Newsletter

Diagonale Courthézon, Châteauneuf-du-Pape, Tavel

Article du 16-04-2012

 

La dégustation a ses verticales et ses horizontales. L’oenotourisme a, lui, ses diagonales comme celle qui nous promène au-dessus d’Avignon.

* * *

A Châteauneuf-du-Pape, même si le Verger des Papes offre une vue époustouflante sur la région, le mieux pour le repas (*), c’est d’aller à… Courthezon, au cœur du village, chez Lou Péquélet (le petit) pour son inventive cuisine de terroir (par exemple : caillette provençale servie tiède et râble de lapin farci à la tapenade, tomates séchées et légumes printaniers).

De quoi prendre des forces pour aborder les sentiers de découverte du patrimoine et des vignes de Châteauneuf-du-Pape.

Ils permettent de constater que les terroirs ne se limitent pas aux galets roulés du quaternaire, mais qu’ils comptent aussi des sables pilocènes (ou des safres du Miocène) apportés par la Méditerranée à la fin du tertiaire, et même des immenses ensembles de lauses calcaires du Crétacé. D’ailleurs, des carrières au fort pouvoir de nuisance sont présentes dans l’appellation, et il faut se souvenir que le nom de la commune fût Châteauneuf Calcernier (ce qui dénote la présence de fours à chaux) jusqu’en 1893.

Parmi les autres visites, nous aimons bien le Musée Brotte, le néo-médiéval espace Ogier, la collection des 13 cépages de l’appellation au Domaine de Nalys, ou la découverte des vignobles Quiot à vélo.

Et pour approfondir sa science de la dégustation, rien ne vaut l’Ecole du laboratoire d’œnologie Mouriesse.

Peur Bleue à La Gardine

Vous avez l’embarras du choix pour vister des domaines et vérifier les mots du poète provençal Anselme Mathieu (ami de Frédéric Mistral) : « lou vin de castou noù douno la voio, emai l’amour, emai la joio » (le vin de Châteauneuf donne le courage, l’amour et la joie).
Citons le Clos Mont Olivet, dans Châteauneuf-du-Pape, et le château La Gardine, sur la route d’Orange.

Impossible de ne pas se croire un peu propriétaire sur la terrasse de cette bastide avec sa tour très « château à vin » et sa vue imprenable. D’est en ouest, les ruines du château, un large panorama sur la vallée du Rhône, et Roquemaure avec, en regardant bien, la parcelle où frappa pour la première fois le phylloxéra.

La cuvée Peur Bleue est un rouge (Grenache, Syrah, Mourvèdre par tiers) assez confidentiel, qui doit son nom aux risques que comporte une cuvée sans soufre…

Quand aux occasions de venir sur place, elles ne manquent pas: la Fête de la St Marc (le 27 avril 2012), qui honore le protecteur des vignerons; les déambulations gourmandes et musicales de Châteauneuf-du-Pape qui auront lieu les 7 et 21 juillet, et la fête de la véraison les 3, 4 et 5 août.

 

Hébergement : La Sommellerie, l'Hôtel des Fines Roches, et une chambre d’hôtes tenue par Danièle Raulet-Reynaud, sommelière, The Wine B&B

Lecture : The Châteauneuf-du-Pape Wine Book (en anglais)

(*) http://hlalau.skynetblogs.be/archive/2012/04/01/de-l-utilite-des-sommeliers-en-zone-viticole.html

 

Passons rive droite du Rhône, par Roquemaure, pour rejoindre le Gard et l’appellation Tavel.

Nous sommes à 38 km de Nîmes, 16 km d’Orange, et 15 km de Châteauneuf-du-Pape.

Neuf cépages (parmi lesquels dominent le Grenache et le Cinsaut) pour un vin rosé mondialement connu dont la couleur officielle est « rubis teinté d’or », et trois terroirs à découvrir : terroir de lauzes calcaires aux Vestides; terroir de galets de quartzite (identique à celui de Châteauneuf-du-Pape) de Vallongue; sables et cailloutis.

Le patrimoine de Tavel, c’est donc aussi sa géologie et la pierre de Tavel, crème ou grise, non gélive, dont on dit qu’elle contribua à ériger le socle de la Statue de la Liberté, est encore exploitée (par exemple à la marbrerie Gabucci).

L’appellation abonde en domaines à découvrir comme Lafond Roc-Epine (dont le nom fut inspiré dans les années 1970 par le célèbre cheval trotteur Rocépine), le Château d’Aqueria créé en 1575, le domaine de Richard Maby, passionné d’opéra, le magnifique Prieuré de Montézargues, le Domaine en biodynamie des Carabiniers, occupé au XIVème siècle par les gardes italiens à cheval des papes d'Avignon (les carabinieri), le Château Trinquevedel, une bastide du XVIII siècle qui fût brièvement la propriété de l’écrivain Joseph Delteil, le Château Manissy où les « Missionnaires de la Sainte Famille » produisent du vin depuis le tout début du XXe siècle (avec la gestion aujourd’hui du vigneron Florian André), et la cave coopérative de Tavel, qui fût en 1938 inaugurée (autres temps, autres mœurs) par le Président de la République de l’époque Albert Lebrun.

Après un déjeuner au restaurant la Genestière, et une visite du centre ancien de Tavel (avec ses jardinets), on pourra découvrir aussi la cuvée « Perle de Culture » du Domaine la Rocalière. Chaque parcelle a été ramassée à la date optimale (grâce à un suivi de l’évolution de la maturité des baies). Et c’est ainsi, couche après couche, comme se constitue une perle par sédimentations successives, que « Perle de Culture » est née.

Lecture : Tavel, des hommes et des vins de Rolf Bichsel chez Féret

 

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor