Wine Tourism In France http://www.winetourisminfrance.com/ 28/06/2017 05:39:37 http://www.winetourisminfrance.com/ http://www.winetourisminfrance.com/images/logo.gif Wine Tourism In France http://www.winetourisminfrance.com/ Le liadou, un patrimoine vigneron dans la poche http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/2216_le_liadou_un_patrimoine_vigneron_dans_la_poche.htm <p>Plus ancien que le fameux Laguiole, il avait disparu au lendemain de la seconde guerre mondiale du fait de l'&eacute;volution des techniques <strong>viticoles</strong>.<br />Ce <strong>couteau </strong>fermant, de poche mais de bonne taille (12 cm), &eacute;tait l'authentique et ins&eacute;parable <strong>compagnon des vignerons</strong> du Vallon de Marcillac dans l'<strong>Aveyron</strong>.<br />Il doit son nom occitan de <strong>liadou </strong>- d'&laquo;<strong>outil &agrave; lier</strong>&raquo; - &agrave; son utilisation pour fendre (&laquo;<strong>perner</strong>&raquo;) les branches d'osier et lier a l'&eacute;chalas le rameau de la vigne pour la <strong>taille en couronne</strong>, conduite tout a fait sp&eacute;cifique du c&eacute;page local, le <strong>mansois</strong>.<br />Il servait en fait &agrave; tout, aux travaux domestiques, au casse-cro&ucirc;te et &agrave; table.</p><p>La lame est large (parfaite pour tartiner), pointant vers le bas (en pied de mouton), avec un tranchant quasiment rectiligne. Le manche est galb&eacute;. Le <strong>liadou </strong>s&rsquo;ouvre et se ferme en deux temps, le talon de sa lame &eacute;tant carr&eacute;.<br />Apr&egrave;s une tentative de renaissance &agrave; la coutellerie d'Albrac &agrave; Laguiole (avec manche en bois d'orgue !), il revient aujourd'hui avec l&rsquo;entreprise <strong>Le Liadou du Vallon &reg;</strong>. Enti&egrave;rement fabriqu&eacute; &agrave; la main en Aveyron, garanti &agrave; vie, il est propos&eacute; avec lame en acier (Sandvik 14C28) et manche fa&ccedil;onn&eacute; dans les mat&eacute;riaux les plus nobles, dont le d&eacute;licieusement odorant gen&eacute;vrier. On le trouve par exemple &agrave; <strong>Estaing</strong>, &agrave; la coutellerie de <strong>Franck Lison</strong>.</p><p><a href="http://www.le-liadou.com" target="_blank">www.le-liadou.com</a><br /></p> A Gaillac la femme est l'avenir du passé http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/2215_a_gaillac_la_femme_est_l_avenir_du_passe.htm <img src="http://www.winetourisminfrance.com/images/redac/2215_image1.jpg" align="right" /> C’est ainsi que commencent à parler les héritages de notre civilisation du vin et que se dessinent peu à peu les personnalités si différentes de nos vignobles. L'été 1868 dans le vignoble de la Crau http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/2214_l_ete_1868_dans_le_vignoble_de_la_crau.htm <p>Le po&egrave;te proven&ccedil;al <strong>Fr&eacute;d&eacute;ric Mistral</strong> - prix Nobel de litt&eacute;rature en 1904 - &eacute;voque &agrave; plusieurs reprises dans ses &oelig;uvres le &quot;<strong><em>vin de Crau</em></strong>&quot;. Ainsi, dans <em>Lou Tambour d'Arcolo</em>, dat&eacute; du <strong>24 juin 1868</strong>.</p><p><strong>La Crau</strong> est une immense plaine en triangle entre Arles, Salon-de-Provence et le golfe de Fos o&ugrave; l'on ne trouve plus gu&egrave;re de vignes aujourd'hui, &agrave; l'exception notable, sur ses franges, de l'AOP Les Baux-de-Provence et de l'IGP Alpilles. Pourtant, &agrave; la date du po&egrave;me, le vignoble de la Crau comptait plusieurs milliers d'hectares. Trois semaines plus tard, le <strong>15 juillet 1868</strong>, c'est sur une parcelle de vigne de la Crau que les savants <strong>Gaston Bazille</strong> (p&egrave;re du peintre Fr&eacute;d&eacute;ric Bazille), <strong>Jules-Emile Planchon</strong> et <strong>F&eacute;lix Sahut</strong>, d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s de la Soci&eacute;t&eacute; d&rsquo;agriculture de l&rsquo;H&eacute;rault, identifi&egrave;rent le phyllox&eacute;ra : c'&eacute;tait &agrave; Saint-Martin de Crau, sur le domaine du <strong>Ch&acirc;teau de Lagoy</strong>.<br />Le <a href="http://domaine-lagoy.com/v2/" target="_blank">Ch&acirc;teau de Lagoy</a> est, lui, situ&eacute; &agrave; quelques kilom&egrave;tres au nord, &agrave; <strong>Saint-R&eacute;my de Provence</strong> sur la route d'Avignon. Remontant au Xe si&egrave;cle, il a un riche pass&eacute; historique et existe toujours.<br /></p><p>Le vignoble de la Crau ne s'est pas remis du <strong>phyllox&eacute;ra</strong>. Il nous reste les vers du po&egrave;te.</p><p>&quot;Avien pi&egrave;i &agrave;-de-r&egrave;ng begu lou vin de Crau<br />A la Coucourdo unenco, e pi&egrave;i se dounant d'ande,<br />Autour de l'Aubre liberau,<br />Avien, &eacute;bri, dansa lou brande...&quot;</p><p>&quot;Puis tour &agrave; tour ils avaient bu le vin de Crau<br />A la gourde unitaire, et puis prenant du champ,<br />Autour de l'arbre lib&eacute;ral,<br />Ils avaient, ivres, dans&eacute; le branle.&quot;</p><p>&nbsp;</p><p>Lire aussi <a href="/fr/magazine/2151_oenotourisme_sur_le_rhone_avec_frederic_mistral.htm" target="_blank"><strong>Oenotourisme sur le Rh&ocirc;ne avec Fr&eacute;d&eacute;ric Mistral</strong></a><br /></p> Buzz oenotourisme de juin http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/2213_buzz_oenotourisme_de_juin.htm <img src="http://www.winetourisminfrance.com/images/redac/2213_image1.jpg" align="right" /> Les nouveautés des routes des vignobles, partout en France Georges Vernay, vigneron, civilisateur http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/2212_georges_vernay_vigneron_civilisateur.htm <p>Il est des vignerons qui d&eacute;passent le cadre de la viticulture et du vin pour faire &oelig;uvre de <strong>civilisation</strong>. Le visionnaire <strong>Georges Vernay</strong>, qui vient de d&eacute;c&eacute;der &agrave; l'&acirc;ge de 92 ans, est de ceux-l&agrave;.</p><p>Il a forg&eacute; les pentes h&eacute;ro&iuml;ques d'un paysage : le Coteau de Vernon et les Chaill&eacute;es de l'enfer appartiennent aujourd'hui &agrave; la sc&egrave;ne internationale. Il a ressuscit&eacute; le c&eacute;page <strong>viognier</strong>, &eacute;tabli sa notori&eacute;t&eacute; mondiale, suscit&eacute; une descendance plan&eacute;taire. Vigneron et vinificateur hors pair, il a restaur&eacute; les liens historiques des hommes avec l'un de leurs plus beaux terroirs, et port&eacute; au sommet l'&eacute;l&eacute;gance pure de l&rsquo;appellation <strong>condrieu</strong>. Il a su aussi <strong>transmettre </strong>le magnifique flambeau de son exigence.</p><p>Que nos vignobles se partagent cet h&eacute;ritage, cette le&ccedil;on : <strong>nos fiert&eacute;s locales ont une puissance universelle</strong>.</p><p><a href="https://www.domaine-georges-vernay.fr/" target="_blank">www.domaine-georges-vernay.fr</a><br /></p> La renaissance des vignobles disparus http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/2211_la_renaissance_des_vignobles_disparus.htm <p>On vient de le constater une fois de plus, <strong>l&rsquo;histoire n&rsquo;est pas &eacute;crite d&rsquo;avance</strong>&hellip;<br />Or, l&rsquo;histoire de la viticulture fran&ccedil;aise n&rsquo;est pas <strong>un long fleuve tranquille</strong>. Le dernier livre de <strong>Robert Chapuis</strong>, <em><strong>La renaissance d&rsquo;anciens vignobles fran&ccedil;ais disparus</strong></em> rappelle d&rsquo;abord, de cette histoire, les bouleversements successifs, parfois violents, souvent inscrits dans la dur&eacute;e, dont notre p&eacute;riode volontiers peu cultiv&eacute;e cultive peu la m&eacute;moire&hellip;</p><p>L&rsquo;<strong>&eacute;pop&eacute;e </strong>de la vigne raconte les octrois et la R&eacute;volution, la surproduction et la m&eacute;vente, les canaux et la voie ferr&eacute;e, les guerres et les r&egrave;glements de compte politiques, les p&eacute;lerinages et les sites industriels, les d&eacute;couvertes et les oublis, le phyllox&eacute;ra et les &eacute;changes internationaux, les coupages et l&rsquo;origine contr&ocirc;l&eacute;e&hellip; Au fil de ces <strong>s&eacute;ismes</strong>, les vignobles de toute taille s&rsquo;abolissent ou s&rsquo;annoblissent, disparaissent ou reparaissent.<br />Le g&eacute;ographe Robert Chapuis a de l&rsquo;<strong>ampleur </strong>dans sa vision. Il a collabor&eacute; en 2015 &agrave; <em>Atlas, Vignes, vins et vignerons dans la mondialisation,</em> et publi&eacute; en 2013 <a href="/fr/magazine/1674_oenotourisme_en_doubs_et_haute_saone.htm" target="_blank"><em>Vignobles du Doubs et de Haute-Sa&ocirc;ne</em></a>.</p><p>Il raconte dans cet ouvrage, associant la <strong>perspicacit&eacute; </strong>g&eacute;o-historique et la narration concr&egrave;te des <strong>exp&eacute;riences humaines</strong>, comment depuis les ann&eacute;es d&rsquo;apr&egrave;s-guerre <strong>renaissent des vignobles</strong> qui autrefois consid&eacute;rables, ou consid&eacute;r&eacute;s, disparurent&hellip;</p><p align="center"><strong>N'abandonnez pas ! </strong><br /></p><p>Cette vaste fresque couvre toutes les r&eacute;gions. Sait-on qu&rsquo;en 1760 le vignoble de <strong>Domme </strong>(eh oui&hellip; o&ugrave; est-ce ? Un vignoble peut en cacher un autre&hellip;) &eacute;tait aussi grand que celui de <strong>Bergerac </strong>? Imagine-t-on le monde du vin sans <strong>Condrieu </strong>et le viognier, ce qui a failli bel et bien arriver ? Remerciera-t-on assez tel pilote alsacien atterri par hasard &agrave; <strong>Cahors </strong>pour la renaissance du vignoble cadurcien ? N&rsquo;est-il pas compr&eacute;hensible que Philippe le Bel ait poss&eacute;d&eacute; des vignes en <strong>Saint-Pour&ccedil;ain</strong> ? Se repr&eacute;sente-t-on un vignoble sur la montagne <strong>Sainte-Genevi&egrave;ve</strong>, &agrave; Paris ?<br />On renoue ainsi avec la grande histoire, mais aussi avec celle de la viticulture, et bien des choses s&rsquo;&eacute;clairent. On m&eacute;connait trop l&rsquo;ampleur de la <strong>fortune vigneronne</strong> qui dura presqu&rsquo;un si&egrave;cle &ndash; entre 1789 et 1870. Entre la R&eacute;volution et le phyllox&eacute;ra, la Grande Guerre et les voies ferr&eacute;es. La moindre surprise n&rsquo;est pas cette <strong>incroyable capacit&eacute;</strong> sur les m&ecirc;mes terroirs &agrave; faire &ndash; en fonction des demandes du march&eacute; - des breuvages ex&eacute;crables ou des vins de grande qualit&eacute;.</p><p>Voil&agrave; donc un livre de chevet pour v&eacute;rifier sans cesse que <strong>la roue de la fortune</strong> tourne aussi pour les vignobles, dans un sens, ou dans l&rsquo;autre. C&rsquo;est aussi un message d&rsquo;espoir pour les vignerons de la renaissance des vignobles qui se lancent dans l&rsquo;aventure. <strong>N&rsquo;abandonnez pas !</strong></p><p><strong>La renaissance d'anciens vignobles fran&ccedil;ais disparus</strong><br />Robert Chapuis<br />2016, Paris, L&rsquo;Harmattan, 300 p., 33 &euro;</p><p><a href="http://www.robert-chapuis-geographe.org" target="_blank">www.robert-chapuis-geographe.org</a><br /></p> La marchandisation des patrimoines œnoculturels http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/2210_la_marchandisation_des_patrimoines_noculturels.htm <img src="http://www.winetourisminfrance.com/images/redac/2210_image1.jpg" align="right" /> Des héritages viticulturels à leur marchandisation, trois étapes clés Embouteillage de balades oenotouristiques http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/2209_embouteillage_de_balades_oenotouristiques.htm <p>D&eacute;cid&eacute;ment, le Languedoc-Roussillon s&rsquo;affirme comme <strong>le royaume de la balade oenotouristique</strong>, celle qui allie promenade, d&eacute;gustation de vin, gastronomie et animations&hellip;</p><p><strong>De mai &agrave; juillet</strong>, il faudra choisir - oui, de nombreuses balades tombent aux m&ecirc;mes dates - entre la Balade Gastronomique <a href="http://www.gres-de-montpellier.com/tourisme-vigneron/balade-gastronomique-aux-gres-de-montpellier-2015" target="_blank"><strong>Aux Gr&eacute;s de Montpellier</strong></a> (14 mai) ; <a href="https://reservations.languedoc-aoc.com/les-balades-gourmandes" target="_blank"><strong>Vins, vignes et terroirs</strong></a> &agrave; Cabri&egrave;res ou en Picpoul de Pinet (20 mai), &agrave; Pezenas, Saint Saturnin, Sommi&egrave;res (21 mai) ; les <strong>Sentiers Gourmands en Clape vigneronne</strong> (21 mai) ; les <strong>Vignes Toqu&eacute;es en Costi&egrave;res de Nimes</strong> (21 mai) ; les <strong>Vignes Buissonni&egrave;res en <a href="http://www.pic-saint-loup.com" target="_blank">Pic Saint Loup</a></strong> (10 &amp; 11 juin) ; la <a href="http://www.saintjeandeminervois.com/30-inscription-a-la-balade-gourmande-en-st-jean-de-minervois.html?showall=&amp;start=1" target="_blank"><strong>Balade Gourmande en St Jean de Minervois</strong></a> (4 juin) ; les <a href="http://www.cruboutenac.com/fr/camins-de-boutenac/les-camins-de-boutenac-2017.html" target="_blank"><strong>Camins de Boutenac</strong></a> (24 juin) ; la <strong>Circulade vigneronne en <a href="http://www.terrasses-du-larzac.com " target="_blank">Terrasses du Larzac</a></strong> (1er juillet).</p><p>De mai &agrave; septembre, l'association <a href="https://www.facebook.com/roots66enbalade/?fref=ts" target="_blank"><strong>Roots 66 en Fenouill&egrave;des</strong></a> propose une trentaine de balade et d&eacute;gustation dans les vignes. Premi&egrave;re date : le 12 mai au domaine de l'Ausseil &agrave; Latour de France. De mai &agrave; septembre aussi, les <a href="http://www.ot-pontdugard.com/balades-vigneronnes-au-pays-du-pont-du-gard.aspx" target="_blank"><strong>Balades Vigneronnes du Pays du Pont du Gard</strong></a> : elles d&eacute;buteront au domaine Val&eacute;riane de Domazan et s&rsquo;ach&egrave;veront en septembre aux vignobles David &agrave; Saint-Hilaire-d&rsquo;Ozilhan.<br /><br />Selon les prestations et le style, les prix &eacute;voluent entre 10 &euro; et 75 &euro;.<br /></p> Une capitale viticole pour l'Occitanie ? http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/2208_une_capitale_viticole_pour_l_occitanie.htm <img src="http://www.winetourisminfrance.com/images/redac/2208_image1.jpg" align="right" /> Vouloir l’Occitanie, archipel de vignobles, comme la plus grande destination œnotouristique mondiale Cahors bien exposé http://www.winetourisminfrance.com/fr/breves/2207_cahors_bien_expose.htm <p>Avec l&rsquo;exposition &laquo; <strong>Caves &amp; Sarments</strong> &raquo;, le patrimoine du vignoble de <strong>Cahors </strong>sort des caves. Outils, b&acirc;tis, t&eacute;moignages et photos sont rassembl&eacute;s pour retracer deux si&egrave;cles d'histoire mouvement&eacute;e du vignoble de Cahors. L&rsquo;exposition est due aux &eacute;tudiants du <strong>Master Patrimoine de Cahors</strong> ; elle est accompagn&eacute;e d&rsquo;un livret sur le patrimoine architectural et l&rsquo;outillage viticole lotois de 1800 &agrave; nos jours.<br /><strong>Patrice Foissac</strong>, historien et pr&eacute;sident de la Soci&eacute;t&eacute; des Etudes du Lot (SEL), &agrave; l'initiative d'un travail de r&eacute;actualisation de l'histoire du vin de Cahors d&eacute;barrass&eacute;e de la mythologie a &eacute;t&eacute; mis &agrave; contribution. Sa d&eacute;marche, gr&acirc;ce &agrave; <strong>J&eacute;r&eacute;my Arnaud</strong>, directeur marketing de l'Union Interprofessionnelle du Vin de Cahors, donnera lieu prochainement &agrave; la publication d'un ouvrage scientifique de r&eacute;f&eacute;rence.<br /></p><p>Du 26 avril au 10 juillet 2017 - Centre universitaire de Cahors (avenue Henri-Martin)<br /><a href="https://projetpatrimoine.wordpress.com/category/notre-projet/" target="_blank">https://projetpatrimoine.wordpress.com/category/notre-projet/</a></p><p><strong>Lire aussi</strong><br />Quelques &eacute;clairages sur l&rsquo;&eacute;tonnant pass&eacute; viticole de cette cit&eacute; patrimoine Unesco<br /><a href="/fr/magazine/2154_qu_est_ce_qu_une_visite_oenoculturelle.htm" target="_blank">http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/2154_qu_est_ce_qu_une_visite_oenoculturelle.htm</a></p>