes attirent-ils suffisamment les touristes qui descendent aux beaux jours vers le sud ? Ou trop imposants, reflets de trop complexes terroirs, les dissuadent-ils de sortir de l'autoroute ?

N'ayez pas peur d'approcher, entre Dijon et Corgoloin, quatorze communes viticoles dont six productrices de grands crus. Vous repartirez plus familiers avec les grands noms qui, génération après génération, d'un style à l'autre, expriment les richesses d'expression de ces terroirs millénaires.

Deux dizaines de kilomètres, à parcourir en voiture, en vélo ou à pied ; il est possible d'emprunter le GR de pays des Grands crus de Bourgogne.

Le vignoble du sud de Dijon a disparu en raison de l'urbanisation, à l'exception du vignoble de Marsannay-la-Côte. Très ancien, son AOC ne remonte pourtant qu'à 1987. Il vous faut découvrir ce qui est une vraie curiosité en Bourgogne : son rosé, créé en 1919, et qu'on ira découvrir, parmi d'autres cuvées chez Sylvain Pataille.

Vous aurez d'abord fait une halte à Chenôve (prononcez Ch'nôve). La cuverie des Ducs de Bourgogne (XIIIème siècle), abrite deux pressoirs qui sont, avec ceux du Clos de Vougeot, les plus grands et les plus anciens de la Côte.

Laissez-vous enseigner l'appellation méconnue de Fixin (prononcez Fissin), par Vincent et Denis Berthaut, dans leur caveau de dégustation, Le caveau Napoléon, Place de la Poste, au centre du village.

Stéphen Liégeard, connu pour avoir inventé l'expression de "Côte d'Azur", et avoir inspiré la nouvelle "Le sous-préfet aux champs" d'Alphonse Daudet, aimait dire : "Ce qu'il manque à la Bourgogne, ce sont les châteaux de la Loire". Ayez donc un regard, à Brochon, sur le château néo-renaissance, qu'il y a bâti.

Découvrez le vieux Gevrey-Chambertin, son château protecteur, ses grands crus, dont Chambertin, le seul vin que buvait Napoléon, puis toute affaire cessante visitez Jérôme Galeyrand en son domaine, les frères Humbert, ou les frères Rossignol.

Le petit terroir de Morey-Saint-Denis produit six grands crus dont le célèbre Clos de Tart, né en 1141, un quasi-sommet.

Après un arrêt au Domaine bio Amiot-Servelle à Chambolle-Musigny, Vougeot vous attend.

Ici se trouve l'un des hauts lieux où souffle l'esprit du vin, avec ses traditions, sa noblesse et sa convivialité.

Le Clos de Vougeot, couvre un peu plus de 50 hectares partagés entre quelque 80 propriétaires. Le Château construit à partir du XIIème siècle est le siège de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin depuis 1945. Ouvert toute l'année au public, il accueille de nombreuses manifestations, dont depuis 2008 "Livres en Vignes", la première fête du livre au coeur du vignoble bourguignon.

Sa cuverie abrite les pressoirs monumentaux et le cellier, construit en surface puisque le château est bâti sur la roche, peut accueillir jusqu'à six cent convives, sous la devise "Jamais en vain, toujours en vin."

Vosne-Romanée abrite six grands crus, auxquel devrait s'ajouter "Les Cros Parentoux", le premier cru de Henri Jayer, père de "l'école" de la vendange éraflée.

A défaut de pouvoir vous procurer l'une des six mille bouteilles produites annuellement, rendez vous devant la célèbre croix du domaine de Romanée-Conti.

Etape incontournable ; Anne Gros, qui de surcroît propose des chambres d'hôtes.

Si Nuits-Saint-Georges n'a pas de grand cru, une démarche est en cours pour voir reconnu tel le climat de Saint-Georges. Bien caché dans le village, rue Crébillon, se trouve un beau caviste pour trouver des Bourgogne rares ou méconnus, le Cavon de Bacchus. Que cela ne vous détourne pas de visiter le Domaine Chantal Lescure, ou Henri et Gilles Remoriquet, et si vous y êtes le dernier week-end de mars, ne manquez pas la vente des Hospices (trop tard pur cette année !).

Passez du vin au divin - le chemin n'est pas long - en descendant sur Citeaux, dont les moines furent dès le XIIème siècle des vinificateurs hors pair, et à qui appartenait le clos de Vougeot.

En chemin, visitez le parcours éducatif et ludique de l'Imaginarium, qui vous donnera les clés de l'élaboration du Crémant de Bourgogne.

Si vous poursuivez sur Beaune, vous passez devant les carrières de Comblanchien dont les pierres ont servi à la construction de l'Opéra de Paris. A Corgoloin posez vous au Domaine d'Ardhuy, ce sera aussi une entrée en matière pour poursuivre en Côte de Beaune...

 

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor