Newsletter

Ben oui, Banon...

Article du 27-05-2012

 

Il peut arriver que l’oenotouriste se laisse entraîner hors des AOC viticoles.

Il peut par exemple, à sa grande surprise, se retrouver à Banon (1.100 habitants, dans les Alpes-de-Haute-Provence), un dimanche, dans une région où la vigne laisse la place aux châtaigniers, aux lavandes, et aux chèvres. Les plus proches appellations sont à chercher dans les coteaux-de-Pierrevert, le luberon et le ventoux.

Que faire pour se livrer à sa curiosité oenophile ? Trois occasions s’offrent de zapper la visite du vieux village taggé, et de s’approcher des « terroirs ».

En soi, Le Bleuet, librairie inattendue et célèbre créée par Joël Gattefossé en 1990, est un motif de se rendre à Banon.
On ira fouiller les multiples étages riches de 180.000 ouvrages (chiffre qui montera en 2014 à 1 millions de livres, avec l’ouverture du nouveau dépôt de stockage pour la vente sur internet).

Le Bleuet, question livres du vin, n’est pas l’Athenaeum de Beaune, mais on y trouvera par exemple « Les soupers d’un grand palace, et les vins qu’il a reçus », un vaudeville en 3000 contrepèteries de Joël Martin et Marc Lagrange (Albin Michel).

 

 

Pour l’apéritif, ou le pique-nique, allez-vous fournir à la Brindille Melchio, une charcuterie à l’ancienne où il est difficile d’apercevoir la vendeuse – ou Clauvis Melchio lui-même - derrière le rideau de brindilles au-dessus de la vitrine réfrigérée.

Vous avez le choix pour ces brindilles, fines saucisses sèches de 60 cm : nature, au piment, au fenouil, à la sarriette, aux noix ou noisettes…

Complétez avec des caillettes au genièvre, du petit salé au sel sec, du fromage de tête à l'ancienne, des miels, de l'épeautre, et un de ces fameux Banon AOC…

 

Pour retrouver crus et cuvées, on entrera - presque en face du Bleuet – dans une longue salle bien éclairée et chaleureuse flanquée de casiers à bouteilles et de bibliothèques de reliures anciennes.

Aux Vins au Vert, chez Sandrine Vallecalle et Pierre-Edouard Boyoud, l’ensemble des bouteilles est vendu en caviste - ou servi à table avec droit de bouchon de 5 euros. Ce sont ainsi 650 références qui sont proposées, évidemment à tous les prix, à la bouteille ou au verre - 4€ par exemple pour un verre de rosé de Château Rousset (coteaux-de-Pierrevert).

Côté restauration, on retrouve le principe "bar à vins" des assiettes (sur ardoises) gourmande ou charcuterie (de 12 à 16 €) avec de bons produits de terroir : fumeton (viande de mouton séchée de Barcelonnette), jambon à la truffe, gratin de légumes aux céréales, gaspacho carottes-fenouil.

C’est ouvert tous les jours sauf lundi et mardi, et il est impératif de réserver.


Ces trois établissements sont ouverts le dimanche. Ben oui, c’est Banon… tourisme oblige.

 

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor