Newsletter

Tournage au soleil pour les Piqueurs de Vins

Grand soleil pour le tournage des Piqueurs de Vins rue de Mainville, dans les vignes d’Argenteuil, ce lundi 14 mai.

Il s’agissait de réaliser des prises de vues pour un film relatif à la Compagnie des Courtiers Jurés Experts Piqueurs de Vins de Paris, créée en 1322, et plus précisément au piquage des barriques.

Si les Courtiers Jurés portent le nom ancien de « Piqueurs de Vins », c’est en effet qu’ils jouaient un rôle de premier plan dans l’organisation de la commercialisation des vins.

Par la dégustation, les Courtiers vérifiaient que le vin correspondait bien à la provenance et aux cépages annoncés par le vendeur, et fixaient le prix du vin.

Hors de la cave, il n’était pas aisé de débonder le tonneau pour le déguster. La bonde était fréquemment cachetée par mesure de sécurité et de garantie pour l’acquéreur, et souvent inaccessible puisqu’il était recommandé qu’au stockage elle soit positionnée sur le côté de façon à être constamment humectée.

Le plus pratique était donc de piquer le fond du tonneau à l’aide d’un outil nommé coup de poing. Il fallait ensuite faire sortir le vin, en exerçant avec une assette de rabattage une légère pression sur le fond du tonneau. Le trou était ensuite rebouché à l’aide d’une petite cheville conique, en noisetier ou en chêne, appelée fausset. Pour retirer les faussets, il existait une pince spéciale : la pince à fausset. Lorsque le rebouchage était définitif, on arasait l’extrémité du fausset avec le côté tranchant de l’assette.

C’est notamment la reconstitution de cette pratique qui a été filmée en ce beau jour.

La fin du tournage a été offerte par les vignerons de la municipalité d’Argenteuil, Christophe Nicolas et Patrick Valet qui firent déguster (en bouteilles de 50 cl, et hors commerce) les cuvées Coteaux d’Argenteuil, Pinot noir, 2009 puis 2006, et Chardonnay 2007 dont la qualité est loin d’être anecdotique, et qui surprirent plus qu’agréablement les Piqueurs présents.

Avaient pu se libérer pour l’occasion le président Didier Allix, Pierre François, Olivier Bouché, Fabrice Bernard, Luc Dabadie, Paul Conjaud, et Roland Planchon.

Page Facebook Les Piqueurs de Vins

Le documentaire sera réalisé par YV Vidéos.

 

A propos des vignes d’Argenteuil

La vigne, cultivée à Argenteuil depuis l’Antiquité, a été fortement développée – tant en ce qui concerne sa production que sa renommée - au XIIème siècle par l’Abbaye Notre-Dame.
Au XVIIIème siècle, la commune compte 1.000 hectares de vignes sur un territoire total de 1.700 hectares ! Rien d’étonnant à ce qu’un cabaret montmartrois porte le nom d’Au Vigneron d’Argenteuil

Malheureusement, la qualité de la prodution va décroître et la vigne connaître le déclin à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle, en raison du phylloxéra, de la concurrence des vins du sud acheminés par chemin de fer, de l’urbanisation, et enfin de la guerre de 14-18 qui vit partir la population masculine. Le vin produit alors était volontiers appellé Piccolo (qui aurait donné naissance au verbe picoler…)…

Après le départ du dernier vigneron, la ville décida en 2001 de replanter une vigne en témoignage de son passé viticole. Les rangs associent Pinot, Chardonnay mais aussi en faible quantité une trentaine d’autres cépages.

 

Article du 17-05-2012
Site par Neteor